Android : 3,25 millions de malwares identifiés en 2016

Android est le système d'exploitation le plus répandu dans le monde : il a même récemment surpassé Windows de Microsoft lorsqu'on prend en compte tous les appareils (smartphones et ordinateurs) ayant un OS. Pas étonnant, dans ces conditions, que les pirates en fassent leur cible préférée et qu'ils s'acharnent à trouver de nouvelles failles et à créer de nouveaux logiciels malveillants.

Le cabinet d'analyses G Data a dévoilé, le 27 avril 2017, le nombre de malwares Andoird qui ont été identifiés en 2016 : plus de 3 millions. Et la situation ne va aller pas en s'améliorant.

Un nouveau malware toutes les 10 secondes environ


Les données du cabinet G Data ont de quoi inquiéter les plus paranoïaques des utilisateurs d'Android : toutes les 10 secondes environ, un nouveau malware visant l'OS de Google serait lâché dans la nature. Le nombre de victimes potentielles, 72 % des utilisateurs de smartphones dans le monde selon la répartition des OS sur le marché, explique cette multiplication.

Au total, en 2016, 3,246 millions de nouveaux malwares et d'applications malveillantes ont été identifiés par les spécialistes en sécurité informatique. Certains étaient intégralement nouveaux, ce sont les plus dangereux, mais la plus grande partie ne sont que des évolutions de malwares déjà en circulation. Ça ne signifie pas qu'ils soient moins dangereux, mais cela explique la rapidité de leur multiplication.

Android logo illus


Toujours plus de malwares : 3,5 millions en 2017


La multiplication des malwares sur Android semble ralentir : alors qu'entre 2012 et 2013 le nombre de malwares identifiés, selon les données G Data, est passé de 214.327 à 1,192 million, soit une augmentation proche des 500 %, entre 2016 et 2017, la situation devrait se tasser. G Data estime que dans le courant de l'année, 3,5 millions de malwares seront identifiés. Malgré tout, cela représente un nouveau malware toutes les 9 secondes.

Selon G Data, le souci rencontré par les utilisateurs Android est au niveau des mises à jour de la part des constructeurs : alors que les utilisateurs Windows savent pertinemment à quelle date le support de leur OS prendra fin, les utilisateurs de smartphones Android n'ont, pour la plupart, aucune information sur la question.

Modifié le 09/05/2017 à 12h05
Commentaires