Test Assassin's Creed Valhalla : la colère des druides (DLC)

31 mai 2021 à 11h45
3

C’est en fin d’année dernière qu’Ubisoft nous a lâché sur le museau son Assassin’s Creed annuel avec « Valhalla  ». Un épisode qui fleurait bon les pillages et la destruction, puisque nous y prenions le contrôle d’Eivor, un viking pur jus bien décidé à se faire une place au soleil (si l’on peut dire) en se taillant un petit empire dans la perfide Albion. Un épisode d'ailleurs plutôt bien accueilli par les amateurs du genre, riche, foisonnant, et généreux, presque à l’excès.

Assassin's Creed Valhalla : la colère des druides
  • L’Irlande, une nouvelle région immense à visiter
  • Les paysages somptueux, comme toujours
  • Une tonne de contenu …
  • Une histoire et des personnages sympathiques à suivre…
  • Une formule qui innove peu sur le fond et la forme
  • La mythologie celtique, sous-exploitée (et c’est dommage)
  • … mais peu original
  • …mais qui manquent d’originalité, encore une fois
  • Challenge peu relevé, surtout à haut niveau

Six mois plus tard, Ubi nous offre une rallonge avec un premier contenu supplémentaire nommé « La Colère des Druides », qui nous permet d’oublier quelque temps l’Angleterre, le temps d’aller explorer l’Irlande, ses landes de pierres, ses lacs, ses rivières, et sa situation politique alambiquée. Alors, prêts pour un grand bol d’air ? (j’aurais pu céder à la tentation d’un jeu de mots facile, mais je ne mange pas de ce pain-là).

Tranquillement installés à Ravensthorpe, Eivor et les siens coulent des jours heureux entre banquets, pillages et autres conquêtes par les armes. Une vie simple qui sera troublée par l’arrivée impromptue d’Azzar, marchande de son état, et messagère improvisée venue tout droit d’Irlande.

Barid mac Imair, Roi de Dublin, et surtout cousin d’Eivor, a besoin d’aide pour gagner les grâces du grand roi d’Irlande, le très catholique Flann Sinna. Il n’en faudra pas plus à notre protagoniste pour prendre ses cliques et ses claques, et embarquer direction cette nouvelle terre, qui n’a rien à envier à l’Angleterre sur le plan politique.

À la manière des arcs scénaristiques déployés dans Valhalla, « La Colère des Druides » nous plonge dans un vaste embrouillamini d’intrigues et d’alliances au centre duquel Eivor jouera un rôle prépondérant. Figure providentielle, notre héros ira comme à son habitude jouer les trouble-fêtes dans les plans bien huilés de ses opposants, propulsant Dublin sur le devant de la scène commerciale internationale, aidant un roi à unifier l’Irlande sous sa bannière, et démantelant au passage une organisation séculaire.

Pas mal pour une cousinade improvisée, non ? Une petite histoire fort sympathique, servie par des personnages bien troussés (ah, Ciara !), mais qui manque parfois d’originalité dans sa trame globale (Oh, un traître, attention !).

On prend les mêmes…

Vous l’aurez compris, pour ce contenu supplémentaire, Ubisoft n’a pas fait dans l’originalité, et reprend quasiment telle quelle la formule déployée dans Valhalla. Une nouvelle région à explorer, une situation politique tendue, des ennemis qui rôdent dans les ombres et tout un tas d’activités annexes à découvrir. Fondamentalement, cette « Colère des Druides » ne change strictement rien à la formule établie, ou alors à la marge. Les joueurs et joueuses ayant déjà poncé le jeu de base ne seront donc ni dépaysés, ni surpris.

Test_ACValhalla_DLC01_02 © Kevin-J

La carte de l’Irlande, découpée en quatre grandes régions, est truffée d’activités déjà vues et revues. Ici un campement où récupérer pièce d’équipement, ressources ou livre d’aptitude. Là un Cairn ou une épreuve de Morrigan (le nouveau nom des Amanites tue-mouches présente en Angleterre). Ajoutez deux-trois objets à collectionner en plus, saupoudrez le tout de trois ou quatre Raids, d’un animal légendaire et de deux Drengirs à abattre, et vous avez fait le tour des nouveautés proposées...

Enfin presque, car l’Irlande est une terre propice au commerce, et l’histoire s’articule en partie autour de l’essor de Dublin en tant que capitale économique. Pour atteindre cet objectif, il faudra aller conquérir des comptoirs commerciaux aux quatre coins du pays afin d’accumuler des ressources qui serviront à étendre les relations commerciales à travers l’Europe en réalisant des échanges auprès d’Azzar, la marchande.

Un concept assez sympathique sur le papier, mais qui s’apparente plus, au final, à une boutique cosmétique déguisée. Les fameux échanges proposés par Azzar permettent en effet de récupérer armures et schémas (tatouages, bateau, objets de colonie), et c’est à peu près tout.

Test_ACValhalla_DLC01_03 © Kevin-J

Ne boudons toutefois pas notre plaisir, car ces activités sont surtout l’occasion de traverser l’Irlande en long, en large et en travers pour profiter de l’excellent travail effectué par le studio sur les paysages et les décors. De la chaussée des géants aux forêts merveilleuses du Connacht, l’Irlande respire la beauté et le mystère, et l’on prendra souvent plaisir à errer dans le jeu, simplement pour admirer un point de vue ou un paysage. Les équipes d’Ubisoft Bordeaux, en charge de ce contenu supplémentaire, ont fait un travail exemplaire que nous ne pouvons que saluer.

Ce ne sont pas les druides que vous recherchez

Si vous avez fait la campagne d’Assassin’s Creed Valhalla , vous savez que cet épisode possède une composante fantastique assez importante, liant la mythologie nordique et les Isu de manière intelligente, offrant par la même quelques-uns des meilleurs moments du jeu. Et si vous avez l’habitude de dévorer les contenus supplémentaires, vous savez aussi qu’Ubisoft propose presque systématiquement un DLC à l’orientation fantastique (« La malédiction des pharaons » pour Origins et « Le sort de l’Atlantide » pour Odyssey ).

La « Colère des Druides » était donc le médium parfait pour nous proposer une histoire empreinte de fantastique et de mysticisme, avec des figures druidiques mystérieuses et une exploration des mythes et dieux celtiques. Or, autant vous le dire tout de suite, ce n’est pas le cas.

S’il est possible de trouver quelques documents évoquant les Tuatha des Dananns (plus connus chez nous en tant que tribu de Dana, eh oui) et les mythes qui y sont reliés, n’espérez pas chausser les bottes de Morrigan ou Nuada.

Test_ACValhalla_DLC01_04 © Kevin-J

Les druides évoqués par le titre se cantonnent au rang de nouvel ennemi, ou jouent ici le rôle d’un ordre des anciens locaux qu’il faudra traquer et éliminer. Alors oui, ces nouveaux adversaires sont souvent accompagnés d’une brume hallucinogène qui semble leur donner des pouvoirs mystiques, mais dans les faits, on se retrouve surtout avec des combats illisibles.

À mon sens, il s’agit du plus gros acte manqué de ce DLC, qui aurait gagné à s’éloigner des sentiers rebattus de Valhalla pour nous proposer quelque chose de neuf et d’original.

AC Valhalla – La Colère des Druides : l’avis de Clubic

Comme l’avait très justement dit Pierre à l’occasion de son test :

« Découvrir un nouvel Assassin’s Creed, c’est comme recevoir une boîte de ses chocolats préférés à Noël. On sait précisément ce que l’on trouvera à l’intérieur, et on s’en goinfrera jusqu’à avoir mal au ventre ».


Et c’est exactement ce même sentiment qui se dégage de ce premier contenu supplémentaire.

La « Colère des Druides » ne change rien ou presque à la formule établie par Valhalla, et c'est bien dommage. Alors oui, les équipes d'Ubisoft Bordeaux ont réussi leur coup et nous collent la beauté des paysages irlandais en plein les mirettes, assurant ici un superbe cadre à un monde ouvert parfaitement huilé, quoique convenu.

Mais attendait-on vraiment de ce contenu qu’il nous recrache tel quel la formule déployée par Valhalla sur plus de 150 heures ? Absolument pas. Si la « Colère des Druides » est loin d’être désagréable, il manque le coche dans les grandes largeurs en particulier dans l'exploitation de la mythologie celtique et la richesse de l’imaginaire porté par l’Irlande. On aurait aimé qu'Eivor se frotte à un nouveau panthéon, plutôt que de se livrer à une énième intrigue politique.

Las. La « Colère des Druides » se contente donc de nous resservir la même soupe qu’hier, à peine assaisonnée par quelques nouveautés. De quoi causer une sévère indigestion si l'on avait déjà trouvé là formule de Valhalla trop longue.

Assassin's Creed Valhalla : la colère des druides

6

Qu’on se le dise, Assassin’s Creed Valhalla : La Colère des Druides n’est pas mauvais en soi. Il offre une nouvelle aire de jeu gigantesque, l'Irlande, emplie de paysages à couper le souffle. Il souffre en revanche d'un grand défaut : celui de ne pas renouveler la boucle de gameplay développée pour Valhalla, là où on attendait un brin de nouveautés. Dommage.

Les plus

  • L’Irlande, une nouvelle région immense à visiter
  • Les paysages somptueux, comme toujours
  • Une tonne de contenu …
  • Une histoire et des personnages sympathiques à suivre…

Les moins

  • Une formule qui innove peu sur le fond et la forme
  • La mythologie celtique, sous-exploitée (et c’est dommage)
  • … mais peu original
  • …mais qui manquent d’originalité, encore une fois
  • Challenge peu relevé, surtout à haut niveau

Fiche technique Assassin's Creed Valhalla : la colère des druides

Caractéristiques du jeu

Développeur(s)
Ubisoft Bordeaux
Editeur(s)
Ubisoft
Date de sortie Francaise
14/05/2021
Langage
Français
Plateforme
PC, PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series X | S, Xbox One
Classification PEGI
PEGI 18
Genre
Action, Aventure, Open World
Modèle(s) économique(s)
DLC / Extension payante
Mode(s) de jeu
Jeu solo
Support
Dématerialisé
Modifié le 04/06/2021 à 11h55
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le shooter coopératif Aliens: Fireteam Elite sortira en août
Microsoft déploie la mise à niveau Xbox Series X dans xCloud
Myst : le remake VR arrive cet automne sur PC / Mac
Battlefield 2042 : le Battlefield Hub pourrait proposer des remasters de cartes désormais classiques
PS Now : Bloodborne est le jeu le plus joué de ce printemps sur PC via le service Cloud gaming de Sony
Cyberpunk 2077 : sur Xbox, la politique de remboursement prendra fin en juillet
Sonic fête ses 30 ans et s'invite sur Minecraft
Uncharted 4 prépare sa venue sur PC, Ghost of Tsushima pourrait le suivre
Xbox Series X|S : Microsoft présente trois écrans spécialement conçus pour ses consoles
Les services d'Epic Games cumulent plus de 500 millions de comptes
Haut de page