Backdoor du FBI sur iPhone : pourquoi Tim Cook refuse ? (Le debug)

Vidéo : Sur le site officiel d'Apple, Tim Cook publie une lettre signée de son nom. Il y explique que le gouvernement US demande à Apple de pouvoir accéder aux données stockées sur l'iPhone.

Depuis quelques années les sociétés high-tech renforcent la sécurité de leurs produits en chiffrant les données. D'une part il y a eu les révélations d'Edward Snowden sur les pratiques de surveillance massives des agences gouvernementales. D'autre part, il y a de plus en plus de vols de smartphones

Forcément ça ne plait pas aux autorités et dans plusieurs pays on commence à voir des lois équivalentes à celle sur le renseignement en France. Des lois mettant à mal les pratiques de chiffrement. L'objectif officiel : mieux lutter contre le terrorisme et les crimes organisés.

Et justement aux États-Unis le gouvernement a demandé à Apple d'aider les autorités à déchiffrer les données stockées dans l'iPhone du tueur qui a sévi aux États-Unis à San Bernardino en Califnorie début décembre dernier.

Le PDG d'Apple Tim Cook a publié une lettre ouverte sur apple.com en expliquant que ses équipes avaient déjà coopéré plusieurs fois, mais, selon lui, les demandes gouvernementales sont allées trop loin

Il explique que le gouvernement veut qu'Apple mette au point une version d'iOS un peu particulière capable de pouvoir être installée sur les iPhone récupérés durant une enquête pour contourner tous les dispositifs de sécurité.

Tim Cook refuse et estime que cette pratique est dangereuse et peut conduire à plusieurs dérives, par exemple si ce logiciel tombe entre de mauvaises mains. Mais pour les autorités, l'attitude d'Apple aide indirectement les terroristes à communiquer de manière sécurisée.

En publiant cette lettre ouverte, on a l'impression que Tim Cook veut inclure l'ensemble des utilisateurs, et probablement trouver leur sympathie. La plupart se rangeront sûrement de son côté. Personne n'apprécie de savoir qu'un inconnu est en mesure d'accéder à son smartphone contenant plusieurs données personnelles. On ne peut pas s'empêcher de penser qu'il y a un certain côté marketing même si les enjeux sont très importants.

Apple n'est pas la seule société à prendre publiquement cette position. Depuis plusieurs années, Microsoft est en procès contre le gouvernement américain qui souhaite accéder aux données d'un criminel, lesquelles sont stockées en Irlande. Microsoft estime que si elle est une société américaine le gouvernement outrepasse ses droits.

Quoi qu'il en soit après la publication de cette lettre, le bras de fer entre une marque forte comme Apple et le gouvernement américain ne passera pas inaperçu. Reste maintenant à savoir qui aura le dernier mot et si les aboutissants feront jurisprudence .

Modifié le 17/02/2016 à 17h02