Activision avale Candy Crush : une bonne affaire ?

Vidéo : Activision vient de racheter King, éditeur de la saga Candy Crush. Une bonne affaire pour le géant de l'industrie du jeu ?

Activision Blizzard a mis la main sur King, l'éditeur de Candy Crush Saga, pour un montant de près de 6 milliards de dollars.

Evidemment, Activision n'a pas dépensé cet argent pour rien et espère bien rentabiliser rapidement cette acquisition.

Comment ? En achetant King, Activision met tout d'abord un pied dans le mobile, un secteur particulièrement porteur dans le jeu vidéo. D'autant que les jeux de King bénéficient d'ailleurs d'une très belle exposition sur les stores applicatifs de Google et d'Apple.

Candy of Duty

Mieux, le modèle économique d'un Candy Crush (un jeu gratuit qui vous incite à l'achat par la suite via micro-paiement) complète très bien celui d'Activision, principalement basé sur les volumes de ventes de ses grosses licences.

De même, le public visé par les quelques 200 titres de King (même si beaucoup ne connaissent que Candy Crush) est souvent assez différent de celui qui joue à Call of Duty ou Diablo.

Enfin, Activision voudra donc profiter de l'expérience de King en matière de marketing. King est en effet parvenu à faire croître le revenu par utilisateurs de 20% en un an, et même de 50% en deux ans, en tirant le meilleur parti possible de Candy Crush notamment.

Toutefois, ces efforts sont vains si le nombre d'utilisateurs est insuffisant. Et le problème, c'est que ceux de King n'augmentent pas franchement depuis plusieurs mois et stagnent autour des 140 millions d'utilisateurs quotidiens.

Expertise marketing et visibilité sur mobile, modèles économiques qui se complètent, nouvelle audience : Activision a réalisé une belle acquisition avec King. Mais il faudra à l'éditeur redonner un second souffle à la saga Candy Crush afin de faire de nouveau gonfler la base d'utilisateurs et de rentabiliser rapidement ce rachat qui risque sinon de peser bien lourd sur ses finances.

Modifié le 03/11/2015 à 12h36