Test Sonos One : trop en avance ?

le 12 novembre 2017 à 17:25
 0
La note de la rédac
Le leader de l'enceinte multiroom Sonos vient de dévoiler sa dernière enceinte baptisée Sonos One. Descendante de la Play:1, cette nouvelle enceinte est présentée comme une petite révolution équipée des dernières technologies... ou plutôt : bientôt équipée.

Sonos est à la musique sans fil ce qu'Apple a été au smarpthone : la première marque à y avoir vraiment cru et à avoir ensuite fortement investi avant d'être imitée par la concurrence. Aujourd'hui, parmi les nombreux acteurs, Sonos demeure l'une des marques les plus souvent citées.

Afin de rester compétitif et innovant, Sonos a choisi d'intégrer à sa dernière-née les assistants vocaux Amazon Alexa, Google Assistant et Airplay 2. Malheureusement, cette fonctionnalité n'est pas encore d'actualité en France. Il faudra donc attendre quelques mois avant de voir ce que cette enceinte peut proposer côté interaction vocale.

01F4000008767324-photo-sonos-one.jpg


Visuellement, la Sonos One ressemble à s'y méprendre à la Play:1. Hormis la teinte noire ou blanche unies, seul le panneau supérieur permet de différencier les deux enceintes. Sur la One, celui-ci est complètement lisse et équipé de capteurs tactiles permettant de mettre en pause, d'activer le micro, de monter et baisser le volume ou encore de passer une chanson ou revenir en arrière. Les dimensions sont restées inchangées par rapport à la Sonos Play:1 avec une hauteur de 16 cm et des côtés de 11 cm.

La Sonos One est également résistante à l'humidité et à la poussière. Un plus pour une l'installation dans une salle de bain ou sur une terrasse.

01F4000008767326-photo-sonos-one.jpg


L'indispensable appli Sonos



Choisir une enceinte Sonos, c'est accepter un système verrouillé par Sonos et considéré comme limité par certains. Cette impression de bridage commence dès la connectique proposée par l'enceinte : une connexion wifi et une prise rj45. Une prise en charge du Bluetooth, voire l'ajout d'une entrée jack permettant une connexion rapide ou de secours à l'enceinte, aurait été appréciable.

Pour utiliser la Sonos One, il est donc indispensable d'être connecté au réseau wifi et d'utiliser l'application fournie par Sonos pour smartphones ou ordinateur de bureau. L'un des avantages de cette méthode par rapport au Bluetooth est de permettre une lecture sans interruption de la musique, même si l'on reçoit un appel ou un SMS. En revanche, il ne sera pas possible de lire de la musique depuis les canaux non pris en charge par l'appli ou encore d'utiliser l'enceinte pour profiter d'un film ou d'une vidéo.

Il faudra obligatoirement passer par l'application et les services musicaux proposés. Heureusement ils sont nombreux et les plus communs (Deezer, Spotify, Apple Music, SoundCloud) sont pris en charge.

01F4000008767328-photo-sonos-one.jpg


L'application Sonos : simple, mais un peu lente



L'application téléchargée, il est possible de passer à l'installation de l'enceinte à proprement parler. Sonos a particulièrement travaillé cet aspect et la facilité de mise en marche est déconcertante. Il faut moins de 2 minutes pour connecter une enceinte au téléphone. L'ajout d'une seconde enceinte ou d'un subwoofer et la création de pièces pour le multi room sont tout aussi rapides et faciles.

La navigation au sein de l'application entre les différents services musicaux est un peu lente, mais fonctionne globalement bien sur smartphone. Certaines jaquettes d'album mettent plusieurs secondes à s'afficher tandis que l'affichage sur Spotify se fait immédiatement. Rien de bien grave, mais de quoi un petit peu énerver à la longue. Sur ordinateur, on ne peut que regretter l'interface graphique datant d'un autre âge et soit indigne de l'image renvoyée par les produits Sonos.

01F4000008767330-photo-sonos-one.jpg


Un son de qualité



La Sonos One est équipée de deux amplificateurs de classe D activant un tweeter et un midwoofer. Ces deux haut-parleurs travaillent de manière monophonique, il ne faut donc s'attendre à aucune spatialisation du son en sortie d'enceinte. Dès les premières notes, l'équilibre général surprend pour une enceinte de cette taille. Les basses ne se font pas trop ressentir mais sont bien présentes et se détachent bien du mix. Au final, toutes les fréquences sont audibles sans qu'il ne soit nécessaire de pousser le volume. Pourtant, côté volume, la One a de quoi faire car pour une enceinte de ce gabarit, elle possède une sacrée réserve de puissance. Il faudra toutefois ne pas dépasser 85% du volume possible pour conserver un son non distordu.

01F4000008767332-photo-sonos-one.jpg


En appairant deux enceintes ensemble pour former une paire stéréo, l'impression d'homogénéité et d'équilibre est encore plus flagrante. La gestion de l'espace gauche/droite est très efficace et le son digne de ce qui se fait de mieux pour ce type d'installation. À presque 500€ la paire d'enceinte, c'est rassurant...

Sonos propose un système de calibrage du son en fonction de la pièce dans laquelle se trouve l'enceinte. Ce système, baptisé Trueplay, n'est hélas pas disponible sur les smartphones sous Android. Son efficacité est immédiatement perceptible, même s'il a tendance à un peu trop compresser le son pour se débarrasser de certaines fréquences. Dans les pièces ordinairement très compliquées à sonoriser, comme une salle de bain, le système Trueplay aide mais ne fait pas de miracles. Il faudra alors jouer avec l'égaliseur à deux bandes (aigus et graves) pour obtenir un son correct.

01F4000008767334-photo-sonos-one.jpg


Avec la One, Sonos signe une enceinte moderne et efficace mais laissant un goût d'inachevé. Pour 229€, il est dommage de déplorer certaines lacunes comme le Trueplay compatible uniquement avec iOS, l'absence de connectique ou encore l'impossibilité de passer outre l'application pour diffuser de la musique. Sans parler de l'intégration des assistants vocaux qu'il faudra encore attendre en France.

Au final, on se demande si Sonos n'aurait pas dû attendre quelques mois pour peaufiner sa copie et proposer un produit abouti digne de son prix.

Sonos One

Les plus
+ Facilité de mise en oeuvre
+ Design
+ Stabilité de 'l'application et du wifi sur smartphone
+ Réserve de puissance
+ Son homogène et neutre
Les moins
- Application sur ordinateur indigne de Sonos
- Prix de l'application stéréo
- Absence de connectique de secours (Bluetooth et jack)
- Trueplay indisponible sur Android !
- Impossibilité de diffuser de la musique hors application
2.5
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Tests produit

Après une année 2018 catastrophique en termes de ventes, la division mobile de Sony est entrée en profonde introspection. Au sortir de cette remise en question naquirent les Xperia 1 et Xperia 10 : représentants respectifs du haut et de la moyenne gamme du constructeur.
On se souvient de Metro 2033 comme d'un FPS narratif inattendu. Original de par son contexte post-apocalyptique dépaysant, et épatant par ses prouesses techniques, les ambitions du studio 4A Games se heurtaient néanmoins à la muraille de la jouabilité et d'une optimisation aléatoire. Après un deuxième épisode intitulé Last Light sorti en 2013 et s’émancipant légèrement des livres de Dmitri Glukhovsky, le studio ukrainien s'est accordé une réflexion salvatrice sur la suite des aventures d'Artyom. Six ans plus tard, nous voici en présence de Metro Exodus : le jeu-somme des ambitions et des rêves concrétisés… mais aussi des vieilles blessures non pansées.
NVIDIA déboule dans votre salon avec la Shield Android TV, un boîtier à mi chemin entre console de jeux vidéo Android et box média. Un succès sous Android TV ?
Nous avons essayé le nouveau test de 3DMark, visant à mesurer l'impact du DLSS de NVIDIA, sur le test Port Royal. En mettant les deux vidéos cote à cote, l'impact du DLSS est impressionnant, autant sur l'amélioration de l'image, que sur la fluidité accrue. Le test est exécuté en 1440p sur une GeForce RTX 2080 FE.
Si la sortie de Apex Legends a été abondamment commentée dans la presse, c'est moins parce qu'il s'agit d'un énième Battle Royale que parce qu'il est signé de Respawn Entertainment. Les auteurs de la licence Titanfall ont pris tout le monde de court en publiant mardi 4 février, toujours sous l'égide d’Electronic Arts, leur interprétation du mode de jeu du moment. Le FPS compétitif free to play prend d'ailleurs racine dans le même terreau que les Titanfall originels, en oubliant pourtant au passage ce qui en faisait l'essence : les méchas. Alors que reste-t-il à cet Apex Legends, amputé qu'il est de ce qui aurait pu contribuer à en faire autre chose qu'une addition surnuméraire à l'édifice Battle Royale ?
La dernière fois que Capcom a mis les mains dans le cambouis pour offrir à l’un de ses rejetons une refonte graphique, c’étant en 2002, avec Resident Evil premier du nom. Les plus âgés d’entre nous (disons les plus sages, ça passe mieux), se souviennent encore de la claque que ce remake Gamecube (!) leur avait infligée, six ans seulement après l’original. Un doux sentiment de nostalgie, qui peut désormais s’étendre à Resident Evil 2, dont ce remake ne rend pas seulement justice à son illustre modèle : il le dépoussière pour le porter aux nues des nouvelles générations qui - diantre - ne l’ont sans doute pas connu.
Sur la scène de la Salle Pleyel, où il est venu présenter le Honor View 20 en grande pompe à un parterre de journalistes du monde entier, George Zhao, président d’Honor, l’a répété plusieurs fois : "nous voulons créer une nouvelle référence pour les smartphones de 2019". La marque ne manque pas d’ambition, mais a-t-elle les moyens de les réaliser ?
Après les Oppo Find X, Honor Magic 2 et autre Vivo Nex S, c’est à Xiaomi d’entrer dans la danse du smartphone à slider. Des premiers pas qui sont tout sauf hésitants, et qui prouvent que le quatrième constructeur mondial a bien révisé sa chorégraphie avant de s’avancer sur le devant de la scène.
Grignoter des parts de marché sur le segment de l’ultra haut de gamme n’empêche pas Huawei de continuer à se positionner sur des tranches plus accessibles. Preuve par l’exemple avec cette nouvelle édition du P Smart, qui s’attaque frontalement aux Honor 8X, Honor 10 Lite et Xiaomi Mi 8 Lite.
Le japonais Audio-Technica fait partie des références du casque audio, sous toutes ses formes et pour tous les usages. Plutôt que de partir d’une feuille blanche, Audio-Technica a décliné l’un de ses produits phares. Le ATH-M50xBT est la version Bluetooth dérivée d’un casque de studio de la marque. Ou comment bénéficier de la qualité audio professionnelle partout où vous allez.
31/12/2018 | Casque audio
Avec son nouveau clavier Vulcan AIMO, Roccat tente le pari de proposer son propre switch, le Titan. Selon la marque, ce dernier serait "20% plus rapide" que ceux de la concurrence... au point qu’en pressant une touche en même temps qu’un autre joueur, "votre action serait enregistrée en premier". S’il est difficile de vérifier cet argument, nous l’avons essayé tant en jeu qu’en bureautique pour voir si ce nouveau clavier Roccat était un bon clavier gaming.
29/12/2018 | Tests produit
Apple et ses iPhone XS et XR, fait face à une concurrence acharnée, les constructeurs asiatiques en tête : Samsung, Huawei, OnePlus et Google avec son Pixel 3. Et ce n'est pas en cette fin d'année que les choses se sont calmées. En effet, le dernier trimestre a été marqué par de nombreuses sorties : OnePlus 6T, Huawei Mate 20 Pro et tant d'autres. Depuis le reboot clubic, nous nous sommes efforcés de tester en profondeur les produits qui le méritaient.
25/12/2018 | Smartphone
Avec son Osmo Pocket, DJI entend bien proposer une caméra 4K sur nacelle stabilisée, dans un format ultra-compact. C'est bien simple : elle tient dans la poche ! Nous avions pu la prendre en main dans les rues de New York juste après son annonce, aujourd'hui nous vous proposons un test complet pour voir si le nouveau joujou de DJI tient toutes ses promesses.
19/12/2018 | Tests produit
Ils sont noirs et bardés de RGB. Sous leur capot vrombissent des composants permettant de faire tourner même le plus retors des jeux vidéo dans son niveau de détails ultime. Je parle bien entendu des ordinateurs de gamers, des vrais. Alors quand MSI se pointe justement sur ce segment avec un ordinateur sobre, classieux et ingénieusement tourné à destination des créateurs, on ne peut qu’applaudir la manoeuvre.
17/12/2018 | Tests produit
scroll top