2015 sera-t-elle l'année de l'Ultra Haute Définition ?

14 janvier 2015 à 11h28
0
2015 sera-t-elle l'année de l'Ultra HD ? La question est légitime suite aux nombreuses annonces réalisées par les constructeurs à l'occasion du Consumer Electronics Show, aussi bien au niveau du matériel que du contenu.

Comme toujours au CES, les grands constructeurs comme Sony, Samsung, Panasonic ou encore LG ont mis les bouchées doubles pour rivaliser d'annonces. Cette année, l'accent a été mis sur l'Ultra HD, ou 4K, successeur du désormais bien connu - et dépassé ? - Full HD.

L'Ultra HD, c'est une définition d'image quatre fois supérieure au Full HD, destinée à offrir davantage de précision, une image plus fine et un rendu souvent spectaculaire sur les écrans de grande, voire très grande diagonale. Difficile de rester de marbre devant les vidéos diffusées par les téléviseurs UHD exposés par les constructeurs, d'autant que ces derniers font tout leur possible pour proposer des démos d'images magnifiques, composées pour faire ressortir les qualités de leurs produits.


0258000007854813-photo-ces-2015-sony-ultra-hd.jpg

L'Ultra HD milieu de gamme

Lors de leurs grandes conférences, les constructeurs mettent en avant leurs nouveautés les plus prestigieuses. Le schéma est souvent le même : l'arrière de la scène s'ouvre, et on voit s'avancer lentement un énorme écran de télévision, rarement en-dessous des 75 pouces (190 cm). Une présentation qui fait toujours son petit effet. Mais passé la réaction première, on constate rapidement que ces écrans, vendus plusieurs milliers d'euros, sont inaccessibles pour le grand public.

Il faut se rendre sur les stands des fabricants pour découvrir des téléviseurs aux prix plus réalistes et plus « familiaux » : là, tous ou presque exposent des Smart TV Ultra HD passant sous la barre psychologique des 1000 euros. Certes, c'est une somme encore élevée pour beaucoup, mais la descente des prix des téléviseurs Ultra HD est bien plus rapide que ne l'avait été celle des premiers écrans HD.

« L'objectif est d'accompagner rapidement les acheteurs qui possèdent un écran Full HD depuis cinq ans ou plus, vers l'acquisition d'un nouveau modèle Ultra HD accessible. Nous voulons que ça devienne très rapidement naturel, si ce n'est obligatoire, d'acheter un écran 4K pour changer sa télévision » nous a expliqué un représentant américain de Panasonic. Même son de cloche chez Philips, qui nous informait, lors de l'IFA en septembre dernier, de la volonté de la marque de remplacer la plupart des dalles de ses téléviseurs milieu de gamme Full HD par de l'Ultra HD en 2015.

Mais le fait est que les constructeurs valorisent le haut de gamme, plus cher et plus prestigieux, pour mettre en avant l'Ultra Haute Définition. Sur le stand de Samsung, face à notre étonnement de ne voir que des écrans gigantesques SUHD, on nous rassure : « On a aussi du milieu de gamme Ultra HD prévu pour 2015. On sera en-dessous des 1000 euros. » Ouf.

0258000007854837-photo-ces-2015-samsung-ultra-hd.jpg

La guerre des contenus

Mais au-delà de la question des prix, qui va comme toujours se régler naturellement avec la démocratisation de la technologie, il y a la question du contenu. Jusque-là, les constructeurs s'étaient assez peu attardés sur la question, mis à part Sony : il faut dire que le géant Japonais, qui possède son propre studio de cinéma, avait pu anticiper l'arrivée de l'Ultra HD assez intelligemment. Dès 2013, il proposait aux acheteurs de ses premiers écrans 4K l'accès à du contenu dématérialisé adapté sur une plateforme dédié.

Ce début d'année 2015 semble marquer le réveil de la concurrence, mais également des distributeurs de contenus. Tout le monde a à gagner à proposer un maximum de vidéos en Ultra HD : sans contenu, il n'y a pas d'intérêt à acheter un onéreux écran 4K. Et sans écran 4K, pas besoin de souscrire aux abonnements les plus chers, comme chez Netflix, où l'accès à l'Ultra HD est majoré de plusieurs euros mensuels.

Netflix, d'ailleurs, a profité du CES pour dévoiler Netflix Recommended TV, une certification accordée par le service à certains constructeurs de téléviseurs proposant les meilleures fonctionnalités pour visionner du contenu en streaming. Le critère de l'Ultra HD en fait bien évidemment partie, puisque Netflix distribue et produit de plus en plus de séries - et bientôt des films - dans ce format. Dans les faits, la plupart des constructeurs auront cette certification : il était d'ailleurs assez cocasse de voir Neil Hunt, chef produit du service, débarquer sur la scène de chaque conférence pour en parler et annoncer un partenariat avec quasiment chaque fabricant.

0258000007839491-photo-uhd-alliance-ces-partenaires.jpg

Plus élitiste, et plus prometteuse, l'UHD Alliance officialisée par Samsung, Panasonic et Sharp pourrait quant à elle déboucher sur une évolution plus concrète du marché du contenu en Ultra HD. Également composé de Netflix, Disney, Warner Bros, 20th Century Fox, Dolby Vision, Technicolor et DirecTV, ce consortium se fixe pour objectif de proposer des vidéos en 4K en qualité et quantité, en vue d'offrir de véritables raisons de passer à un écran Ultra HD. Une ambition qui pourrait bien mettre des bâtons dans les roues de Sony, qui fait toujours cavalier seul en proposant de son côté sa propre offre de contenus 4K.

Les limites de débits et de supports

Mais ces initiatives, aussi ambitieuses soient-elles, ne résoudront pas certains problèmes encore de taille. Parmi eux, l'absence de support physique dédié au contenu en Ultra HD.

Il existe bien des Blu-ray « Mastered for 4K », un format officialisé par Sony lors du CES 2013. Néanmoins, il s'agit de Blu-ray standards, de 50 Go, sur lesquels les films ont été moins compressés que d'habitude, pour augmenter le débit vidéo. L'une des conséquences de ce choix, c'est que les films délivrés sous ce « format » ne sont accompagnés d'aucun bonus, pour gagner de la place.

0258000007841425-photo-prototype-lecteur-4k-panasonic.jpg

Un format de Blu-ray vraiment UHD est sur les rails depuis plus d'un an, et devrait voir le jour dans la seconde moitié de 2015. Panasonic dévoilait au CES un prototype de lecteur de Blu-ray UHD, aux spéculations évasives. Mais le standard est en approche, c'est une certitude.

En attendant, les fournisseurs de contenus et les constructeurs ne peuvent miser que sur un seul canal de distribution, à savoir le dématérialisé. Mais ce n'est pas la solution miracle, puisqu'il faut disposer d'une connexion Internet de type « fibre » pour espérer streamer de l'Ultra HD : Netflix, par exemple, requiert un débit de 15,6 mbps pour accéder à ses contenus 4K.

L'autre piste éventuelle est d'encourager le consommateur à produire lui-même des contenus Ultra HD à l'aide de caméscopes 4K. Panasonic a annoncé lors du CES ses « premiers caméscopes 4K grand public » à des prix débutant à 790 euros. Sony a présenté un caméscope 4K à 1000 euros, et une Action Cam à 500 euros. De quoi motiver les vidéastes amateurs à s'équiper à la fois du matériel pour filmer et pour visionner ses créateurs, mais il faut tout de même être assez fortuné pour cela.

2015 devrait donc voir la démocratisation de l'Ultra HD s'accélérer et la compétition s'intensifier, ce qui, au final, entraînerait une baisse rapide des prix, à l'avantage des utilisateurs. Finalement, c'est peut-être du côté du contenu et de l'accès à ce dernier que le bât risque de blesser : il faudra probablement attendre la fin de l'année pour avoir de réelles raisons d'acquérir un téléviseur Ultra HD 4K.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top