Un "fonds vautour" pousserait EMC à se séparer de VMware

Par
Le 11 septembre 2014
 0
Sous les pressions du « fonds vautour » Elliott Management Corporation, entré au capital d'EMC il y a deux mois, ce dernier pourrait se séparer du leader de la virtualisation VMware, racheté il y a dix ans.

0104000007611701-photo-paul-singer.jpg
EMC est-il en train de lâcher VMware ? D'après le New York Post, le géant américain du stockage chercherait à se séparer de sa participation de 80% dans le capital du leader mondial de la virtualisation. Contribuant à hauteur d'un cinquième des revenus de sa maison mère, VMware évolue pourtant dans un secteur prometteur, et affichait une croissance de 17% au dernier trimestre, tout en ayant un résultat positif.

La raison pouvant conduire à ce divorce serait purement financière. EMC subirait les pressions de l'un de ses actionnaires, qui a investi en juillet dernier plus de 1 milliard de dollars dans la société, captant 2% du capital, et dont le nom est... Paul Singer. Dirigeant du « fonds vautour » Elliott Management Corporation, ce milliardaire, qui a commencé sa carrière comme avocat à Wall Street, n'est autre que celui qui a contribué à entraîner le défaut de l'Argentine en 2001 et qui, cette année encore, entretient un bras de fer avec le pays.

EMC avait acquis VMware en 2004 pour 600 millions de dollars. L'entreprise pèse désormais 42 milliards de dollars en bourse. Toujours d'après le New York Post, le spécialiste de la virtualisation pourrait entrer dans le giron de HP, qui mettrait alors la main sur un portefeuille important pour se développer auprès des entreprises. Au début du mois de septembre, Paul Singer réussissait à pousser l'éditeur Compuware dans les bras du fonds Thoma Bravo pour 2,5 milliards de dollars, empochant au passage une prime de 17%.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités VMware

scroll top