Vie privée : le Luxembourg ouvre une enquête sur Skype

le 14 octobre 2013
 0
La filiale de Microsoft spécialisée dans les communications de type VoIP fait l'objet d'une enquête suite à plusieurs plaintes relatant les échanges de données avec diverses agences gouvernementales aux États-Unis.

00C8000006707024-photo-skype-logo-gb-sq.jpg
Au mois de juin plusieurs documents mettaient en évidence des relations entre l'équipe de Skype et le programme de surveillance PRISM mis en œuvre par la NSA aux États-Unis. La société avait ainsi transféré des données personnelles, et, en ce sens, violé les lois du Luxembourg. Selon The Guardian, une enquête a ainsi été ouverte et Skype pourrait se voir infligé d'une amende par la Commission Européenne.

Si le système de taxes au Luxembourg s'avère particulièrement intéressant pour les grandes sociétés, les lois en vigueur prévoient la protection de la vie privée pour ses citoyens et l'obligation d'avoir une autorisation juridique pour effectuer des surveillances. Pour l'heure, l'on ne sait si Skype a reçu une assistance légale pour le transfert de ces données.

Selon Wort.lu, le commissaire Gérard Lommel, chargé de la protection des données, a confirmé l'existence de cette enquête en expliquant que les dépôts de plainte obligent l'ouverture d'une investigation. Suite à la publication de documents par Edward Snowden, Skype avait avoué avoir transmis à la NSA plusieurs types de données et notamment des identifiants, des adresses email, des informations bancaires ainsi que des journaux d'appels.

Ce n'est pas la première fois que Skype est pointé pour ce type de pratiques. Au mois de janvier, plusieurs militants et associations de protection de la vie privée avaient publié une lettre ouverte à Microsoft en demandant la publication d'un rapport de transparence incluant le nombre de données partagées avec des tiers et la quantité de requêtes reçues de la part des gouvernements.

Rappelons qu'en 2008, l'équipe de Skype s'était rapprochée de l'opérateur mobile chinois TOM Online afin d'éditer une version de son logiciel autorisant la mise en place d'un système de contrôle des communications.

A lire également : l'affaire PRISM sur Clubic
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
Un Huawei Mate 20 X compatible 5G apparaît sur Internet
La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
Facebook bannit plusieurs grands groupes britanniques d'extrême droite de son réseau social
iPhone 2019 : Apple va muscler son jeu en photo, notamment en autoportrait
Castlevania Anniversary Collection : le 16 mai sur PC, Xbox, PS4 et Nintendo Switch
L'Etat français déploie sa messagerie Tchap... et on a déjà détecté une grosse faille
[MàJ] Cloud computing : les Lyonnais de Hume détaillent leurs tarifs
scroll top