Téléchargement illégal : les pirates achètent toujours plus de musique que les autres

18 octobre 2012 à 18h06
0
Année après année, étude après étude, la tendance se confirme : ceux qui piratent de la musique sont ceux qui en achètent le plus. Une nouvelle étude de l'American Assembly et de l'université de Colombia, baptisée « Violation du droit d'auteur et répression aux États-Unis », arrive à son tour aux mêmes conclusions.

05470593-photo-logo-the-pirate-bay-cassette.jpg

Pour justifier l'adoption de lois comme la SOPA aux États-Unis, ou à défaut d'une riposte graduée semblable à celle de la Hadopi en France, les maisons de disques continuent de prétendre que plus les internautes piratent, moins ils achètent, et donc plus ils mettent en péril l'industrie musicale.

L'American Assembly mène en fait une étude plus complète, titrée « Culture de la copie aux États-Unis et en Allemagne », qu'il publiera début 2013. Mais les premières réponses, de 2300 américains notamment, lui permettent d'ores et déjà de tirer des conclusions instructives concernant la musique.

Les pirates achètent un tiers de plus que les autres

Pour commencer, selon l'étude le téléchargement illégal est courant : près de la moitié des adultes américains reconnaissent pirater, et même près de trois individus de moins de 30 ans sur quatre (70 %). Ces écarts se confirment dans la composition des bibliothèques musicales des individus, mais ce n'est pas le principal enseignement.

0190000005470575-photo-copy-culture-in-the-us-and-germany.jpg

L'étude révèle effectivement que ceux qui pratiquent le peer-to-peer ont plus de musique que ceux qui ne le font pas, 36 % de plus aux États-Unis. Mais l'écart ne s'explique pas seulement par le téléchargement illégal, puisque ces pirates ont légalement acquis 30 % de musique de plus que les autres.

L'étude confirme enfin que les échanges dans le cercle familial et amical sont aussi populaires que le téléchargement. La RIAA elle-même, l'une des institutions les plus virulentes à l'égard du téléchargement illégal, le sait bien : elle l'a constaté en menant sa propre étude, qui lui a échappée cet été.

La clé semble quoi qu'il en soit être le coût, puisque près de la moitié des américains qui admettent pirater de la musique affirment qu'ils le font moins depuis qu'ont émergés des services de musique à la demande à bas prix (tels que Deezer ou Spotify).

00F0000005470577-photo-copy-culture-in-the-us-and-germany.jpg
00F0000005470579-photo-copy-culture-in-the-us-and-germany.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top