iTunes Match : le tour du cloud musical d'Apple

Alexandre Lenoir
06 janvier 2012 à 18h02
0

Conclusion

0000006404326326-photo-apple-wwdc-2011-icloud-logo.jpg
Après avoir bouleversé le marché de la musique numérique en 2003 avec iTunes Store et régné dessus sans réelle concurrence, Apple ajoute une nouvelle corde à son arc iTunes. À la différence qu'en matière de cloud, Apple n'est plus seul.

Quelques jours après l'officialisation des services d'iTunes Match, Google faisait ainsi sortir Google Music de son état de Beta pour l'ouvrir commercialement aux internautes américains. Légèrement différent dans son principe de fonctionnement, la finalité est pour autant bien la même : permettre à un utilisateur de pouvoir disposer de sa musique partout où se trouve une connexion à Internet et sur tous les supports possibles : ordinateurs, bien sûr, mais aussi tous les terminaux mobiles Android.

01F4000004764242-photo-googlemusic-interface.jpg


Apple doit aussi compter avec des services tels que Deezer, Spotify ou encore Mioozic qui permettent de consommer la musique autrement, avec des forfaits autorisant l'écoute mais pas la possession.

01F4000004791960-photo-spotify-apps.jpg


04330890-photo-itunes-clouds-logo-mikeklo.jpg
Avec 250 millions de comptes enregistrés sur iTunes, Apple possède une belle longueur d'avance. Mais rien ne permet de dire combien de ces clients seront tentés par iTunes Match. L'intégration parfaite à l'écosystème Apple (Mac, iPod, iTunes...) et son système de mise en correspondance sont plus intuitifs et, surtout, moins contraignants que la solution retenue par Google Music qui impose de télécharger tous ces morceaux sur son Cloud pour pouvoir en disposer en ligne. iTunes Match est également moins onéreux que les services de streaming premium qui sont facturés autour de 10 €/mois quand ils ne sont pas intégrés à tel ou tel forfait d'opérateur téléphonique. Ceux ci offrent néanmoins un accès à tout leur catalogue.

Ajoutons qu'il n'est pas désagréable de pouvoir disposer de versions AAC propres de vieux MP3 qu'on a pu numériser il y a de ça plusieurs années, avec des fréquences d'échantillonnage moins élevées du fait des contraintes de stockage et de lecture de l'époque. Cette simple possibilité, transparente dans son fonctionnement, est à elle seule un outil de fidélisation redoutable.

En revanche, on ne peut que déplorer l'obligation faite de télécharger un morceau pour l'écouter sur un terminal mobile. Une obligation d'autant plus incompréhensible que rien ne s'y oppose techniquement, que la manœuvre est autorisée sur les ordinateurs ou l'Apple TV et que le propriétaire d'un fichier ainsi téléchargé est clairement identifié dans les meta-données qui lui sont liées, dissuadant ainsi de les éparpiller dans la nature.

Quant au prix demandé, 24,99 € par an, il n'est pas exorbitant et peut s'avérer rentable si on le considère comme un forfait permettant de supprimer les DRM des morceaux achetés sur l'iTunes Store. De même, si l'on possède une discothèque fournie, le temps gagné à ne pas les téléverser sur le cloud (par rapport au système Google Music, qui lui est gratuit) grâce au système de mise en correspondance peut largement valoir le coup.

Paradoxalement, le marché de la musique a beau être en crise chronique depuis le milieu des années 90, il n'en demeure pas moins l'un des produits privilégiés par de nombreux acteurs pour créer de nouveaux business et/ou fidéliser ses clients. Le tout est de ne pas les développer en « oubliant » les artistes qui le font vivre !

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
Ovnis : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top