Universal remporte un procès d'importance face à Grooveshark

0
Le groupe Universal vient de remporter la seconde manche du procès qui l'oppose à Grooveshark, le service de streaming en ligne. Une décision d'importance, qui pourrait être lourde de conséquences.

0104000004458446-photo-grooveshark-logo.jpg
C'est une énième décision de justice pour Grooveshark. En condamnant le service de streaming musical en ligne, la Cour suprême de New-York a donné raison (.pdf) en appel à la Major Universal, renversant ainsi la décision rendue en première instance. Une jurisprudence qui pourrait faire date en ce qu'elle vient limiter la portée du DMCA (Digital Millennium Copyright Act).

Pourquoi Universal attaquait Grooveshark ?

Les conflits judiciaires entre les Majors et les services de streaming ou de vidéos en ligne sont légion. Une fois de plus, le litige portait naturellement sur la violation des droits de propriété intellectuelle dont se prévaut Universal. Sauf que cette décision est bien particulière. Parce qu'Universal a axé son argumentaire sur un point bien précis. Il reprochait à Grooveshark d'avoir hébergé dans son service des musiques sans droit de licence mais surtout enregistrées avant 1972.

Pourquoi 1972 ?

La date est en réalité cruciale. Car lors de l'adoption du Copyright Act en 1971, le congrès américain avait expressément fait savoir que l'extension du droit d'auteur ne serait valable que sur les morceaux enregistrés à compter du 15 février 1972. Pour les autres, a-t-il ajouté, les droits ou les recours intentés en vertu de la Common law (droit positif américain) ou de tout Etat ne peuvent être annulés. C'est cette faille qu'Universal a utilisé et qui a été approuvée par la cour.

Quelles conséquences ?

Clairement, cette décision pourrait potentiellement desservir de nombreux hébergeurs de contenus en ligne. Car Universal a réussi à faire tomber dans ces cas bien précis le DMCA, qui dédouane en partie ces derniers pourvu qu'ils se forcent à retirer de leurs services les contenus illégaux dénoncés par les ayants droit. Pour les oeuvres ou les contenus dont l'enregistrement ou la production date d'avant 1972, les ayants droit seraient donc en effet dispensés de toute mise en demeure auprès du prestataire de service et pourraient, pourquoi pas, se tourner directement vers la justice. C'est le caractère UGC (User Generated Content) de Grooveshark par rapport notamment à ses concurrents européens qui rend cette décision encore plus lourde de conséquences pour lui. Car tous les contenus uploadés par les utilisateurs inscrits au service transgresseront potentiellement cette nouvelle donne.

C'est un revirement majeur qu'a opéré la justice américaine dans cette affaire. Elle appelle toutefois le congrès américain à modifier le mécanisme du DMCA afin de clarifier la situation.

Dans un communiqué, Grooveshark a annoncé sa volonté de contester la décision. Il ajoute que si « elle reste en l'état, elle compromettra de façon significative les protections du DMCA et risque de perturber gravement l'activité de tous les fournisseurs de services internet qui, comme Grooveshark, permettent l'accès au contenu musical généré par l'utilisateur. En conséquence, Grooveshark a décidé de contester la décision de la Cour et de demander une action législative sur cette question cruciale, non seulement pour ses propres intérêts, mais pour l'industrie dans son ensemble ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
Rachat de Maxwell : Elon Musk s'exprime enfin sur l'impact sur les batteries Tesla
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Lucid Air : la berline électrique concurrente de la Model S ouvre ses précommandes en France
La Toyota Mirai propulsée à l'hydrogène, prévue en 2020, promet 650 km d'autonomie
Kaamelott : un premier teaser et une date de sortie avancée pour le film

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top