Voiture autonome : tout savoir sur les différents degrés d'autonomie !

le mercredi 17 janvier 2018
Les voitures autonomes vont arriver plus vite que prévu. Nos comportements vont devoir changer et pour anticiper le déferlement de cette vague il serait préférable d'être bien informé. Les véhicules ne vont pas être complètement autonomes du jour au lendemain, il existe plusieurs niveaux d'autonomie dont voici les explications.

01f4000008788656-photo-fotolia-clubic-voiture-autonome.jpg


Voiture autonome : la bataille entre les constructeurs est déjà lancée


Les voitures autonomes sont la prochaine grande révolution du secteur de l'automobile et des transports. Pour l'heure, certains véhicules proposent déjà des services de ce type mais il s'agit plutôt de voitures semi-autonomes. Pour voir arriver dans nos rues les premières voitures de série 100% autonomes, il faudra attendre encore quelques années.

Néanmoins, les grandes marques y travaillent déjà et voient cela comme un défi à ne pas rater. D'ailleurs, Tesla a déjà une petite longueur d'avance : Elon Musk a annoncé que les Tesla fabriquées depuis fin 2016 ont déjà les équipements nécessaires pour être totalement autonomes et ainsi coller aux derniers échelons.

Mais à quoi correspondent ces échelons au juste ? Lorsqu'on parle de voiture semi-autonome et autonome, on est obligé de citer les différents stades ou échelons comme points de repère. Selon la norme européenne, il existe 5 niveaux sans compter le niveau 0 qui est le contrôle total du véhicule par le conducteur.

01f4000008788658-photo-fotolia-clubic-voiture-autonome.jpg


Les différents niveaux d'autonomie


Echelon 1 : le conducteur reste maître de son véhicule


À l'échelon 1, l'usager derrière le volant est encore maître de son véhicule. La technologie intervient ici juste pour l'aider au niveau de la vitesse, des distances et même de la direction. La vitesse peut être contrôlée par rapport aux voitures qui précèdent, l'exemple type est le régulateur de vitesse adaptatif. Pour la direction, le système s'appuie sur les lignes blanches, comme le détecteur de franchissement de lignes. Il s'agit uniquement d'une assistance et les deux ne peuvent être utilisées au même moment.

Echelon 2 : une voiture qui se conduit seule.. dans quelques situations


Le niveau 2 augmente le degré d'autonomie de la voiture pour certaines manœuvres. La voiture a ici la capacité de conduire toute seule pour se garer ou pour rouler à basse vitesse dans les embouteillages par exemple. Le conducteur est en revanche toujours le seul responsable et il se doit de rester vigilant en permanence.

Echelon 3 : une voiture semi-autonome, qui peut avoir besoin de vous !


Nous en sommes aujourd'hui au stade 3. Ici, le conducteur peut déléguer certaines situations de conduite à la voiture (conduite sur autoroute, embouteillages, etc.). Il peut dans ces cas précis s'occuper à d'autres tâches dans l'habitacle. Il doit cependant être toujours prêt à reprendre les commandes si l'instrumentation le lui demande. Certains modèles haut de gamme comme le Volvo XC90 proposent déjà ce mode de conduite.

01f4000008788654-photo-fotolia-clubic-voiture-autonome.jpg


Palier 4 : une voiture enfin autonome... sous conditions


L'étape 4 permet de déléguer la responsabilité de la conduite à l'intelligence artificielle. Des critères doivent cependant être respectés comme rouler dans un environnement géographique prédéfini et sous certaines conditions météorologiques. La voiture peut aussi se déplacer toute seule pour se garer ou aller chercher son propriétaire. Si le conducteur n'est pas en mesure de reprendre le volant, le véhicule doit être capable de s'arrêter en toute sécurité.

Echelon 5 : plus de volants et un véhicule totalement autonome


Le degré 5 est le stade ultime. Plus besoin de volant, la voiture est capable de rouler en parfaite autonomie, dans toutes les situations et partout. La responsabilité du conducteur est dégagée en cas d'accident et pour le moment ces scénarios posent de nombreuses questions sécuritaires et légales. Qui est le véritable responsable si un incident intervient, le fabricant du logiciel ? Le constructeur ?

Quoi qu'il en soit, la voiture complètement autonome de niveau 5 ne se démocratisera pas dans nos rues avant 2030. Si vous en voyez certaines déjà en circulation, il s'agit de tests dans des environnements souvent urbains et sur des trajets définis.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36