Face ID de l’iPhone X : Apple nie avoir réduit la performance

Par
Le 26 octobre 2017
 0
L'iPhone X n'est pas encore sorti puisque la firme de Cupertino devrait le lancer officiellement le vendredi 3 novembre 2017, et déjà une polémique fait rage : le site Bloomberg dévoile qu'Apple aurait réduit les performances de son scanner facial 3D pour augmenter la cadence de production. Une information balayée par Apple qui nie en bloc et défend son système ayant totalement remplacé le lecteur d'empreintes digitales.

Il faudra attendre la myriade de tests sur l'iPhone X pour en avoir le coeur net : Apple a-t-elle vraiment sacrifié la performance du Face ID sur l'autel de la production ?

Réduire la performance pour augmenter la cadence


Depuis plusieurs semaines, depuis la présentation de l'iPhone X, une rumeur persiste : le nouveau smartphone haut-de-gamme d'Apple, vendu à 1.159 euros minimum, ne serait pas disponible en grandes quantités. La firme de Cupertino aurait donc des difficultés à répondre à la demande qui s'annonce néanmoins moins forte que prévu.

Selon Bloomberg, le groupe détiendrait la solution : Apple aurait concédé aux constructeurs de l'appareil la possibilité de réduire les performances du scanner facial Face ID, qui scanne en 3D, pour augmenter la cadence de production. Or le Face ID est probablement la nouveauté la plus attendue : Apple l'a présentée comme révolutionnaire. Face ID permet de débloquer le téléphone mais est également au centre des Animojis, les emojis animés lancés par le groupe.

Mais assembler les capteurs nécessite une précision extrêmement minutieuse qui ralentit la production. C'est à ce niveau qu'Apple aurait fait des concessions.

01f4000008747708-photo-iphone-x-1.jpg


Une précision inouïe avec un taux d'échec d'un sur un million


Fortement touché par la rumeur, Apple n'a pas manqué de réagir aux déclarations de Bloomberg. Un porte-parole d'Apple a envoyé un mail au site Ars Technica : le groupe nie en bloc toutes les accusations.

Apple présente son Face ID comme ultra-sûr, contrairement par exemple au système de reconnaissance facial de Samsung qui avait pu être trompé avec une simple photo de l'utilisateur. Le groupe estime que le taux d'erreur est infime : « il y a une probabilité sur un million qu'un inconnu puisse débloquer le téléphone ».

Ce qui pourrait, comme l'espère Apple, faire du face ID « le nouveau standard de la reconnaissance faciale ».

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top