iPhone 5 : files d'attente, fans et contestation sans heurts à Paris

21 septembre 2012 à 10h55
0
Les fans étaient au rendez-vous pour le lancement commercial de l'iPhone 5 à Paris, finalement peu perturbé par le mouvement de grève annoncé.

Ils étaient environ 600 aux alentours de la place de l'Opéra, un petit millier à l'entrée du Carrousel du Louvre, une centaine devant la boutique Orange des Champs Elysées : le lancement de la sixième génération de téléphone iPhone a une nouvelle fois mobilisé les fans de la marque à Paris, sur fond toutefois de contestation, portée non seulement par les syndicats d'employés d'Apple Retail France, mais aussi par les salariés déçus d'Ebizcuss, revendeur spécialisé dans les produits siglés d'une pomme récemment placé en liquidation judiciaire.

01CC000005418299-photo-lancement-iphone-5-paris.jpg

La grève n'aura finalement pas perturbé le lancement

C'est vers la boutique de la place de l'Opéra que s'est concentrée l'attention médiatique vendredi matin. En cause : l'éventualité d'une grève organisée par les vendeurs de l'Apple Store, poussés par le syndicat Sud. Peu avant 8 heures, il y avait bien contestation, mais c'est finalement d'ex salariés du groupe Ebizscuss / ICLG qu'elle émanait. Une trentaine d'entre eux brandissaient une banderole face à l'entrée de la boutique aux cris de « Apple, tes chômeurs sont dans la rue ! ».

« On a implanté la marque Apple en France et aujourd'hui on se retrouve sans emploi », fait valoir Patricia Allouche, ex-salariée du groupe qui employait, selon elle, plus d'une centaine de personnes. Placé en liquidation judiciaire en juin dernier, le groupe ICLG a officiellement cessé ses activités fin juillet.

01CC000005418267-photo-lancement-iphone-5-paris.jpg

Du côté des employés de la filiale chargée des boutiques Apple en France, on a finalement fait le choix d'une présence discrète, au moins sur les premières heures de la journée. Seuls quelques-uns passaient vendredi matin, vers 8h, pour distribuer des tracts et répondre au question de la presse. « On est passé rassurer ceux qui faisaient la queue hier soir, c'est normal », estime Thomas Bordage, employé de l'Apple Store Opéra et membre du syndicat Sud, « la mobilisation devrait se renforcer dans la journée, mais on a choisi de ne pas perturber le lancement ».

Les revendications déjà exprimées restent toutefois bien présentes : « un vendeur peut réaliser jusqu'à 20 000 euros de chiffre d'affaires par jour. À côté de ça, lorsqu'il demande une pause pour aller boire un verre d'eau à la fontaine qui est de l'autre côté du bâtiment, on lui refuse », fait-il valoir. Sur ses tracts, Sud demande la mise en place d'un 13e mois, ainsi que d'une grille de salaire propre à l'enseigne. « On veut simplement être traité comme le sont les vendeurs de la Fnac ou de Darty, avec des avantages standard », affirme le jeune homme.

01CC000005418829-photo-tract-sud-lancement-iphone-5.jpg
Le tract distribué par SUD vendredi matin aux abords de l'Apple Store Opéra


Spasiba Apple

Dans la foule des premiers acheteurs, beaucoup d'étrangers, notamment venus des pays de l'Est. « Spasiba Apple », s'exclame, rigolard, l'un d'entre eux, venu de Moscou. Officiellement, c'est l'envie de compter parmi les premiers à mettre la main sur l'iPhone 5 qui motive le déplacement même si officieusement, il est difficile de ne pas penser que les appareils iront alimenter le marché gris destiné aux pays dans lesquels Apple ne distribue pas (encore) son téléphone.

01CC000005418269-photo-lancement-iphone-5-paris.jpg

Comme à chaque lancement, certains sont arrivés la veille dans l'après-midi et ont passé la nuit devant les portes de la boutique. Gilles, 38 ans, sortis parmi les premiers de l'Apple Store Opera, était du nombre. Ravi, il prend quelques minutes pour poser face aux photographes, mais se contente d'un sourire gêné et d'un haussement d'épaules lorsqu'un journaliste lui demande s'il se sent concerné par les revendications des ex-salariés d'ICLG. Aux vivats des employés Apple qui ponctuent la sortie de chaque nouveau client, ceux-ci, placés derrière des barrières, répondent par des huées.

Ambiance nettement plus calme du côté du Louvre, où si quelques-uns s'impatientent au vu de la longueur de la file d'attente, aucun incident n'est venu troubler la fête. « Nous avons du stock », rassure un employé d'Apple passant le long des files.

01CC000005418271-photo-lancement-iphone-5-paris.jpg

20 000 précommandes Web chez Orange

Du stock, on assure aussi en avoir chez Orange, qui ne manque pas de rappeler compter parmi les partenaires historiques d'Apple autour de l'iPhone, avec quelque 5 millions d'appareils vendus depuis 2007. « Nous avons été servis correctement », promet Michel Jumeau, directeur marketing mobile grand public de l'opérateur, « la pénurie est possible mais elle ne devrait pas intervenir avant la troisième ou quatrième semaine ». La province n'a toutefois peut-être pas été servie aussi largement que Paris : selon nos constatations, l'une des principales boutiques de l'opérateur à Lyon n'était plus en mesure de servir l'iPhone 5 peu avant 10 heures ce matin.

Le prix élevé du terminal, vendu pour mémoire 679 euros nu dans sa version de base, peut-il contribuer à aiguiller les clients vers des offres subventionnées, et donc associées à des forfaits haut de gamme ? « 80% des flux du marché sont toujours dans le monde du subventionné », indique Michel Jumeau, « l'iPhone 5 continuera à entretenir cette demande ». La demande serait d'ailleurs bien antérieure au lancement : depuis l'annonce de l'appareil le 12 septembre dernier, Orange nous confie en effet avoir enregistré 20 000 précommandes sur le Web. Au niveau mondial, deux millions d'appareils avaient été réservés dans les 24 heures qui sont suivi le keynote de Tim Cook.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top