Samsung Galaxy S7 Edge : notre test complet

0
La note de la rédac

Photo et vidéo

En plus de changer la pièce maîtresse du smartphone, le SoC, Samsung a également décidé d'une évolution très intéressante sur la partie photo : réduire le nombre de pixels sur une dimension de puce similaire (et même un peu plus grande puisqu'en 1/2,5 pouce contre 1/2,6 pouce précédemment) pour favoriser la taille des photosites. On passe ainsi de 16 à 12 mégapixels et de 1,12 à 1,44 µ de côté pour chaque photosite. Les gains théoriques sont une meilleure dynamique et une montée plus propre en ISO. Ce capteur photo est un IMX260, réalisé par Sony. Notez par ailleurs que Samsung revient à un ratio natif en 4/3 : exit donc le 16/9.

Outre la question de la densité de pixel, ce qui apparaît crucial ici c'est l'implémentation de la technologie Dual Pixel, étrangement proche du DualAF trouvé sur quelques reflex de Canon.

Quèsaco ? C'est un principe de fonctionnement où tous les photosites divisés en deux (24 millions de photodiodes de 0,7 µ de côté donc) peuvent être lus séparément afin de calculer une mise au point par corrélation de phase. La différence avec les autres systèmes autofocus hybrides qui n'exploitent qu'une faible quantité de pixels consacré à cela, c'est que 100 % des pixels servent ici à la mise au point. Ces photodiodes distinctes peuvent aussi être lues ensemble pour la formation d'image, sans nécessiter de traitement additionnel. En théorie, ce procédé se montre beaucoup plus rapide et efficace qu'une mise au point normale.

01A4000008373798-photo-galaxys7-edge5.jpg
01A4000008377490-photo-samsung-dual-pixel.jpg

Par ailleurs, la lentille stabilisée continue de gagner en luminosité (de f1,9 à f:1,7) et en grand angle (de 28 à 26 mm). Ce bloc est moins protubérant que sur le Galaxy S6, puisqu'il ne produit désormais qu'une surépaisseur de 0,46 mm. En fait, c'est surtout le téléphone qui est plus épais... En façade, Samsung reste sur un capteur de 5 mégapixels avec fonction auto HDR et une focale de 22 mm, mais l'ouverture passe elle aussi de f:1,9 à f:1,7.

Plus rapide que son ombre ?

Pour ce qui est de la rapidité, Samsung tient globalement ses promesses. D'abord, le déclenchement, latence comprise, descend au minimum à 0,10 s. C'est faible, mieux que les 0,15 s du Galaxy S6, mais pas exceptionnel non plus. Un Nexus 5X capture instantanément, un OnePlus 2 ne dépasse pas 0,05 s. S'il y a un bémol à formuler, ce sera donc celui-là.

035C000008377522-photo-samsung-galaxy-s7-af.jpg

La mise au point sur une plante, plus connue sous le nom d'autoficus...

La mise au point effectuée au doigt pour des besoins spécifiques n'est pas franchement plus nerveuse que sur un Galaxy S6. Et en particulier quand on la compare à un modèle doté du capteur Isocell, adoptant lui aussi un autofocus hybride. On note éventuellement une différence quand le focus doit passer d'un sujet très éloigné à un autre très proche, mais rien de significatif. Il faut bien rappeler que le Galaxy S6 compte toujours parmi les photophones les plus véloces. En revanche, c'est la constance de l'AF qui impressionne, y compris sur des sujets compliqués ou en luminosité ambiante faible. Et l'actualisation automatique permanente de la mise au point se montre si rapide qu'on ne la voit même pas opérer. Autrement dit, le Galaxy S7 est terriblement fiable !

Autre point amélioré : la rafale. Le Galaxy S6 n'avait pourtant pas à rougir avec ses 12 images par seconde sur 30 vues, mais là Samsung rehausse copieusement la barre avec 20 images par seconde sur 100 vues ! Et plus généralement au niveau de l'enregistrement des images, peu importe le mode choisi, rien ne semble pouvoir ralentir le Galaxy S7.

La qualité d'image

Le Galaxy S7 se montre nettement moins impressionnant en matière de qualité brute. Disons qu'il fait jeu égal avec son prédécesseur, ce qui est déjà pas si mal. La montée en sensibilité plafonne à 800 ISO, valeur à laquelle le Galaxy S7 se révèle moins propre qu'un Nexus 5X ou OnePlus 2. Pour exploiter pleinement ses images à 800 ISO, mieux vaut photographier en RAW. Rien de dramatique toutefois, sachant que dans la plupart des circonstances, le Galaxy S7 va faire en sorte de rester sous les 400 ISO. Sa bonne ouverture à F:1,7 combinée à la stabilisation optique efficace le permettent.


Nous sommes plus gênés par la mauvaise homogénéité de l'optique, avec des bords particulièrement peu piqués. Le passage à une focale plus courte (équivalent 26 mm) a donné semble-t-il du fil à retordre à Samsung. Le piqué au centre n'est pas non plus de haute volée, mais cela est imputable à la conversion Jpeg, parce que sur les RAW point de douceur. Samsung compense en partie par un contraste bien marqué qui donne du peps aux images. Au final, et en usage smartphone (visionnage sur écran, réseaux sociaux, instantanés, etc), le Galaxy S7 s'en sort très bien. Mais si on veut vraiment se montrer tatillon, nous dirons que Samsung a privilégié la mise au point à la qualité. Le rendu d'image est plus flatteur que précis pour résumer.

01A4000008377566-photo-galaxy-s7-sans-hdr.jpg
01A4000008377614-photo-samsung-galaxy-s7-avec-hdr.jpg

A gauche la photo sans HDR, à droite avec HDR

Les différents modes de prise de vue ne changent pas, exception faite du collage vidéo (on shoote quatre rush qui sont montés automatiquement ensemble en mosaïque) qui fait son apparition. Tous se montrent efficaces et rapides. On appréciera notamment la HDR et la panoramique à la volée.

035C000008377564-photo-galaxy-s7-panoramique.jpg

Quid de la vidéo ?

La vidéo est encodée exactement de la même manière que sur le Galaxy S6 : H.264 en 30 im/s à 17 Mbps pour du 1080p. Le smartphone propose aussi les modes 1080p à 60 im/s, Quad HD et Ultra HD à 30 im/s (pour cette dernière le débit d'encodage grimpe à 48 Mbps). Pas de changement donc sur la qualité d'image, très bonne en vidéo, en revanche le Galaxy S7 profite directement de son excellent autofocus et d'une combinaison de stabilisation optique et numérique incroyable. On croirait voir une vidéo sur steadycam. Attention en revanche, l'activation de la stabilisation numérique opère un recadrage assez conséquent : amateurs de grand-angle, il faudra éviter.


Un dernier mot ergonomique pour conclure ce chapitre : l'écran courbé en photo et vidéo n'est pas pratique du tout. Déjà, la tenue est plus glissante, mais surtout, le cadrage sur les bords s'avère tout à fait désagréable. Si le côté photo vous intéresse par-dessus tout, optez plutôt pour le Galaxy S7 non Edge, qui intègre exactement le même appareil photo.
Modifié le 06/06/2018 à 16h51
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian
Découvrez en vidéo le face-à-face Drako GTE vs Tesla Model S P100D
Pour le patron d'Air France-KLM, la taxe carbone sur les billets d'avion sera contre-productive

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top