Elle a l’apparence d’une enceinte de salon, mais détrompez-vous, The One est bien une enceinte transportable. Son ambition est d’attirer les plus audiophiles, à l’image de la sédentaire Klipsch Three, permettant de la déplacer dans plusieurs pièces, et de sonoriser ponctuellement une soirée en extérieur sans détériorer la qualité audio. Son design vintage est identique à sa grande sœur avec grilles latérales noires, ses plateaux inférieur/supérieur en bois accompagnés de boutons en aluminium couleur cuivrée du plus bel effet, avec une petite mention pour l’interrupteur pour la source en plus du logo rétro.

Ergonomie : un poids lourd déconnecté

Cette enceinte Klipsch est donc transportable, mais on est à la frontière avec les modèles sédentaires, car le poids proche de 4 kilogrammes n’en fera pas un ami du nomade extrême, surtout qu’elle n’a pas de poignée et devra être sous abri en extérieur, car non résistante à l’eau. Avec 32 cm de long pour 16 cm de large et 13 cm de haut, elle sera donc obligatoirement à caser dans un gros sac, ou dans votre voiture pour aller chez un ami.
Si le multiroom a été écarté pour bien se différencier du modèle « Three », le Bluetooth ne possède pas de profil AVRCP et ne permet donc pas de bouton de contrôle de lecture/pause, de passage au morceau suivant/précédent, ni de fonction appel mains libres. Dommage vu le positionnement haut de gamme et la récence du modèle (2017), surtout qu’en parallèle la connectique se limite à la prise mini-jack, un point c’est tout, pas de prise RCA ni RJ45.

Un puissant ghettoblaster rétro ?

Avec 30 watts continus et 50 W en pointe, cette enceinte fait partie des plus puissantes du domaine des transportables, s’adaptant ainsi aux plus grands séjours, voire à un loft ou à un vaste jardin au milieu de nombreuses conversations.
De plus, la clarté sonore est remarquable sur tout le spectre, des basses bien prononcées aux médiums fidèles quoique sans martyriser les aigus, avec une limite toutefois à très fort volume où la distorsion se fera entendre.

Une autonomie respectable

Compte tenu du profil sumotori et des performances audio de la The One, les 8 heures allouées par la batterie sont très honnêtes, ce qui sera largement assez pour une soirée, à condition de ne pas trop pousser le volume, ce qui est tentant vu le rendu sonore. En écoute plus « pépère », vous pourrez même passer les 10 heures sans problème. L’indicateur de batterie aurait pu être plus complet, avec un simple avertissement de faible niveau, mais pas de fin de charge qui sera perturbant lors des premières utilisations.

Clairement haut de gamme, la Klipsch The One est une enceinte transportable aux qualités audio d’une enceinte sans fil pour la maison, simple d’utilisation avec une autonomie correcte, mais une connectivité limitée. Des qualités qui se paient au prix fort, environ 350 euros.
La note Clubic
Les plus
  • La fameuse signature sonore Klipsch bien présente
  • Très puissante et dynamique
  • Petite mais costaud
Les moins
  • Peu de connectiques
  • contrôle uniquement via l'app
Nathan De Langhe
Publié le 5 nov. 2018