TEA InkPad 3 : test & avis de la liseuse grand format incontournable de 2018

Après la très attrayante Touch HD Brown Edition, nous avons eu l'occasion de tester la nouvelle liseuse grand format de la société française The Ebook Alternative. Suite à plusieurs jours de prise en main, voici venue l'heure du verdict.

Si le marché des liseuses électroniques est bien rempli en modèles de petit format 6", les versions plus grandes se font rares. A vrai dire, 2018 est pour le moment une année assez pauvre en sortie d'e-reader grande taille, puisque seule la Kindle Oasis seconde génération de 7.5" et la InkPad 3 de 7.8" que nous testons aujourd'hui ont fait leur apparition.

Le reste du marché semble verrouillé sur de vieux modèles comme la Kobo Aura One avec ses 7.8" qui date quand même de 2016. D'un autre côté, les liseuses électroniques sont faites pour durer et ne nécessitent pas des changements aussi réguliers que les smartphones ou tablettes pour rester efficaces.
La InkPad 3 de TEA vient néanmoins faire souffler un vent de renouveau bienvenu dans l'univers du livre numérique. Commercialisée au prix plancher de 199,99€, la belle dispose du top des spécifications à l'heure actuelle.

Pour commencer, elle est dotée d'un écran tactile E-Ink Carta de 7.8" avec une confortable résolution de 1404 x 1872 px, soit une définition de 300 ppi. Avec une telle dalle, les pixels deviennent invisibles à l'œil nu, offrant un confort de lecture inégalé. Et tout comme sur la Touch HD Brown Edition, nous retrouvons avec plaisir l'éclairage frontal Smartlight qui ajuste la colorimétrie de l'écran afin de filtrer la lumière bleue nocive pour les yeux.
Niveau connectique, on déplorera la disparition de la prise casque. Que les amateurs de livres audios se rassurent, un adaptateur micro-USB est fourni dans la boite. Il reste donc possible d'écouter sa musique comme sur la petite sœur de 6" durant la lecture ! Le reste de la connectique est classique, avec un port micro-SD qui permet d'étendre les 8 Go de mémoire interne. Le Wi-Fi permet quant à lui l'accès au catalogue d'e-books et autres fonctions liées au Web. Au final, il ne manque que le Bluetooth qui aurait été bien pratique pour ne plus avoir à s'encombrer de câbles lors de l'écoute audio.

Pour moins de 200€, la TEA InkPad 3 semble néanmoins très bien dotée, du moins sur le papier. Elle a aussi l'avantage de donner le choix entre deux magasins embarqués, dépendant du lieu d'achat : Cultura ou Decitre. A notre grand regret, Les Furets du Nord disparait des revendeurs agréés, réduisant le champ des possibilités. Mais bon, deux magasins au choix, c'est toujours mieux qu'un seul comme c'est toujours le cas chez les concurrents !

Design

Créée à l'origine par PocketBook, la InkPad 3 conserve un design similaire aux autres productions de la marque suisse. La liseuse arbore donc toute une série de boutons physiques sur son menton afin de passer les pages, accéder aux paramètres de lecture ou revenir à l'accueil. Leur présence facilite grandement le confort d'utilisation, prouvant que le mélange écran tactile et boutons physiques reste une excellente recette.
Sur la tranche basse sont situés les ports micro-USB, micro-SD et le bouton d'alimentation. Tout comme sur la Touch HD Brown Edition, ce dernier est lumineux, mais semble particulièrement fragile. Difficile de dire s'il saura résister à de longues années d'utilisation, surtout qu'il est fréquemment sollicité...

Entièrement conçu en plastique de couleur bleu nuit, la InkPad 3 brille particulièrement par ses dimensions : 195 x 136.5 x 8 mm. Elle tient parfaitement en main, même en n'en utilisant qu'une seule. La liseuse franco-suisse se permet même d'être aussi légère qu'une liseuse 6" comme la Kindle Paperwhite. La grande machine ne pèse en effet que 210 grammes contre 205 pour sa petite concurrente américaine. Elle offre ainsi un confort inégalé pour les longues séances de lecture.

Ecran

Passons maintenant à la pièce centrale de cette liseuse. Sans surprise, la dalle E-Ink Carta employée par TEA/PocketBook est d'excellente qualité. Si elle s'avère légèrement moins lumineuse que celle de la Kindle Paperwhite, elle possède néanmoins le gros atout de varier en colorimétrie à volonté.
Lors de la lecture de nuit, le confort est renforcé, les yeux fatiguent beaucoup moins. C'est clairement le genre de technologie qui devrait devenir standard sur les e-readers, peu importe la gamme. L'éclairage frontal intégré sur la InkPad 3 est de plus très bien réparti, donnant un affichage uniforme avec très peu des fuites lumineuses inhérentes à cette technologie.
Du côté de la réactivité, l'écran tactile se débrouille bien. Il est moins sensible que celui de la Touch HD Brown Edition qui avait tendance à réagir un peu trop vite au moindre effleurement. Un autre bon point pour le confort de prise en main !

Quant à la qualité de lecture, elle est bel et bien au rendez-vous. Les pixels sont invisibles à l'œil nu, même sur les BD et mangas. Les contrastes sont très bons. Difficile de trouver la moindre faille à cette dalle qui est parmi les meilleures à l'heure actuelle.

Interface

Nous arrivons maintenant au point qui risque de diviser les amateurs de lecture électronique : le logiciel embarqué. Basé sur un noyau Linux, le logiciel de TEA risque de rebuter les personnes en recherche d'une machine clé en main, style Bookeen Saga.
La liseuse franco-suisse demande de fouiller dans les paramètres un moment pour offrir le meilleur d'elle-même. Elle va même plus loin que la simple lecture électronique, embarquant des petits jeux comme les échecs, le solitaire ou le Sudoku. Des fois, on a plus l'impression d'avoir une vraie tablette dans les mains qu'une simple liseuse !
L'interface reste pour le reste somme toute classique, présentant sur le menu principal vos derniers livres ouverts et ceux ajoutés récemment sur la machine. Vous pouvez bien entendu accéder rapidement à votre librairie pour acheter de nouvelles œuvres ou fouiller votre bibliothèque. Cette dernière autorise un classement relativement complet, ainsi que la création de dossiers à l'envie. Les options restent une fois de plus très complètes.

Pour ce qui est de la lecture, TEA fait le choix d'intégrer 16 polices différentes, avec des tailles variant de 6 à 40 points. La sélection est suffisamment large pour contenter la plupart des lecteurs. Les plus pointilleux pourront cependant rajouter leurs polices préférées en les copiant dans le dossier caché system -> fonts. Ce petit côté ouvert sur la bidouille est une vraie force de la TEA InkPad 3, du moins si vous aimez mettre les mains dans le cambouis. Et rassurez-vous, même sans être adepte du tripatouillage informatique, la liseuse électronique sait se suffire à elle-même.
Nous émettrons cependant un critique sur la librairie embarquée. Elle est accessible via le navigateur, mais ce dernier est très poussif. Il n'est pas rare qu'une page mette plusieurs longues secondes à se charger, rendant l'expérience d'achat plus que moyenne. Nous espérons vivement qu'une future mise à jour viendra améliorer les choses sur ce point.
A noter aussi un bug désagréable - déjà vu sur la Touch HD Brown Edition – qui fait qu'il est impossible de télécharger un fichier PDF avec DRM trop volumineux. Donc si jamais vous achetez un manga sur Decitre ou Cultura, il vous faudra installer Adobe Digital Edition sur votre PC, télécharger les fichiers et ensuite les transférer sur la InkPad 3. Après un contact avec le SAV de TEA - très sympathique et réactif au demeurant - il semblerait que le problème vienne de la taille des fichiers. Si un utilisateur aguerri n'y verra qu'une gêne bénigne, un débutant risque d'être assez rebuté par ce bug...

Formats supportés

La InkPad 3 tire parti de nombreux formats pour se démarquer. Aux côtés du classique EPUB, voici une liste des formats supportés par la liseuse grand format :
  • PDF
  • FB2
  • FB2.ZIP
  • TXT
  • DJVU
  • HTM
  • HTML
  • DOC
  • DOCX
  • RTF
  • CHM
  • TCR
  • PRC (MOBI)
  • JPEG
  • BMP
  • PNG
  • TIFF
La liste est longue ! Vous devriez donc pouvoir lire plus ou moins tout ce qui affiche du texte de façon basique. Afin de bien débuter, la InkPad 3 est d'ailleurs préchargée avec plus de 100€ d'e-books divers, dont certains de la défunte maison d'édition Walrus. De quoi bien commencer avant de passer au magasin pour rajouter du contenu.

Mais plus que les e-books, la liseuse s'avère parfaite pour visionner des mangas. La taille d'écran est parfaitement adaptée à ce type de format, tout comme la couleur noir et blanc. Il n'y a pas besoin de zoomer comme sur les modèles de 6", ce qui rend la lecture plus fluide. Donc si vous possédez - ou comptez acquérir - une collection de mangas au format numérique, la InkPad 3 est une candidate idéale pour leur visionnage !
Si jamais tout ça ne vous suffit pas, alors il reste les livres audios. Un format qui gagne du terrain ces dernières années et formidablement géré par la InkPad 3. La voix de synthèse - masculine ou féminie au choix - intégrée dans la liseuse peut même transformer un e-book classique en audio-book. Certes, le ton est robotique, mais cela fonctionne plutôt bien ! Sinon, vous pouvez utiliser plus classiquement des musiques en MP3 lors de la lecture de vos livres électroniques préférés.

Service de synchronisation Cloud

Quitte à embarquer une connexion Internet, autant en profiter pour ajouter des services Cloud. La liseuse électronique est équipée non pas d'un, mais de deux services destinés aux transferts de fichiers.

Le premier, Dropbox PocketBook, vient récupérer automatiquement tout livre copié dans le répertoire Dropbox créé à cette occasion, qu'il soit situé sur un PC ou une tablette. Plus besoin dès lors de brancher un câble, la magie du sans-fil opère toute seule ! Une solution privilégiée par votre serviteur pour envoyer automatiquement sur la InkPad 3 tout nouveau livre enregistré au sein de sa bibliothèque Calibre.

Second service - qui semble inspiré par le SendToKindle d'Amazon - le Send-To-PocketBook. Il permet d'associer une adresse mail à la liseuse. Vous pouvez ensuite envoyer directement sur la machine un e-book en passant par cette adresse mail. Simple et diablement efficace !

Ces deux solutions sont pratiques pour garder la InkPad 3 à jour sans s'embarrasser d'un câble en permanence. Il ne manque qu'une seule chose : la possibilité de synchroniser la lecture en cours avec l'application mobile, comme c'est le cas sur Kindle. Ici, en commençant un titre, il sera impossible de conserver la progression si vous voulez lire ensuite sur votre smartphone ou tablette. Les marque-pages ne sont pas non plus transférés d'une machine à l'autre. Mais peu de marques permettent de le faire actuellement.

Autonomie

La Touch HD Brown Edition nous avait un peu déçus en autonomie lors de son test. Pour la InkPad 3, TEA annonce une batterie capable de tenir deux mois de lecture, ce qui est relativement conséquent même dans le monde des liseuses.

Est-ce que la promesse est tenue ? Difficile à dire, nous n'avons pas eu l'occasion de tester la machine sur une aussi longue période. D'après notre semaine de test, il semble néanmoins improbable que la InkPad 3 tienne aussi longtemps qu'annoncé. Le WiFi semble particulièrement gourmand, surtout en utilisant les services Cloud vus plus haut.

Mais en jouant sur la durée de veille et l'extinction automatique, ainsi que la luminosité, nul doute que la liseuse de TEA peut tenir un bon mois à raison d'une ou deux heures de lecture par jour. La machine nous a semblé plus endurante que sa consœur de 6".

Conclusion

Vous l'aurez compris, nous avons eu un gros coup de cœur pour la InkPad 3. Cette nouvelle liseuse s'impose comme une référence incontestée dans le segment 8". Il faut dire aussi que la concurrence est plutôt légère sur ce secteur, ce qui n'enlève pas pour autant ses qualités à cette belle machine.
Du design à l'écran, en passant par les services proposés, tout est fonctionnel pour donner une expérience de lecture optimale. Le prix joue aussi en la faveur de la InkPad 3 qui est moins chère de 30€ environ que ses homologues en grand format.

Dès lors, que lui reprocher ? Il s'agit avant tout de détails : un bouton d'alimentation qui semble fragile, un navigateur un peu poussif, des paramètres qui demandent un temps d'apprentissage... Il n'y a rien de rédhibitoire. Seul le bug des téléchargements nous aura fait grincer des dents. Il risque même de rebuter les utilisateurs débutants peu aguerris aux usages des DRM.

Mais en dehors de ça, le plaisir de lecture est bel et bien là. La InkPad 3 est faite pour durer et sera difficile à détrôner dans les mois à venir !