Apple HomePod : notre test de l'enceinte connectée avec l'assistant vocal Siri

Apple lance sa première - et unique – enceinte connectée en France, la HomePod. Visant résolument le haut de gamme, que vaut cette enceinte dotée de Siri, l'assistant vocal de Cupertino ? Nous vous livrons notre verdict après plusieurs jours de prise en main.

Trois assistants vocaux, trois philosophies différentes, un seul but : vous faire passer à l'ère de la commande vocale. Apple va-t-il se démarquer ? Réponse dans ce test de l'enceinte connectée HomePod.

Design et qualité de fabrication

Sans surprise, Apple fait de la HomePod une enceinte résolument haut de gamme avec un prix de 349€. Disponible en noir ou blanc, la belle se pare d'une coque en tissu intégrale simplement ornée d'une zone tactile et de LED sur le haut. Ladite coque n'est pas amovible contrairement à celle de la Sony LS-F50G sous Google Assistant. Le nettoyage demandera donc plus de dextérité.
Les dimensions de la HomePod ne manquent pas d'impressionner dès l'ouverture du colis. On est à mille lieues de l'Amazon Echo, pour ne citer qu'elle. L'enceinte intelligente d'Apple ne pèse pas moins de 2,5 kg pour une hauteur de 17,2 cm et un diamètre de 14,2 cm. Félicitations aux parents, c'est un beau bébé !

Au coeur de ses entrailles, la HomePod embarque de quoi ravir – sur le papier – les amateurs de musique de tout poil : un boomer, 7 tweeters et 6 microphones pour converser avec Siri, l'assistant vocal embarqué. Apple mise beaucoup sur la qualité sonore de son enceinte connectée afin de se démarquer de ses concurrents. Nous verrons plus loin dans ce test si cette approche porte ses fruits...
Avant de passer à l'installation, penchons-nous sur la connectique. Cette dernière est plutôt classique : WiFi 802.11 b/g/n/ac MIMO, Bluetooth 5.0... et c'est tout. Aucune entrée ou sortie audio filaire n'est disponible. Le seul câble visible est celui de l'alimentation. Il est tressé et bien épais, gardant ainsi une certaine constance dans le design global créé par Apple. On regrettera cependant qu'Apple n'ait pas tenté d'étendre un peu les possibilités de connexion. Même l'Echo Dot d'Amazon peut en faire plus. Le géant de Cupertino reste cependant fidèle à lui-même, maintenant un système relativement fermé.

Mise en place et installation

Comme toujours avec les produits de la marque à la pomme, la configuration est simplifiée à l'extrême. Il suffit de brancher l'enceinte au secteur. La lumière mouvante sur le sommet indique qu'elle est prête à l'appairage. Dès lors, il ne reste qu'à approcher le smartphone avec le Bluetooth activé – un iPhone 6S dans notre cas – et de laisser la magie opérer.
La HomePod est immédiatement détectée, il n'y a plus qu'à suivre les étapes classiques comme choisir l'emplacement de l'enceinte ou accorder les accès à votre compte iCloud. En moins de deux minutes, la HomePod est prête à l'action et n'attend plus que vos ordres !

La gestion de l'enceinte s'avère ensuite très limitée. L'application Maison est la principale interface de contrôle en plus de la voix. Vous pourrez y paramétrer des alarmes, choisir le fonctionnement de Siri sur la HomePod ou tout simplement mettre en pause la lecture d'un simple appui sur l'icône adéquate.
En revanche, pas moyen d'ajouter des comptes Deezer ou Spotify. Tout passe par Apple Music et iTunes. Pour contrôler vos appareils connectés, une compatibilité HomeKit sera là aussi nécessaire. Les objets connectés compatibles avec la norme d'Apple ne sont malheureusement pas les plus répandus sur le marché. L'enceinte d'Apple semble ainsi bien restreinte pour les nouveaux utilisateurs...

Reconnaissance vocale

Comme tous les assistants vocaux, il faut déclencher l'écoute avec un mot déclencheur, ici « Dis Siri ». Les LED sur le haut se mettent alors à s'éclairer. Si vous écoutez de la musique, le son baissera automatiquement pour ne pas vous noyer sous un déluge de watts. Dans une pièce silencieuse, la reconnaissance effectuée par les 6 microphones est parfaite. En revanche, il faut parfois monter le ton pour se faire entendre dans une pièce bruyante. Mais dans la plupart des cas, la HomePod s'en sort très bien. Pas besoin de hurler sur elle comme c'est le cas avec les enceintes d'entrée de gamme !

Pour ce qui est de la compréhension des ordres, Siri oscille entre le très bon et le très moyen. Si une commande comme « Dis Siri, quel temps fait-il ? » est très bien gérée, il n'en va pas de même dès qu'on cherche à lancer un ordre du genre « Dis Siri, écouter Written in Blood de Beyond the Black ». L'assistant d'Apple se trompe alors une fois sur deux ou ne comprend tout simplement pas l'injonction... Siri accuse actuellement un gros retard face à Google Assistant qui arrive à trouver des morceaux précis même en se trompant dans la prononciation. Gageons que dans les mois à venir, l'expérience sera améliorée ; après tout, les débuts en français de Google n'étaient pas non plus bien folichons à l'époque.
Si jamais le besoin s'en fait sentir, la surface tactile située sur le sommet de l'enceinte donne un accès aux contrôles de base : monter/baisser le son, lecture marche ou arrêt, lancer l'écoute vocale de l'assistant Siri. Le fonctionnement est ici très similaire à la concurrence. Par contre, pas de bouton physique pour couper les microphones. Il faut soit passer par le smartphone, soit utiliser la voix avec la commande « Dis Siri, arrête d'écouter ». Dans ce cas, il faut repasser par l'iPhone pour réactiver l'enceinte. On a déjà vu plus simple et plus sécurisé...

Qualité audio

Il est un fait avéré : les enceintes connectées sont souvent en retrait au niveau de la qualité sonore. A prix égal, elles n'arrivent pas au même niveau que leurs concurrentes « basiques ». Apple a donc décidé de mettre le paquet pour se démarquer. Le pari est en grosse partie réussi : la HomePod est très puissante, offrant un son d'excellente qualité.

Elle est cependant très orientée vers les basses, ce qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Medium et aigus semblent un peu trop plats. Si les amateurs de techno ou de rap sauront apprécier la HomePod à sa juste valeur, les mélomanes adeptes de musique classique resteront sur leur faim et se tourneront probablement vers d'autres solutions haut de gamme, comme Sonos par exemple.

Si l'enceinte d'Apple a suffisamment de punch pour sonoriser une grande pièce de plus de 25 m², elle pourra toujours être couplée à un second modèle. La HomePod tirera alors parti de sa capacité à détecter l'environnement afin de fournir un son équilibré sur toute la pièce.

Et pour ce qui est de diffuser la musique depuis d'autres sources ? Malheureusement, Apple fait le choix de la fermeture. Son enceinte intelligente ne proposant pas d'appairage via Bluetooth - sauf pour la configuration - il faut se contenter de AirPlay pour la diffusion sans-fil. Encore une fois, un amateur de la marque disposant de tout le matériel adéquat aura de quoi s'amuser. Un nouveau-venu au sein de l'écosystème Apple risque en revanche de se trouver assez seul...

Fonctionnalités

La HomePod d'Apple fait peu ou prou les mêmes choses que ses homologues de chez Amazon et Google. Elle sait ainsi lancer de la musique, allumer/éteindre des lumières connectées ou donner des informations générales comme la météo. Grâce à Apple Music, l'enceinte intelligente donne facilement accès à de nombreux podcasts, chose moins aisée chez les concurrents. Un bon point pour Apple de ce côté-ci !

Dès qu'on tente d'aller plus loin, on se heurte vite aux mêmes limitations que la concurrence. A l'heure de ce test, il est donc impossible d'envoyer un message à un contact ou ajouter un rendez-vous au calendrier... De nombreux services sont encore inaccessibles sur l'enceinte d'Apple. Là où Amazon Alexa permet de commander un billet de train grâce à ses Skills, Apple ne propose rien de tel. On en devient vite frustré à force d'entendre « Désolé, je ne sais pas faire ça » !

On se doute que dans les mois à venir, de nombreux développeurs ajouteront leurs services à Siri. Mais pour le moment, l'assistant d'Apple sur sa HomePod est clairement en retrait, même par rapport à Alexa qui n'est pourtant disponible que depuis peu de temps en France. Il nous semble néanmoins difficile de tolérer un tel retard sur une enceinte aussi onéreuse...

Conclusion

Nous n'irons pas par quatre chemins : la HomePod d'Apple est loin d'être indispensable. Elle se veut avant tout un complément pour les fans purs et durs de la marque américaine. Au sein d'un foyer déjà lourdement équipé en appareils compatibles HomeKit et AirPlay, il est clair qu'elle sera à son aise. En dehors de ça, elle n'a pas les qualités suffisantes pour justifier un achat à l'heure actuelle.
Certes, la qualité sonore est vraiment belle, surtout si on aime les rendus basseux. Le design très sobre bénéficie de la patte d'Apple en allant à l'essentiel. Et c'est finalement peut-être là le gros problème de cette enceinte HomePod : elle est trop basique. Siri accuse un gros retard face à ses concurrents et se contente pour le moment de tâches limitées. Si vous n'utilisez pas d'abonnement à Apple Music, ni d'appareil compatible AirPlay, alors il ne vous restera plus grand-chose à faire avec cette enceinte connectée...

Dans quelques mois, elle sera probablement plus intelligente. Mais ne sera-t-il pas trop tard pour elle ?
La note Clubic
Design
Configuration
Qualité sonore
Reconnaissance vocale
Fonctionnalités
Les plus
  • Design sobre et élégant
  • Qualité et puissance sonore
  • Simplicité de configuration
  • Intégration parfaite dans l'écosystème Apple
  • Câble d'alimentation tressé solide
Les moins
  • Prix élevé
  • Système bien trop fermé
  • Pas de bouton physique pour couper les microphones
  • Assistant Siri encore bien trop limité
  • Housse inamovible rendant le lavage difficile
  • Connectique trop limitée
Johan Gautreau
Publié le 25 juin 2018