Le veilleur d'écran[s] S01E07 📺 Utopia : l’originalité anglaise à son paroxysme

16 novembre 2019 à 15h13
0
Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette nouvelle chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.
Utopia

Très souvent, lorsque l'on évoque les séries anglaises, il est question de leur originalité, qui les démarque du reste de la production mondiale. Par moment, cette constatation est un peu exagérée. Mais pour Utopia, cela serait presque un euphémisme, tant cette série est l'un des shows les plus atypiques de ces dernières années.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :


Jessica Hyde and seek

Me voilà bien embêté. Jusqu'à présent cette chronique a présenté des séries qu'il est assez aisé de recommander, de part leur qualité bien entendu, mais aussi parce qu'elles sont proprement terminées ou encore en cours de diffusion, mais toujours solides sur leurs appuis. Or, voilà qu'arrive aujourd'hui une certaine Utopia, et avec elle, l'exercice de vous présenter ce pourquoi vous devriez absolument regarder cette série, malgré le fait que Channel 4 ait décidé de l'annuler sauvagement après deux saisons.


À l'issue de 12 petits épisodes et d'un cliffhanger final à fort potentiel, laissant en suspens quelques questions, la chaîne anglaise décidait en effet, en 2014, d'arrêter les frais d'un show jugé trop onéreux et pas assez regardé. Qu'à cela ne tienne : malgré la frustration générée par cette situation, tout le voyage halluciné et hallucinant qui mène à cette triste conclusion vaut plus que le détour.

Et voilà que point une autre difficulté dans cette chronique : lorsque l'on présente Utopia on ne peut pas dévoiler de trop le scénario, au risque de gâcher bien des surprises... Cela étant dit, voici le pitch de départ, dont je peux quand même parler : un petit groupe de personnes, plus ou moins jeunes, dont le seul point commun est de posséder la première partie d'un étrange comic book (ou plutôt, un « roman graphique ») baptisé The Utopia Experiment, va se retrouver poursuivi par une mystérieuse organisation, lorsque le manuscrit de la seconde partie jamais publiée de cette oeuvre fait surface...


Comic de répétition

Plus encore, et c'est spécialement sur ce point que je suis obligé de rester vague, la série aborde en son cœur un sujet de société aussi moderne que clivant. Et si ce dernier a régulièrement été évoqué ces dernières années, dans différentes œuvres, aucune, à mon sens, ne l'a fait aussi intelligemment qu'Utopia. Vous risquez ainsi de sérieusement cogiter devant votre écran pour établir votre position tant le traitement de ce sujet est fin, nuancé et non manichéen... Mais revenons à la partie thriller du show, avant que je n'en dise trop.


Au fil des épisodes, et à l'instar des spectateurs, les différents personnages vont devoir donner du sens à ce qui leur arrive et tenter de comprendre, indice après indice, ce qui se trame vraiment. Dans les premiers épisodes, l'intrigue est volontairement difficile à saisir et l'histoire, souvent décousue, ne donne de réponses concrètes qu'au compte goutte, n'hésitant pas à laisser protagonistes et public dans de grandes réflexions. Et si ce procédé d'écriture habituellement m'énerve et me frustre, dans le cas présent il m'a accroché, d'un bout à l'autre, me donnant envie de connaître, épisode après épisode, le fin mot de cette histoire.

« L'une des marques de fabrique de la série est de vouloir ressembler au maximum à un comic book ».


L'enveloppe sonore très travaillée, comme la musique originale (dans tous les sens du terme) signée du talentueux Cristobal Tapia de Veer (à qui l'on doit, notamment, les bandes son de Humans et Dirk Gently's Holistic Detective Agency - dont on parlera probablement dans de futures chroniques), habillent ce thriller conspirationniste de compositions équilibrées, entre harmonies et dissonances, mettant en exergue l'ambiance particulièrement étrange et décalée du show... Qui en joue d'ailleurs.

Cette étrangeté singulière prend notamment tout son sens avec les antagonistes d'Utopia, dont les premiers à ouvrir le bal sont brillamment incarnés par les très perturbants Neil Maskell et Paul Ready, dont la violence, impassible et méthodique, n'égale que le flou de leurs motivations et de leur passé.


Et puisque l'on parle de violence, sachez que si vous y êtes allergique vous pouvez passer votre chemin. L'une des marques de fabrique de la série est de vouloir ressembler au maximum à un comic book. Cela se traduit notamment par un show adulte et décomplexé, chargé en hémoglobine très graphique et sans le moindre filtre.

Quoique... Des filtres, il y en a beaucoup, mais d'un autre genre, plutôt du côté de la photographie exceptionnelle d'Utopia et ses jeux de couleurs.

Utopiart

Avec ses nombreux aplats de couleurs flashy et saturés, notamment dans les décors et les costumes, et de par sa réalisation impeccable qui donne régulièrement l'impression d'être sous acide, la série de Channel 4 est indéniablement visuellement unique. Aujourd'hui encore, dans sa partie, aucune série n'est arrivée à l'égaler ou simplement à lui ressembler. Utopia est un véritable régal pour les yeux et les oreilles, et rarement aurais-je eu autant envie de qualifier une série d'oeuvre d'art globale.


Impossible également de ne pas saluer les performances extrêmement solides de l'ensemble du casting de ce show, créé par Dennis Kelly. De Fiona O'Shaughnessy à Alexandra Roach (Black Mirror) en passant par Geraldine James, Nathan Stewart-Jarrett (Misfits), Adeel Akhtar (Counterpart, dont on parlait la semaine dernière) ou encore le jeune Oliver Woollford pour n'en citer que quelques-uns, tous participent au succès de cette série dans laquelle il peut pourtant sembler peu aisé d'entrer, de prime abord.

Leurs personnages, atypiques bien qu'ancrés dans le réel, et leurs évolutions, souvent inattendues, sont passionnants à suivre, au fil de péripéties incisives et surprenantes. Ce que je vais déclarer va peut-être vous paraître poncif, mais entre ces héros (et antagonistes) et tout ce qui a été décrit plus haut, il n'y a vraiment pas deux séries comme Utopia. Il s'agit véritablement d'une perle unique, qui mérite d'être savourée et qui propose certains des meilleurs épisodes qu'il m'ait été donné de voir, toutes séries confondues.

Déjà à l'époque, les mots me manquaient :



Mais, si le fait que la série se termine abruptement sans parfaitement boucler tous les éléments de son scénario est vraiment trop décourageant pour vous, sachez ceci : après un projet d'adaptation sur HBO par David Fincher finalement annulé, un autre remake est dans les cartons chez Amazon. Cette version avec John Cusack et Rainn Wilson n'a cependant pas encore de date de diffusion. En outre, il est difficile d'imaginer qu'elle parviendra à être à la hauteur et aussi mémorable que l'originale... Mais un accident est toujours possible.

Cette série est pour vous si :

- Vous recherchez une série qui fait cogiter
- Vous aimez les belles couleurs et les séries bien réalisées
- Vous voulez une histoire qui va vous surprendre plus d'une fois


Cette série n'est pas pour vous si :

- Vous n'aimez pas la violence gratuite
- Le malaise et la bizarrerie ce n'est vraiment pas votre tasse de thé
- Vous ne voulez pas d'une série qui se termine abruptement


Bon, mais où regarder Utopia ? À l'heure où sont rédigées ces lignes, malheureusement, aucune plateforme de streaming ne la propose. Il faudra donc se retourner vers la location numérique ou bien des DVD/Blu-Ray. Avec un peu de chance Amazon la proposera aux côtés de son futur remake, mais rien n'est moins certain, malheureusement...
15
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Le CSA monte une équipe de professionnels des médias pour lutter contre les fake news
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes
SFR augmente le prix de ses forfaits internet fixe
Amazon dévoile le calendrier pour recevoir ses commandes avant Noël

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top