Uber freine son projet de voiture autonome après un accident mortel

Par ,
le mardi 20 mars 2018
L'entreprise spécialisée dans le VTC a décidé lundi 19 mars de suspendre ses tests sur les voitures autonomes après qu'un de leurs véhicules a été impliqué dans la mort d'une piétonne américaine.

Ce nouvel accident marque un coup d'arrêt pour Uber, mais risque aussi d'affecter les autres constructeurs qui souhaitent se spécialiser dans le domaine.

Le programme d'Uber au point mort


Depuis quelques mois, les opérations de communication se multiplient autour des voitures autonomes, mettant notamment en scène les réactions de leurs passagers. Décidé à se lancer dans cette technologie d'avenir, Uber a lui aussi organisé de nombreuses campagnes de tests et de publicités dans plusieurs villes des États-Unis comme à San Francisco, Phoenix ou Pittsburgh. Fin 2017, a société avait ainsi annoncé avoir d'ores et déjà parcouru plus d'1,5 million de kilomètres avec ses nouveaux véhicules. Le programme d'Uber a cependant connu un gros coup dur dimanche dernier avec l'accident qui a causé la mort d'une piétonne dans l'Arizona.

La collision a eu lieu lorsque la femme traversait la rue, en dehors d'un passage piéton. D'après les premiers éléments fournis par la police, le véhicule roulait à 65km/h et n'a pas freiné avant de percuter la piétonne. Un conducteur était pourtant à bord lorsque l'accident a eu lieu, comme l'oblige la loi américaine, mais la voiture était bien en mode conduite autonome au moment de l'accident. L'enquête se poursuit pour établir la responsabilité ou non du conducteur. Depuis cet accident, Uber a décidé d'interrompre ses activités et pourrait donc repousser son objectif de mettre en route un taxi autonome en 2019.



Une remise en question de la voiture autonome?


L'accident qui a eu lieu dimanche est une très mauvaise publicité pour la voiture autonome, d'autant plus que ce n'est pas le premier. D'autres cas ont été répertoriés en 2016, comme la collision entre une Google Car et un bus ou l'accident d'une Tesla Model S, rentrée à pleine vitesse dans l'arrière d'une remorque de camion, causant la mort du conducteur. Si Uber qui s'était fait une place dans le marché grâce à des partenariats avec Volkswagen et Nvidia doit revoir sa copie, les autres constructeurs pourraient également pâtir de cet événement. Ces derniers envisagent pour la plupart de commercialiser des voitures autonomes d'ici 2020 ou 2021.

Pourtant, certains experts s'accordent à dire que l'accident n'aura pas de conséquences sur la stratégie des grandes marques automobiles impliquées dans la conduite autonome. Laurent Meillaud, spécialiste des technologies automobiles, a ainsi expliqué au micro de RTL que "cet accident ne menace pas la thématique elle-même de la conduite autonome, en revanche ça incitera sans doute certains acteurs à faire preuve de plus d'humilité". Ces experts automobiles soulignent d'ailleurs que ces véhicules sont encore des prototypes et que le risque 0 ne peut pas être atteint.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top