Le PDG de Brave demande un RGPD version US au Sénat Américain

Par
Le 02 octobre 2018
 0
rgpd

Brendan Eich, créateur du navigateur Brave, a récemment écrit au Sénat américain afin de demander la mise en place d'un RGPD aux États-Unis.

Depuis sa création en 2016, le navigateur Brave ne cesse de voir son nombre d'utilisateurs augmenter.

Fiable, rapide, et protégeant les données de ses utilisateurs, le navigateur web Brave basé sur Chromium met l'accent sur la sécurité et le respect de la vie privée de l'utilisateur, en activant automatiquement l'option HTTPS Everywhere qui permet de chiffrer sa connexion avec des sites web non sécurisés par exemple.

Cependant, il semblerait que Brendan Eich, son créateur, souhaite aller plus loin. Il a en effet récemment écrit une lettre adressée au Comité sénatorial du commerce, des sciences et des transports des États-Unis, afin de leur faire part de ses arguments quant à la mise en place d'un texte similaire au RGPD.

Vie privée et USA...

On vous propose de découvrir ci-dessous quelques extraits de ladite lettre, qui commence ainsi :

"En tant qu'entreprise née et basée aux États-Unis et en tant que technologues de pointe, nous estimons que le nouveau cadre de réglementation de la protection de la vie privée dans l'Union européenne représente un modèle à suivre".

L'homme poursuit en rappelant que les fondements du RGPD coïncident avec ceux des USA :

"Le caractère du RGPD est conforme à la conception qu'ont les États-Unis de la protection de la vie privée. En effet, les principes fondamentaux du texte sont basés sur des principes que les États-Unis ont déjà approuvés en 1980, dans les Lignes directrices de l'OCDE sur la protection de la vie privée".

Un règlement bénéfique pour le pays ?

Brendan Eich explique ensuite les avantages qu'aurait le pays à adopter une réglementation similaire :

"Dans les années à venir, des normes de ce type concernant l'utilisation commerciale des données personnelles des consommateurs s'appliqueront dans l'UE, en Grande-Bretagne, au Japon, en Inde, au Brésil, en Corée du Sud, en Argentine et en Chine, pour les utilisations civiles et commerciales des données personnelles. Ces pays représentent 51 % du PIB mondial (...) Une norme semblable aux États-Unis assurerait notre position et notre avantage concurrentiel en tant que chefs de file de la technologie et de l'innovation sur le marché mondial".

C'est ainsi qu'il continue en parlant des dangers que représentent les publicités ciblées, ainsi que l'avantage économique qu'elles offrent aux entreprises, qu'il décrit comme "discutables".

Reste à voir si le Comité sénatorial du commerce, des sciences et des transports des États-Unis prêtera une oreille attentive à ce courrier.

Modifié le 02/10/2018 à 15h18
scroll top