Test du Samsung Gear VR : et la réalité virtuelle devient mobile ?

Par ,
le 29 mars 2016
 

Le Gear VR à l'usage


Le moment est venu de passer le casque sur la tête et de plonger dans l'environnement Oculus. L'interface est originale : les menus rappellent les tuiles de Windows, mais elles sont disposées en 3D dans une sorte de loft futuriste. Un effet gratuit, mais qui permet déjà de constater le point fort du Gear VR sur les autres solutions mobiles : sa réactivité !

La latence est quasi-nulle et supprime une grande partie du malaise lié aux premiers casques. Dans des jeux très immersifs et rapides, on pourra avoir la tête qui tourne, comme sur des montagnes russes, mais en près d'un mois d'utilisation, pas un haut-le-coeur à déplorer.

Sur la quelque dizaine d'applications et jeux que nous avons pu tester, nous avons été agréablement surpris par la fluidité de la 3D, aux textures, certes, très basiques sur la plupart des jeux, mais procurant des sensations d'immersion assez bluffantes dans les jeux ou apps en relief. Le travelling arrière de l'intro de Eve Gunjack ou les environnements vertigineux de Smash Hit remplissent vraiment bien leur rôle : plonger l'utilisateur dans quelque chose de beaucoup plus grand que lui.

0258000008397100-photo-oculus-video-1.jpg



Les contenus à 360° commencent à pulluler et l'application Oculus Video en centralise déjà une bonne sélection. Il y a à boire et à manger là dedans, mais certaines expériences qui jouent sur l'originalité et l'effet de surprise, ou sur l'émerveillement font leur effet : on recommande particulièrement les photos de Mars ou de tombeaux égyptiens ! Sur les vidéos, on constate assez souvent un décalage de l'adaptation du débit, surtout lorsqu'on tourne la tête vers une autre partie de la vidéo, qui apparaît floue pendant quelques secondes.

0190000008397102-photo-video-360-1.jpg
0190000008397104-photo-video-360-2.jpg


L'usage le plus étonnamment addictif, au delà des vidéos 360°, concerne les vidéos « plates » que l'on peut visionner dans un environnement virtuel, comme une salle de cinéma, un salon équipé d'un téléviseur géant ou... la Lune ! Mine de rien, même si la résolution de l'image est encore insuffisante pour profiter pleinement des films « projetés », la sensation de regarder le film sur grand écran est vraiment convaincante, et pour certains classiques du cinéma qu'on aurait loupés dans les salles obscures, la séance de rattrapage est plutôt prometteuse.


Ecran : meilleur que les autres, mais encore insuffisant ?


Tous les smartphones compatibles avec le Gear VR utilisent un écran QHD (2 560 x 1 440 pixels). C'est le maximum que l'on peut trouver actuellement sur les modèles du marché. Et même avec cette résolution pourtant très élevée, la finesse reste insuffisante pour ne pas distinguer nettement la matrice de l'écran une fois le casque devant les yeux. La technologie d'écran des Galaxy S6 et S7 n'aide pas : la même résolution en LCD serait sans doute plus agréable. Le zoom sur les sous pixels de la dalle AMOLED n'arrangent rien à cette impression de flou, et pour tout dire, un Google Cardboard utilisé avec un smartphone Full HD donne paradoxalement l'impression d'un rendu plus précis. Néanmoins, c'est un défaut avec lequel il va falloir vivre encore longtemps : avant de voir arriver des smartphones 8K, les pixels rouge, vert et bleu seront nos amis !

L'autre problème vient de la qualité des lentilles, qui produisent des aberrations chromatiques très visibles, notamment sur les éléments clairs sur fond noir.

Attention : ça chauffe !


La principale limite de l'expérience Gear VR provient des saccades constatées quand le téléphone chauffe trop. Il consomme énormément de ressources système et, non seulement la batterie descend de manière vertigineuse (d'où l'intérêt du port USB passthrough), mais la chauffe importante occasionne des baisses de régime assez flagrantes.

0320000008397022-photo-gear-vr-5.jpg
Attention : ça chauffe à l'intérieur !


Le phénomène nous a paru particulièrement sensible avec un Galaxy S6 dans un jeu assez gourmand comme EVE Gunjack, où un avertissement s'est affiché à plusieurs reprises. Le S7 Edge plus grand, plus puissant et mieux refroidi, semble se comporter de manière plus stable.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top