Les stades de l'Euro couverts en 4G+ : moins de saturation

Par
Le 10 juin 2016
 0
Les opérateurs de téléphonie mobile ont profité de l'Euro pour renforcer la couverture des 10 stades dans lesquels les rencontres se tiendront.

« SFR s'est engagé dans un programme de densification de la couverture des stades de l'Euro 2016. » Seul SFR a diffusé un communiqué à ce sujet. Mais il y est précisé que ce programme s'est fait « aux côtés des autres opérateurs ».

Selon nos informations, les quatre opérateurs se sont partagé équitablement les nouveaux déploiements. Dans chacun des stades, l'un des opérateurs a ainsi installé des antennes, auxquelles les trois autres peuvent brancher les équipements réseau de leur choix. En dépit de cette mutualisation, chacun est ainsi susceptible d'offrir un niveau de prestation différent.

À lire aussi : 1ères expérimentations LTE-Advanced : est-ce vraiment la vraie 4G ?

0190000007723679-photo-logo-4g-sfr.jpg

Jusqu'à 337,5 Mb/s en 4G


En l'occurrence, SFR propose dans ces stades ce qu'il appelle l'ultra haut débit mobile, qu'il a récemment inauguré à Brest.

Après en avoir finalement fait la demande, Orange et SFR ont obtenu fin mai l'autorisation de réattribuer tout ou partie de la bande des 1800 MHz, jusqu'alors destinée à la 2G, à la 4G. Ils succèdent ainsi à Bouygues Telecom et depuis peu à Free.

Désormais les trois opérateurs historiques peuvent ainsi exploiter la 4G simultanément sur trois bandes de fréquence. Initialement, les opérateurs privilégiaient telle ou telle bande pour ses prédispositions à couvrir largement ou au contraire à délivrer de meilleurs débits. Mais depuis quelques temps, certains téléphones 4G haut de gamme sont capables d'agréger trois bandes. Or le débit maximal est directement proportionnel à la largeur du spectre.

Ainsi en exploitant pleinement ses 10 MHz sur la bande des 800 MHz, ses 20 MHz sur celle des 1800 et ses 15 MHz sur celle des 2600, SFR offre un débit maximal théorique de 337,5 Mb/s. On n'a pas la certitude qu'Orange et Bouygues Telecom en font autant, mais c'est fort probable, car ils en ont la capacité.

À lire aussi :
4G : de l'ultra haut débit à 330 Mb/s, chez Bouygues Telecom dès 2015
Bouygues Telecom : de la 4G+ à plus de 400 Mb/s au 2nd semestre 2016


Moins de saturation par forte affluence


Quoi qu'il en soit, dans le contexte d'un stade pouvant accueillir 40 à 80 000 spectateurs, la bonne nouvelle n'est pas tant le record de débit. C'est avant tout ce qu'on appelle la capacité, c'est-à-dire la possibilité d'éviter la saturation et la faculté de servir un plus grand nombre de clients, avec un débit moyen certes nettement inférieur aux 337,5 Mb/s vantés, mais néanmoins supérieur à celui qu'on pouvait espérer atteindre jusqu'alors. Même avec un téléphone d'entrée de gamme qui n'est pas capable d'agréger plusieurs bandes, qui aura plus de place pour se connecter.

Autrement dit, on aura plus de chance de réussir à se connecter et on le fera souvent plus rapidement.

Liste des stades concernés : stade Matmut Atlantique de Bordeaux, stade Bollaert-Delelis de Lens, stade Pierre Mauroy de Lille, stade des Lumières à Lyon, stade Vélodrome de Marseille, stade Allianz Riviera de Nice, stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne, Stadium de Toulouse, Parc des Princes de Paris et Stade de France de Saint-Denis.


03e8000008467860-photo-mobile-sur-un-stade-de-foot.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top