Surprise ! Facebook fait du lobbying pour lutter contre les lois de protection des données

le 05 mars 2019 à 08:50
 0
Facebook
I AM NIKOM / Shutterstock.com

Le réseau social a mis à profit son pouvoir et son influence pour faire pression contre la législation sur la confidentialité des données avec aux manettes la numéro 2 de Facebook : Sheryl Sandberg.

Sheryl Sandberg, chef des opérations de Facebook, a voulu que George Osborne soit plus actif dans sa lutte contre la législation européenne sur la protection des données, et mène une véritable opération de lobbying visant à clairement influencer la politique de l'UE, selon The Observer et Computer Weekly. Sheryl Sandberg est la numéro 2 de Facebook. George Osborne, lui, fut chancelier britannique de 2010 à 2016, chargé des finances et du trésor du Royaume-Uni. L'un des hommes les plus influents du pays donc.

La protection des données, une « bataille difficile »


Les documents consultés par les médias britanniques et fournis par le développeur d'applications Six4Three, qui a déjà dévoilé un partage des données utilisateur entre Facebook et des entreprises comme Netflix ou Lyft, révèlent une campagne mondiale de lobbying ciblant des centaines de régulateurs et législateurs du monde entier. Le Royaume-Uni, les États-Unis, l'Inde, le Brésil, la Malaisie et l'ensemble des États de l'Union européenne sont concernés. Le principal document, une note interne datant de 2013 destinée au responsable de la communication de Facebook de l'époque, Elliot Schrage, dévoile divers outils de lobbying.

Personnage ô combien important de Facebook pour avoir grandement contribué à son développement économique, Sheryl Sandberg souffre d'une réputation sulfureuse, mais conserve la confiance de son boss, Mark Zuckerberg. La numéro 2 de Facebook aurait considéré la directive européenne sur la protection des données (l'ancêtre du RGPD) comme une menace critique pour la société. Dès 2013 à Davos, celle-ci jugeait déjà les nouvelles lois en matière de confidentialité des données « trop normative », parlant d'une « bataille difficile » à mener en Europe.

L'Irlande, pilier de la stratégie européenne de Facebook


Alors entre en jeu l'Irlande. Facebook entretenait de cordiales relations avec le Premier ministre de l'époque, Enda Kenny, comme l'indique la note. Et le commissaire irlandais à la protection des données agissant pour le compte des 28 États membres de l'UE... cela permet de poindre le problème. Selon le mémo, Enda Kenny était carrément considéré comme « un ami de Facebook ».

Facebook aurait encouragé Kenny à user de son aura - renforcée pendant la présidence irlandaise de l'Union européenne - pour influencer la directive sur la protection des données, avec succès. Si les grandes entreprises numériques ont été généreusement accueillies en Irlande, celles-ci ont visiblement fait du pays un vassal à leur service. Plusieurs hommes politiques, parmi lesquels des sénateurs américains et des commissaires européens, auraient favorisé le lobbying de Facebook. Le président indien Pranab Mukherjee et Michel Barnier, négociateur du Brexit et ancien ministre des présidents Chirac et Sarkozy, sont aussi cités, tout comme George Osborne.

Séduire les dirigeants et promettre des investissements


En 2013, Osborne avait sollicité Sheryl Sandberg afin que Facebook investisse dans le projet gouvernemental Tech City. En échange, la numéro 2 du réseau social américain lui demandait de devenir encore plus actif dans le débat sur la directive européenne relative aux données, et de lutter contre, ce à quoi George Osborne avait répondu favorablement.

Dans le même laps de temps, Sandberg publie son livre En avant toutes : les femmes, le travail et le pouvoir, qui évoque la place des femmes dans le monde du travail et leurs perspectives. À l'époque, le livre est perçu comme un moyen de gagner les faveurs des législatrices et dirigeantes. Le géant Facebook voit alors Viviane Reding, commissaire européenne chargée de la justice et bâtisseuse de la directive européenne sur les données, comme une responsable « pas fan » des entreprises américaines, et décrit une relation mutuelle « difficile ». George Osborne a alors proposé à Sheryl Sandberg d'organiser le lancement du bouquin au 21 Downing Street, connue pour être la résidence du Premier ministre britannique.

Les exemples de l'influence de Facebook ne manquent pas. Au Canada et en Malaisie, Facebook promettait de créer des emplois et d'y installer un data center en l'échange de garanties législatives. La firme est parvenue à faire céder les gouvernements. La morale de l'histoire nous indique que l'on prend toujours soin de ses amis.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Cette édition 2019 de la Game Developers Conference aura suscité un intérêt tout particulier chez les joueurs grâce à la présentation de Stadia par Google. Mais aussi, et comme chaque année, l'événement à destination des professionnels de l'industrie du jeu vidéo a récompensé les meilleurs titres de ces derniers mois.
23:00 | Jeux vidéo
Un prototype du vaisseau spatial Starship va faire l’objet d’un premier essai sur le site de Boca Chica, au Texas. Une étape à la fois symbolique et importante dans la course à la conquête spatiale menée par SpaceX.
22:31 | Espace
Le constructeur va lancer en Inde son propre de système de paiement mobile. Contrairement à ses concurrents, Xiaomi n’utilise pas de puce NFC pour régler un commerçant mais met en avant le paiement par QR Code.
Incriminé pour son manque de réactivité, voire son inertie face au live diffusé par un terroriste lors de la fusillade de Christchurch, le réseau social Facebook promet de perfectionner son IA pour détecter les vidéos à caractère terroriste.
21:33 | Facebook
En pleine conférence à la Game Developers Conference, Tim Sweeney, patron d’Epic Games, a fait pleuvoir les annonces concernant le futur de sa boutique lancée en fin d’année dernière.
21:04 | Jeux vidéo
Alors que les écrans percés se généralisent peu à peu après la déferlante de « notchs » observée en 2018, Samsung confirme une fois encore sa volonté d’en finir avec ce genre de solutions.
20:35 | Samsung
L’horloger suisse présente une montre connectée qui enregistre les performances des golfeurs et leur donne des informations adaptées pour améliorer leur jeu, dont une cartographie 3D du parcours.
Dans le domaine spatial, les retards sur le calendrier initial d’un programme sont légion, ce qui reste assez compréhensible compte tenu de la complexité d’un lancement, de la conception d’un lanceur ou d’un moteur de fusée.
19:37 | Espace
La plateforme, lancée le 18 mars, répond aux questions posées par les Européens dans le cadre des élections qui vont avoir lieu au mois de mai. Mais sa mission ne s’arrête pas là.
19:08
Malgré sa présentation retentissante durant la Game Developers Conference cette semaine, Stadia, le service de cloud gaming signé Google, suscite encore beaucoup d'interrogations chez les joueurs.
Nvidia lance son nano-ordinateur équipé d’un processeur ARM et d’un GPU Maxwell, un kit de développement proposé pour seulement 99$ (87 €). Il ambitionne de conquérir, à l’instar du Raspberry Pi, un marché de > intéressé par le deep learning et les réseaux de neurones artificiels.
18:10 | Mini-PC
Les opérateurs mobiles ont une "fâcheuse" tendance à prolonger les offres sur les forfaits mobiles et on ne va pas s'en plaindre ! Bouygues ne déroge pas à la règle et annonce le prolongement de son offre B&YOU 40 Go à 9,99€ par mois. Et parce qu'on ne s'en lasse pas, faisons une nouvelle fois le tour de cette offre !
18:00 | Bon plan
Une pétition en ligne visant à abroger l’article 50 été victime de son succès en obligeant le site hébergeur à fermer momentanément
La filiale sportive de Mercedes accélère sa transition vers l’électrique : l’ensemble de sa gamme aura le droit à des versions hybrides rechargeables au cours des prochaines années.
Si la version française de la plus grande encyclopédie du monde se pose des questions, d’autres versions européennes ont décidé de baisser pavillon, face à la réforme du droit d’auteur.
scroll top