Pourquoi le Big data va révolutionner les DRH

Alain Clapaud
07 juillet 2015 à 10h03
0
Les logiciels de gestion des Ressources Humaines (SIRH) sont de plus en plus connectés aux sites d'emploi, aux réseaux sociaux et aux forums professionnels, où ils peuvent dénicher l'expert tant réclamé par la direction informatique ou une direction métier.

Débaucher les meilleurs profils

C'est la grande évolution apportée par le Big data : les recruteurs ne se contentent plus des viviers de CV de candidats à la recherche d'un nouvel emploi, ils disposent maintenant de chasseurs de tête « logiciels » pour débusquer les meilleurs éléments en poste.

Monster, l'un des sites d'emploi les plus connus, a anticipé ce mouvement avec l'acquisition de TalentBin en 2014. « Avec ce service, nous collectons les traces que laissent les candidats sur Internet » explique Olivier Enault, consultant avant-vente solutions RH chez Monster. « Le Big Data et les technologies sémantiques nous permettent de prendre ces données brutes d'un vivier de candidats et de les décrypter pour identifier les formations, les postes occupés, le nom des entreprises, etc. » De fait, son moteur enquête sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Linked-in, About.me, etc.), mais aussi sur des sites de questions-réponses comme Quora, ou encore des outil de CRM et de gestion des candidats.

0190000007993984-photo-talentbin.jpg

Patrice, ingénieur logiciel dans une SSII, ne cherche pas un nouveau poste.
Mais TalentBin, fort de ses contributions, conseille de le débaucher.

Valider un CV plus ou moins enjolivé

Monster utilise actuellement TalentBin sur les informaticiens et exploite toutes les traces disponibles pour évaluer les compétences et le niveau d'un développeur, par exemple. « Nous appliquons nos algorithmes sur la population des informaticiens et des développeurs qui échangent sur les forums, qui contribuent à des projets Open Source, répondent à des questions sur des sites spécialisés, sur Meetup, Gravatar, Stack Overflow, etc. Le logiciel va grappiller des données un peu partout et reconstituer un profil unique, identifié. Une information que l'on va pouvoir restituer au recruteur à la recherche d'un profil spécifique. »

Pour Monster, l'intérêt est énorme puisque le site va « enrôler » des candidats qui n'ont même pas créé de compte sur Monster. Le jobboard va donc au-delà des personnes en recherche d'un nouveau poste, il inclut dans ses résultats des salariés en poste.

La solution présente aussi un autre avantage : celui de travailler sur des données « réelles », donc de valider les dires d'un candidat au CV plus ou moins enjolivé. « Il ne s'agit plus de déclaratif comme on le voit sur les CV, mais réellement d'informations concrètes. Nous sommes capables de dire que cette personne a participé à X projets sur telle technologie, a contribué sur X forums ce qui peut indiquer un niveau de compétence très élevé. »

TalentBin a démarré son activité dans l'univers informatique et télécom, un secteur où les candidats sont les plus actifs en ligne et donc les plus faciles à traquer sur Internet. Aux Etats-Unis, le service vient de lancer son activité sur les professions de santé et compte s'étendre à d'autres domaines au fur et à mesure qu'il estimera le volume de données postées en ligne comme suffisant pour faire tourner ses algorithmes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Microsoft marque la plus usurpée par les pirates, devant DHL et Google
Apple lance Apple Music TV, sa chaîne musicale à la sauce MTV
Salto : vous abonnerez-vous à la nouvelle plateforme de streaming française ?
Test Ring Video Doorbell 3 : l’interphone connecté qui fait mieux, sans être parfait
The Mandalorian, saison 2 : un nouveau trailer diffusé
La Russie va limiter les achats de cryptomonnaies à 6 500 euros par an
En Chine, le OnePlus 8T a généré 12,7 millions d'euros 1 minute après sa mise en vente
On a testé Sensei sur Mac : une application de nettoyage prometteuse mais encore jeune
Gigabyte a 4 nouvelles RTX 3070 dans les cartons !
Microsoft déploie la nouvelle version d'Outlook sur macOS
scroll top