Yahoo : Marissa Mayer est sur la sellette

Par
Le 23 novembre 2015
 0
Délaissée par plusieurs hauts cadres qui ont quitté Yahoo cette année, et attaquée dans une lettre par l'un de ses actionnaires, la PDG Marissa Mayer voit son avenir s'assombrir.

La pression s'accentue sur Marissa Mayer. La patronne de Yahoo, débauchée de Google à l'été 2012 dans l'espoir de redonner un avenir à l'ancien fleuron du Web, est mise en cause dans une lettre du fonds activiste - et actionnaire de la société - Starboard Value. Alors que Yahoo veut céder sa part de 15 % dans Alibaba, le fonds s'inquiète des conséquences fiscales de l'opération, et préfère une revente... du moteur de recherche.

Un front s'est également ouvert en interne où, selon Forbes, plusieurs cadres dirigeants remettent en question la capacité de Marissa Mayer à redresser Yahoo. Au bout de trois ans, la société a multiplié les acquisitions de start-up dans le domaine de la mobilité, de la vidéo et de la publicité en ligne, mais aucune tendance forte ne se dégage. La stratégie est jugée peu claire et les résultats financiers patinent toujours.

Marissa Mayer menacée ?


Ces derniers mois, les démissions de hauts cadres se sont multipliées chez Yahoo. Et le prochain gros départ pourrait être celui de Marissa Mayer elle-même. C'est le pari qu'a fait l'analyste Bob Peck auprès de CNBC, selon qui la responsable quittera le navire sous douze mois. Si Yahoo cédait à Starboard Value, il deviendrait un agrégat de services mobiles sans cohérence, signant probablement la fin de la stratégie de Marissa Mayer.


07101736-photo-marissa-mayer-wef.jpg


Elle avait pourtant prévenu que le retour à la croissance serait plus long que prévu. Un temps trop long pour le marché : ces six derniers mois, le titre Yahoo a perdu 24 % en Bourse. Un an auparavant, Starboard Value voulait créer un géant de la pub en ligne en fusionnant Yahoo à AOL - finalement racheté par l'opérateur Verizon en mai 2015. Une chose est sûre : la situation financière de Yahoo ne s'améliorera pas cette année.


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top