"Toutes les planètes sont alignées" pour un rachat de Bouygues par Orange

Par
Le 22 décembre 2015
 0
Les discussions de fusion entre Bouygues Telecom et Orange semblent faire un pas supplémentaire. Des réunions imminentes devraient permettre l'avancement des négociations quant à un éventuel rachat du secteur Telecom de Bouygues.

Le feuilleton tient en haleine l'Europe des télécommunications, entre rumeurs et réalités. Sont-ce les réjouissances de fin d'année ou bien le solstice d'hiver qui ont poussé la source du journal Les Echos à déclarer à ce sujet que « toutes les planètes étaient alignées » et que « les discussions avançaient bien » ? Le quotidien économique a fait savoir ce matin que des informations lui étaient parvenues, confirmant les bruits de couloir et les petites phrases bien senties.

Les PDG des deux groupes pourraient profiter de la période de Noël pour entrer dans les détails du négoce, une annonce possible se ferait attendre pour le début d'année... on croirait attendre que des amants se déclarent. Bloomberg s'était déjà prononcé en ce sens le 7 décembre, avançant qu'il y avait bien entre Martin Bouygues et Stéphane Richard (Orange) un projet de rachat. En démentant il y a quelques jours que les activités de TF1 passeraient sous le joug d'Orange, Nonce Paolini ajoutait aussi, d'une certaine façon, du crédit aux on-dit.

Pour Les Echos, la coupe de champagne tenue par Emmanuel Macron lors d'un long aparté avec les deux protagonistes est un signe qui ne trompe pas : « classique pour un banquier quand on fête un deal » aurait glissé un dirigeant du secteur, invité lui aussi aux vœux de la FTT (Fédération française des télécoms).

Les télécoms français en pleine effervescence


Des parents qui s'inquiètent


Pourtant le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique avait fait savoir quelques semaines auparavant et sur un ton moins enjoué, qu'il serait particulièrement attentif « à l'emploi et à l'investissement », si une telle fusion avait lieu.

Et si le jeune ministre craint des licenciements en masse, Bruno Lasserre, président de l'Autorité de la concurrence, redoute un duopole trop restreint. Interrogé au micro de France Info, il a tempéré les engouements, et précisé qu'une telle opération ne pourrait pas se faire si le risque d'une asphyxie de la concurrence était trop important.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top