L'audition de Mark Zuckerberg par le Parlement européen diffusée en live

le mardi 22 mai 2018
Suite au scandale Cambridge Analytica ayant permis la fuite des données personnelles de plus de 87 millions d'utilisateurs, Facebook ne cesse de s'exprimer et de s'excuser. Il y a quelques jours, on apprenait que le fondateur de Facebook rencontrerait Emmanuel Macron, mais surtout qu'il s'exprimerait enfin devant le Parlement européen cette semaine.

Antonio Tajani, Président du Parlement européen, a grandement insisté pour que le fondateur de Facebook vienne témoigner. Malgré une hésitation assez longue, Mark Zuckerberg a finalement accepté. Une bonne nouvelle qui a pourtant suscité le mécontentement de nombreuses personnes lorsqu'il a été annoncé que la rencontre aurait lieu à huis clos et que le public et la presse ne seraient pas autorisées.



La rencontre sera diffusée sur le site du Parlement


Finalement, c'est via Twitter qu'Antonio Tajani a expliqué que la rencontre serait publique grâce à une retransmission en live à suivre sur le site du Parlement européen à partir de 18h20, aujourd'hui. Il explique « avoir personnellement discuté avec le PDG de Facebook, de la possibilité de diffuser en direct la rencontre. »

Antonio Tajani s'est par ailleurs dit « heureux qu'il (Mark Zuckerberg) ait accepté cette demande. »




Nouvel exercice médiatique pour Mark Zuckerberg


Ce n'est pas la première fois que Mark Zuckerberg devra rendre des comptes aux personnalités politiques, puisqu'il a récemment été interrogé par le Congrès américain. Le fondateur de Facebook a donc un discours plutôt rôdé, d'autant plus que les questions posées par le Parlement devraient aborder les mêmes sujets que celles abordées devant le Congrès américain. Le Parlement européen insistera probablement sur la vie privée des utilisateurs, puisque le RGPD entre en vigueur ce vendredi.

A noter que Mark Zuckerberg refuse toujours de se présenter devant le Comité britannique pour témoigner. La fuite de données ayant touché plus d'un million de résidents du pays, les parlementaires britanniques ont préparé une liste avec une cinquantaine de point à aborder sur l'affaire Cambridge Analytica.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top