Aukey KM-G6 : notre test du clavier gaming à moins de 50€

Par
Le 17 octobre 2018
 0
La note de la rédac

Une fois n'est pas coutume, nous testons un clavier mécanique d'entrée de gamme provenant d'une marque pas forcément très connue. A moins de 50€, le KM-G6 de chez Aukey s'inscrit dans la tendance de démocratisation du gaming. A-t-il ce qu'il faut pour s'imposer ? Voici notre avis après plusieurs jours de prise en main.

Aukey est une marque chinoise spécialisée dans l'électronique grand public. Depuis peu, la société s'intéresse au secteur du jeu vidéo en proposant du matériel à prix resserré. Mais la concurrence est rude, en particulier la marque KLIM qui a vite su se faire un nom auprès des joueurs disposant d'un petit budget. Face au très bon clavier mécanique Domination, le KM-G6 va devoir batailler ferme pour s'imposer.

Touches flottantes et switchs mécaniques à moins de 50€ : la bonne affaire

Loin d'une production haut de gamme comme le Logitech G513 Carbon, le clavier gaming Aukey KM-G6 a quelques atouts à faire valoir, à commencer par ses touches mécaniques. Le clavier chinois utilise en effet des switchs bleus qui améliorent grandement le confort de frappe, que ce soit pour une bonne session d'Overwatch ou pour rédiger un dossier de plusieurs pages.

Les touches sont au nombre de 105, ce qui permet à l'ensemble de rester relativement compact. Contrairement au KLIM Domination qui prenait une place monstrueuse sur le bureau, le Aukey KM-G6 vise un encombrement minimal. Les touches sont flottantes, réduisant encore l'espace pris par la structure qui mesure 434 x 135 x 37 mm.

aukey km-g6 led

La coque est conçue en aluminium sur la partie haute, le reste est en plastique. L'ensemble devrait assurer une bonne durabilité au clavier de jeu.

Gaming oblige, les touches sont ornées d'un éclairage. Chaque ligne du KM-G6 arbore ainsi une couleur différente, assurée par la présence d'une LED sous chaque touche. Comme souvent, on peut paramétrer divers effets lumineux.

On termine ce tour de présentation par la connectique. Elle est réduite au strict minimum, avec un unique port USB 2.0 dont le connecteur n'est malheureusement pas doré. Le câble n'est pas non plus tressé. Mais pour un appareil commercialisé à 42,99€, difficile d'être trop exigeant. Surtout que, comme nous allons le voir au paragraphe suivant, l'ensemble fonctionne très bien.

aukey km-g6 - connectique

Prise en main du clavier Aukey KM-G6

Il est temps de mettre le clavier mécanique chinois à l'épreuve. La configuration est des plus simples : on branche et on joue. Aucun logiciel de réglage n'est fourni avec le KM-G6. Certains y verront un avantage, d'autres un inconvénient. Dans tous les cas, la simplicité est de mise. Peu importe votre configuration - Windows, Mac, GNU/Linux -, le clavier Aukey est immédiatement opérationnel.

En effet, tous les réglages pour les LED s'effectuent directement avec plusieurs combinaisons de touches. On peut ainsi choisir entre 8 effets prédéfinis avec « Fn + Insertion » ou piocher 8 autres effets conçus pour divers types de jeux avec « Fn + 1 à 8 ». FPS, course, MOBA : presque tous les genres sont gérés.

aukey km-g6 - touches flottantes

Pour aller plus loin, il est possible d'enregistrer deux profils personnalisés avec « Fn + Home ». Il suffit d'appuyer sur les touches que l'on souhaite éclairer et d'enregistrer avec « Fn + End ». Pour invoquer les profils personnalisés, il ne reste ensuite qu'à utiliser « Fn + 9 ou 0 ». Simple et fonctionnel, même si l'apprentissage de toutes les combinaisons demandera un peu de temps.

Au final, le seul reproche qu'on fera à l'éclairage est qu'il n'est pas RGB. Les couleurs sur les LED sont fixes, impossible de choisir celle qu'on désire. Ce n'est pas bien grave, mais il aurait été relativement simple de fournir des éclairages variables. Entrée de gamme oblige, la pollution lumineuse est assez importante : la lumière s'étale fortement sous les touches et non vers le haut. Ceci rend certains caractères difficiles à discerner. On notera aussi que la luminosité est parfois mal équilibrée, tantôt trop forte, tantôt trop faible. L'idéal est de s'en tenir à un seul réglage ou de couper les lumières.

Intéressons-nous maintenant au confort de frappe. Comme vu en début de ce test, le Aukey KM-G6 est doté de switchs bleus de marque Outemu. La frappe est très agréable, quelle que soit la situation. On prend vite goût au confort de frappe qui permet de jouer efficacement et de taper de longs textes sans aucun souci. Certes, le claquement typique des switchs bleus est bien présent, mais on en prend vite l'habitude. Essayer le mécanique, c'est l'adopter, surtout dans cette gamme de prix où ce type de technologie reste assez peu répandu. On notera aussi la présence, dans la boîte, d'une pince pour retirer les touches. Toujours appréciable pour l'entretien.

aukey km-g6 - switch bleu

Conclusion

Durant sa semaine de test, ce petit clavier Aukey KM-G6 ne nous aura pas déçus. Il n'est pas exempt de défauts, mais pour moins de 50€ il aura assuré toutes ses missions. Nous avons également apprécié son faible encombrement.

La coque en métal donne une bonne impression de solidité. Il est stable et les touches avec anti-ghosting répondent parfaitement. Ajoutez à ça des effets de lumière plutôt complets et paramétrables sans logiciel.

aukey km-g6 - logo

Pour moins de 43€, difficile de reprocher ses quelques défauts à ce clavier mécanique d'entrée de gamme. A ce niveau de prix, il faut faire l'impasse sur les LED RGB réglables, le câble tressé ou le connecteur doré. L'absence de logiciel de configuration pourra aussi rebuter les joueurs les plus exigeants, qui de toute façon viseront probablement une gamme au-dessus.

Si vous avez un budget de moins de 50€ et que vous cherchez un clavier mécanique gaming simple, efficace et pas trop encombrant, alors le Aukey KM-G6 est un choix pertinent.

Aukey KM-G6

Les plus
+ Prix
+ Simplicité
+ Compact
+ Robuste
Les moins
- Pas de logiciel de configuration
- LED non réglables
- Câble non tressé
- Pollution lumineuse
Design
Confort de frappe
Éclairages
Prix
3.5

Modifié le 19/10/2018 à 14h39
scroll top