Casques audio nomades : la trilogie au complet !

Par
Le 05 octobre 2011
 0
Crise ou pas crise, les casques audio ne se sont jamais aussi bien vendus. Et phénomène surprenant : la valeur progresse beaucoup plus vite que les volumes ! En effet, de plus en plus d'utilisateurs n'hésitent pas à passer le cap des 100 € pour s'équiper. Est-ce que cela change radicalement l'écoute ? Nous avons décidé de nous lancer dans un grand comparatif de casques, avec des modèles allant de la trentaine d'euros à près de 500 € pour tester cela de nos propres oreilles. Le troisième volet de la trilogie, initiée le 23 septembre 2011, les casques haut de gamme, vient boucler la boucle en ce mardi 8 novembre.

01f4000004620780-photo-casques-ouverture.jpg
Quelques-uns des casques testés...




Attention : ce contenu ancien n'est plus à jour. Pour une sélection récente de casques audio à moins de 100 euros, vous pouvez vous reporter à ce nouveau guide d'achat, publié le 2 mars 2016. Merci.


Les chiffres varient d'un cabinet d'analyse à un autre mais ils disent en gros la même chose : il se vend toujours plus de casques, et des modèles de plus en plus coûteux. Le Webzine Streetpress révélait en mars 2010 que le marché avait été multiplié par 2 en 4 ans, prenant 7 % en volume et 14 % en valeur rien que sur 2009 en France. D'après un dernier bilan GfK (1er septembre 2011) annonçant un « premier semestre difficile pour l'électronique grand public », le marché français du casque audio réalise la progression record à +10 % de volume des ventes et +20 % de chiffre d'affaire ! Et ça n'est pas l'ascension fulgurante de Monster avec ses Beats by Dr. Dre, de 6,6 % à 26,8 % de parts de marché entre 2009 et 2010 (casques à plus de 139 €, en Europe), qui contredira ces éléments...

00b4000004608464-photo-bob-sinclar.jpg
Bob Sinclar, égérie de Sennheiser
Pourquoi donc un tel engouement et une pareille montée en gamme ? La généralisation des lecteurs mobiles de musique (baladeurs mais surtout smartphones) explique la multiplication des ventes, la piètre qualité des écouteurs de base constitue le terreau de la progression en valeur. Maintenant, ce dernier phénomène trouve d'autres explications. Par exemple, l'augmentation de la fréquentation des transports en commun, souvent bruyants, qui nécessitent donc un dispositif d'écoute adapté, plus coûteux. L'intégration de plus en plus fréquente d'une télécommande avec micro pour transformer le casque en kit mains libres fait également grimper de facto la facture. Par ailleurs, la mutation du casque en accessoire de mode pour une frange assez importante de consommateurs légitime à tord ou à raison une hausse de prix chez certains constructeurs (utilisation de matériaux plus qualitatifs, coût des designers, cobranding avec des stars...). Enfin, la démocratisation des baladeurs et téléphone Apple, qui sonnent plat de base et ne bénéficient pas d'un bon égaliseur pour modeler le son à sa guise, a poussé leurs utilisateurs à opter pour des casques plus qualitatifs, capables de faire le boulot que le lecteur n'accomplit pas.

La sélection de produits

0096000004608470-photo-no-intra.jpg
Nous nous sommes cantonnés dans ce dossier à des casques avec arceau destinés à une utilisation nomade : pas d'écouteurs, intra ou autres ici. En dehors de quelques modèles haut de gamme pouvant aussi servir à une utilisation domestique (de salon), ces casques n'ont pas de réelle prétention Hi-Fi. La plupart sont de type fermé, c'est-à-dire avec un cloisonnement (une coque) à l'arrière du transducteur et des coussinets jointifs, offrant ainsi une bonne isolation entre le milieu extérieur et l'espace d'écoute. L'idéal dans la rue ou les transports en commun. En revanche, pour bien isoler, les casques fermés exercent souvent une pression assez conséquente sur les tempes : attention au port prolongé. Et le son confiné apparaît souvent moins aéré et naturel qu'avec un casque ouvert. A l'inverse, les casques ouverts offrent une reproduction sonore réaliste et un confort maximum, mais ils n'isolent pas du tout : c'est pourquoi ils sont souvent utilisés en Hi-Fi, à la maison. Nous avons réparti notre sélection par tranches de budgets. Nous publions aujourd'hui la deuxième, s'ajoutant ainsi à la première déjà en ligne depuis le 23 septembre :


Les critères d'évaluation

Comme nous vous le disions dans notre dernier comparatif de casques audio, « évaluer l'acoustique d'un casque c'est un peu comme déguster un vin : une partie de l'appréciation repose sur des valeurs codifiées - plus ou moins - et assez consensuelles, l'autre partie, la plus importante, est totalement subjective. » Et nous rajouterons aujourd'hui pour filer un peu plus la métaphore que le vin doit s'accorder avec les mets qu'il accompagne. Les rendus vont de la sonorité chaude, avec des medium rehaussés mettant en avant les voix et des aigus doux, à la restitution dynamique sortant des basses marquées et des aigus cristallins, quasi métalliques. Avec quelque part au milieu, la neutralité ou linéarité, produisant un maximum de détails dans toutes les fréquences, sans coloration ni prépondérance particulières. Chaque rendu colle plus ou moins à des styles de musique. Vous trouverez davantage de détails dans la page intitulée "point sur la technologie" que nous avions écrite la dernière fois.

Par ailleurs, la perception auditive permise par le casque va avoir un rôle important : c'est pour faire simple la faculté qu'auront les deux transducteurs à reconstituer une image sonore bien localisée, large et équilibrée à partir d'une source stéréo. Autant d'éléments que nous allons tenter de vous décrire le plus précisément possible. Reste bien sûr la notion centrale d'ergonomie : confort des coussinets, supra ou circum-aural (sur ou autour l'oreille), pression de l'arceau, poids du casque, transportabilité, câble unilatéral ou bilatéral, détachable ou pas... Un casque est quelque chose de très personnel : l'idée n'est pas tant pour nous d'évaluer tous ces modèles dans l'absolu que de les comparer entre eux pour que vous sachiez à quoi vous en tenir dans ce marché prolifique.

Pour faire nos tests, nous avons utilisé comme lecteur un iPhone 4 (même puissance de sortie qu'un Galaxy S2 de Samsung), sans égaliseur, sur lequel nous avons lu un panel de musiques, toutes encodées en ACC à 256 Kbps ou MP3 à 320 Kbps : A Perfect Circle, Beethoven, Björk, Chriss Joss, Ezekiel, Jeff Buckley, Martina Topley-Bird, Miles Davis, Pink Martini, Portishead, Serge Gainsbourg, Radiohead, Tool et Wu-Tang Clan...

0190000004608474-photo-musique.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Casque audio

scroll top