Impression 3D : des cartilages de nez imprimés en seulement 16 minutes

Par
Le 19 mars 2015
 0
L'impression 3D continue son avancée dans le domaine médical. Des chercheurs d'un laboratoire de Zurich ont conçu un moyen d'imprimer une structure de nez humain qui, une fois greffée, peut s'intégrer à l'organisme.

Les chercheurs du laboratoire de recherche sur le développement et la régénération du cartilage, dépendant de l'École polytechnique fédérale de Zurich, en Suisse, viennent de dévoiler une avancée importante en matière d'impression 3D dans le domaine médical. A l'aide d'une imprimante 3D, ils sont parvenus à concevoir un cartilage de nez à l'aide de biopolymère et de vrai cartilage, le tout en seulement 16 minutes.

Le résultat obtenu peut ensuite être transplanté sur un être humain, et sa conception organique permet d'éviter au mieux le rejet puisque des cellules récupérées par biopsie sur le patient sont intégrées à la démarche d'impression. Au fil du temps, le cartilage imprimé en 3D est donc assimilé par l'organisme. Selon l'équipe de chercheurs, il devrait être impossible de différencier la greffe, des cartilages d'origine, au bout d'un certain temps.

07961249-photo-nez-cartilage-imprim-en-3d.jpg

Une découverte qui pourrait aider de nombreux patients dans le cadre, notamment, de la chirurgie reconstructrice. L'exemple du nez est intéressant, car à l'aide de la modélisation 3D, il serait possible de recréer un modèle totalement fidèle à la réalité, pour ne pas voir de différence avant et après un accident. Mais d'autres organes du corps pourraient bénéficier de ce type de technologie, comme une oreille ou un genou, par exemple.

Une technologie coûteuse


Mais reste, à l'heure actuelle, une limite importante, à savoir le coût de fabrication de ce genre de greffon. La « bio-impression » est très coûteuse, et encore inabordable pour la plupart des hôpitaux. Néanmoins, pour les chercheurs, développer ce genre de technique va s'avérer nécessaire par la suite. « Le potentiel de la bio-impression 3D va encore se développer à l'avenir, jusqu'à devenir la technologie ultime permettant aux patients de recouvrer la santé » estime Matti Kesti, responsable du projet. La route est encore longue, mais le futur est prometteur. Par contre, pour imprimer des humains, il faudra attendre un peu...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Sport & Bien être

scroll top