Conquête spatiale : la Chine peut-elle devancer la NASA ?

Par
Le 17 septembre 2018
 0
chang

De plus en plus actif dans le domaine de l'exploration spatiale, la Chine fait preuve d'une ambition démesurée et pourrait bien relancer la course à la conquête spatiale, comme cela à été le cas à une époque entre l'URSS et les États-Unis. Dernier projet en date : faire atterrir une sonde sur la face cachée de la Lune, ce qui serait une grande première.

Pléthore de projets pour la CNSA

L'Administration spatiale nationale chinoise, abrégé CNSA en anglais, peut-elle en venir à concurrencer la NASA et devenir une puissance spatiale majeure ? C'est en tout cas ce que laisse à penser la pléthore de projet en cours, à commencer par le lancement d'une sonde sur la face cachée de la Lune, chose qu'aucune agence spatiale ne s'est encore essayée à réaliser.

cnsa chang
Chang'e © CNSA

La sonde lunaire Chang'e 4 devrait être lancée avant la fin de l'année, elle est composée d'un atterrisseur et d'un rover (véhicule d'exploration). Il s'agit du plus léger rover jamais construit puisqu'il ne pèse que 140 kg. Il sera chargé de prélever et d'étudier des échantillons géologiques de la face cachée de notre satellite naturel. Les scientifiques chinois ont dû faire face à de nombreuses difficultés pour mettre au point cette mission. La sonde lunaire, qui doit se poser dans le cratère Von Karman situé dans l'hémisphère sud de la face cachée de la Lune, a nécessité d'envoyer au préalable un satellite en orbite pour assurer ses communications avec la terre. En effet, aucun signal ne peut être envoyé ou reçu depuis la face cachée de la Lune sans utiliser un relais. À noter que Chang'e 4 diffusera en direct à la télévision les sorties qu'il effectuera sur la fameuse face cachée.

cnsa moon
© CNSA

Toutefois, la Chine a encore bien d'autres projets. La mission Chang'e 5 a elle aussi pour objectif d'étudier le sol de la face sombre, mais en ramenant les échantillons sur Terre, ce qui n'a pas été fait depuis plus de 40 ans. Le système utilisé pour faire revenir des échantillons sur Terre sera d'ailleurs le même que lors de la dernière mission Apollo, à la différence que Chang'e 5 sera capable d'en transporter de plus grandes tailles et quantités.

Un vaisseau spatial battant des records

La réussite de ces deux missions d'exploration de la face sombre de la Lune conditionnera évidemment la suite des évènements, mais, à terme, la CNSA pourrait bien devenir un des mastodontes de l'exploration spatiale au même titre que la NASA.

Jugez-en par vous-même, parmi ses autres projets, la CNSA compte notamment établir une base sur la Lune, ainsi qu'une autre sur Mars, lancer plusieurs modules afin d'envoyer des astronautes dans une station spatiale habitée, mais aussi de battre des records. Le lanceur chinois, actuellement encore à l'état de projet, pourrait transporter une charge supérieure à 140 tonnes, soit plus de deux fois la capacité de charge du Falcon Heavy de SpaceX. Ce vaisseau prévu pour 2040 serait réutilisable et alimenté par l'énergie nucléaire.

Modifié le 14/09/2018 à 14h54
scroll top