X-Men Apocalypse : des mutants aux super-pouvoirs, et si c'était vrai ?

Par Denis Brusseaux
le 18 mai 2016 à 11h53
0

Sommes-nous tous des X-Men ?



De ce petit état des lieux, résultent déjà quelques incohérences avec le postulat des X-Men : ces derniers sont les fruits d'une accélération de l'évolution, alors que précisément tout le monde constate depuis la fin du XIXe siècle son ralentissement, voire sa stagnation. De plus, si toute forme de vie est l'expression d'une longue série de mutations, il faut en déduire que tous les humains sont des mutants, ce qui soulève le problème des Sentinelles.

Ces robots géants, programmés pour détecter et détruire les mutants - ainsi que les humains susceptibles d'engendrer des mutants à une ou deux générations d'écart, comme il est précisé dans X-Men : Days of Future Past - devraient donc en réalité avoir bien du mal à faire le tri entre les homo sapiens « normaux » et les autres, précisément parce qu'il n'existe pas, d'un point de vue génétique, d'humain normal considéré dans un état absolument conforme à un génome type.

0226000008444368-photo-days-of-future-past-sentinel.jpg
Les Sentinelles de Bolivar Trask pourraient bien s'en prendre à tous les humains !

Pour peu que leur Intelligence Artificielle opte pour une solution radicale, il y a fort à parier que des Sentinelles, dans le monde réel, décident rapidement d'éradiquer tout le genre humain... Enfin, le postulat énoncé au début du film de Singer, à savoir l'accélération ponctuelle de l'évolution, devrait en principe avoir un impact sur tout le patrimoine génétique de l'humanité en engendrant peut-être de nouvelles branches d'évolution, de nouvelles familles d'Homo Sapiens aux propriétés diverses, mais partagées par un très grand nombre d'individus pour chaque catégorie.

Or, dans l'univers X-Men, l'évolution est à la fois surpuissante et totalement anarchique. Chaque mutant concentre sur lui un nombre incalculable de mutations (et non une seule), sans que la question de son patrimoine génétique commun à tous les autres super-héros ou super-vilains ne soit évoquée. Or, compte tenu de leur caractère absolument hors norme, ces mutants, considérés précisément comme une race par Magneto (qui parle d'Homo Superior), devraient tous relever de la même souche commune, comme une sorte de grande famille. En l'absence d'une telle explication, les X-Men apparaissent plutôt comme des « freaks », de véritables accidents de la nature, coupés de toute logique évolutionniste. Des monstres.

0320000008444360-photo-clubic-mai-xmen-04.jpg
Une chose est sûre : l'évolution selon les X-Men débouche sur une grande anarchie génétique.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Vivo tease la Super FlashCharge : 13 minutes pour recharger une batterie de 4000 mAh
Salon du Bourget - Spacetrain, l'Hyperloop français, espère une mise en service en 2025
Des images réalistes, mais pas factuelles, d'une Nintendo Switch
Test Xiaomi Mi 9T : impressionnant en tout point
Loi mobilité : qu'est-ce que cela change concrètement pour les usagers ?
La nouvelle Kindle Oasis permet de régler la température de couleur pour vos lectures nocturnes
Avengers Endgame ressortira au cinéma le 28 juin avec
Google : les annonces en 3D arrivent sur YouTube
Samsung développe ses capacités autour des puces d'accélération de réseaux de neurones
Android Q arrivera sur 13 smartphones Xiaomi à partir de l'automne
scroll top