Quantum Break : entre jeu vidéo et série télé, la déroutante expérience de Remedy

01 avril 2016 à 10h18
0

Précédemment, dans Quantum Break

Outre la partie « jouée » avec Jack, on trouve également des éléments de jonction entre les chapitres du jeu. Ces derniers impliquent Paul Serene, dont les choix - effectués par le joueur - ont un véritable impact sur les évènements qui suivent. C'est Paul, plus que Jack, qui contrôle le déroulement des événements : on laisse donc au méchant le choix de la direction à prendre, ce qui, sur le principe, est plutôt original.

Après chaque jonction, le joueur est invité à poser sa manette, pour visionner un épisode live d'une vingtaine de minutes. Filmés avec les mêmes acteurs que ceux qui prêtent leurs visages et leurs voix aux personnages du jeu, ces épisodes se concentrent sur l'histoire du point de vue des employés de Monarch Solutions, la puissante entreprise de Paul Serene.

0226000008397038-photo-quantum-break.jpg

L'idée s'avère intéressante, puisqu'elle donne une vision différente sur les événements et permet de découvrir autrement des personnages présentés comme mauvais, mais dont on perçoit les motivations sous un autre angle. Évidemment, l'univers de Quantum Break est bien moins manichéen que l'on peut le penser de prime abord, et l'histoire plus complexe qu'une simple histoire d'expérience de labo ratée. Néanmoins, en 4 fois 20 minutes, cette partie importante du jeu peine à réellement étoffer l'intrigue comme elle le devrait, d'autant qu'elle se focalise sur l'action. On reste donc globalement en surface, et le développement des personnages, tout comme le reste, n'est qu'effleuré.

D'un point de vue mise en scène, ces épisodes affichent une production classique mais efficace : ils reprennent les codes connus de séries d'action à la 24 heures chrono, pour citer un exemple très connu. Le rythme est rapide, l'action rondement menée, et les cliffhangers donnent généralement envie d'enchaîner sur le chapitre suivant du jeu. Il est par ailleurs assez intéressant de constater que ce sont surtout les seconds couteaux qui sont valorisés par la dimension série du jeu, Remedy n'ayant pas cherché à tout prix à caser Aiden Gillen et Shawn Ashmore en chair et en os dans tous les plans. Mais pour ça, il reste les cutscenes en 3D, qui sont très nombreuses dans le jeu.

Pour s'assurer un résultat au niveau de ce que l'on peut voir à la télévision américaine aujourd'hui, Remedy s'est associé au studio hollywoodien Lifeboat Productions, qui a de l'expérience en matière de série télé - le studio a notamment travaillé sur Chosen. Une collaboration qui a nécessité un travail en deux temps, comme nous l'a expliqué Greg Louden, le designer narratif du jeu :

« A la base, la série a été développée à partir du jeu. L'équipe technique du show, le réalisateur, les scénaristes, les producteurs, sont venus chez Remedy en Finlande pour qu'on leur montre nos concepts ainsi que le jeu. Ils ont ensuite fait des repérages de décors de leur côté, pour trouver des endroits ressemblant le plus possible à ceux du jeu. C'était la première étape.

Par la suite, ils ont filmé les épisodes, et nous avons dû de notre côté ajuster les environnements dans le jeu pour qu'ils collent à la réalité. C'est beaucoup plus simple de le faire dans cet ordre car on ne pouvait pas tourner à nouveau des plans de la série pour rectifier le tir.
 » L'intégralité de notre interview avec Greg Louden est disponible en page 7 de notre dossier.

Rupture du continuum espace-temps

Si le travail sur l'aspect série est soigné, il est cependant difficile de ne pas sentir une rupture assez radicale lorsqu'on passe du live au jeu. Un constat qui ne tient pas vraiment à l'aspect esthétique du jeu, globalement réussi, malgré un level design basique dans sa conception - on devine en un clin d'œil où va avoir lieu un combat, et où il va falloir sauter de plateforme en plateforme. Les cutscenes, réalisées en motion capture, sont quant à elles très convaincantes et font clairement partie de ce qui se fait de mieux aujourd'hui en matière de 3D temps réel.

0320000008397042-photo-quantum-break.jpg

Non, le souci vient tout simplement du fait que poser la manette pour visionner 20 minutes de film, c'est quelque chose auquel le joueur n'est pas vraiment habitué. Pourtant, les jeux regorgeant de cutscenes sont aujourd'hui légion - Metal Gear Solid 4 a frustré bien des joueurs à ce sujet il y a près de 10 ans - mais il y a ici une rupture claire et nette : le jeu indique par l'intermédiaire de « cartons » les transitions entre les chapitres du jeu et les épisodes filmés, comme pour marquer au maximum le passage d'un média à un autre. Il y a un certain manque de fluidité et de naturel dans l'expérience, qui casse davantage le rythme qu'il ne le devrait.

Certains y verront peut-être une volonté assumée par Remedy, notamment à travers des choix musicaux assez étranges qui interviennent à la fin des chapitres du jeu. Si c'est le cas, la démarche ne va clairement pas jusqu'au bout, et laisse dans le doute les joueurs à la recherche d'un éventuel message caché. D'autres joueurs ne s'encombreront pas d'une telle réflexion, et choisiront même, peut-être, d'esquiver purement et simplement les épisodes. Un choix qui ampute le jeu de la moitié de son scénario, mais également de près d'1 h 30 de durée de vie, ce qui n'est pas rien, car celle de Quantum Break est loin d'être suffisante pour un run de base.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
Un démantèlement des GAFA ?
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top