Test Crash Bandicoot 4 It’s About Time : le plaisir de souffrir ?

Stéphane Ficca
Spécialiste hardware & gaming
06 octobre 2020 à 18h01
7
8

Vingt-deux ans après le troisième opus sur PlayStation, le « vrai » Crash Bandicoot 4 arrive enfin sur nos PS4 et Xbox One. Si certains (coucou !) se montraient assez méfiants vis-à-vis de ce nouvel épisode, force est d’admettre que ce Crash Bandicoot 4 : It’s about Time est une indéniable réussite, malgré quelques défauts.

Un vrai (bon) Crash Bandicoot, comme avant ?

Après trois épisodes PSOne qui ont tutoyé la perfection, la saga Crash Bandicoot s’est peu à peu enlisée une fois retirée des mains expertes de Naughty Dog. Après une N’Sane Trilogy globalement réussie, c’est donc un épisode 100% inédit qui est aujourd’hui disponible. Un nouvel épisode qui propose une énième quête visant à déjouer les plans de Neo Cortex et de N. Tropy, avec ici la possibilité d’incarner au choix le marsupial déjanté, ou bien sa sœur, Coco.

Pensez à tournoyer à côté de la TV dans le premier niveau...

Côté progression, Crash Bandicoot 4 sonne très vite comme un hommage aux opus d’antan, puisque l’exploration s’effectue sur une map, laquelle permet d’opter pour le prochain niveau à parcourir. Outre le fait de switcher entre Crash et Coco, il est également possible de modifier l’apparence de son héros, via de nombreux skins à déverrouiller, à condition toutefois de terminer les niveaux avec brio.

Le tout premier niveau fera quant à lui la joie des joueurs du premier Crash Bandicoot, et dès les premiers instants de jeu, ce nouvel opus fleure bon la très bonne surprise.

De la nostalgie dans la modernité ?

En ce qui concerne le gameplay, pas question d'open world en 3D ici, puisque l’on retrouve cette progression via un chemin prédéfini propre à la saga, avec toujours des centaines de caisses à exploser en usant des techniques de chaque personnage. Plus précis que dans la N’Sane Trilogy, le gameplay est très accessible, et même certains passages, pourtant ardus à première vue, se révèlent plutôt simples à gérer.

On peut jouer chaque niveau avec Crash ou Coco

A ce sujet, les premiers niveaux sont un pur bonheur à parcourir, en s’appuyant allègrement sur tout ce qui avait fait le succès des épisodes PSOne, et permettent de se familiariser avec la maniabilité de Crash, mais aussi ses nouveaux pouvoirs. Excellent !

En effet, en plus de tournoyer, de double-sauter et de tacler (entre autres), cet opus permet, en fonction des niveaux, de porter des Masques Quantum. Ces derniers offrent un pouvoir supplémentaire à notre héros, activable via la touche R2.

On pourra par exemple disposer d’un masque qui permet de changer de dimension (et faire apparaître/disparaitre des objets, des plateformes…) ou encore d’un masque permettant de ralentir le temps. On retrouve aussi la possibilité d’effectuer une attaque tourbillonnante surpuissante, pas très maniable, mais qui permet aussi d’atteindre des plateformes haut perchées.

Les courses-poursuites sont bien de la partie !

Une difficulté bien (bien) dosée

Alors certes, il n’est pas possible de définir à l’avance tel ou tel masque à utiliser, mais les niveaux dédiés sont plutôt bien conçus dans l’ensemble, avec une difficulté qui monte crescendo. A ce sujet, si les premiers niveaux sont assez accessibles, préparez-vous à mourir à de très (très) nombreuses reprises au fil de votre avancée. Rapidement, le jeu multiplie en effet les phases de plateformes ultra délicates, nécessitant à la fois timing et précision, sans oublier de nombreux pièges particulièrement vicieux.

A ce sujet, le jeu offre la possibilité de jouer en mode Moderne, avec des vies infinies, ou en mode Vintage, avec un compteur de vies, à l’ancienne. Enfin, si le jeu remarque que vous butez sur tel ou tel passage, il vous fera parfois réapparaître avec un masque de protection, et se permettra même parfois de faire apparaître un nouveau checkpoint pour vous faciliter la tâche. Sympa.

Dans l’ensemble, les niveaux parcourus sont très variés et bien rythmés, chacun essayant de mettre en avant une mécanique de jeu un peu différente, tantôt basée sur la vitesse, sur la précision, sur l’observation…

On retrouve évidemment les indispensables courses-poursuites à la fois drôles et bigrement réussies côté sensations, et le jeu offre en prime un très joli spectacle pour les mirettes, avec des environnements vraiment très travaillés et détaillés. Le rythme est lui aussi admirable, à tel point que l’on a un mal fou à lâcher la manette une fois un niveau terminé.

Un trop plein de contenus ?

Quel dommage en revanche de la part des développeurs d’avoir estimé qu’il était à ce point indispensable de devoir gonfler une durée de vie à partir de modes et autres défis sans grand intérêt (le mode Chrono, le mode N’Versé…), mais aussi (et surtout !) en nous forçant parfois à incarner des personnages secondaires (Dingodile, Cortex…) sans saveur.

On peut même déverrouiller un skin "Le Classique" pour jouer avec un Crash façon rétro !

Certes, cela permet parfois de visualiser un même niveau à partir d’un autre point de vue, mais les niveaux en question sont rarement mémorables. Ceux qui le souhaitent pourront approfondir l’expérience avec des niveaux « Timelines » dédiés à ces différents personnages secondaires.
Pour terminer l'aventure principale, comptez environ 6 heures. Evidemment, si vous souhaitez tout récupérer (bon courage….) cela nécessitera beaucoup plus de temps (et de patience).

Bien sûr, cela ne ternit pas forcément l’expérience générale, mais impossible de ne pas tiquer face à ce petit côté « remplissage », qui ne s’imposait pas forcément à nos yeux. Une pure réussite malgré tout que ce Crash Bandicoot 4, que l’on vous conseille plus que chaudement, si vous êtes un minimum amateur du genre évidemment.

Crash Bandicoot 4: It's about Time

8

Quelle bonne surprise que ce Crash Bandicoot 4, qui permet enfin de renouer avec l’humour, l’esprit et les sensations de la trilogie originelle. Tel un hommage moderne, cet épisode est bâti à partir des racines des épisodes de Naughty Dog, avec en prime une réalisation très réussie, un gameplay précis (mis à part certains sauts toujours un peu hasardeux), un rythme haletant et des niveaux très variés et joliment rythmés.

Dommage simplement d’avoir à ce point tenu à gonfler la durée de vie avec des modes et des personnages secondaires pas très intéressants. Bref, sans constituer un modèle d'originalité, non seulement Crash Bandicoot 4 est un excellent (mais exigeant) jeu de plateformes, mais il est aussi le meilleur opus de la saga Crash Bandicoot depuis 1998. Voilà qui est dit.

Les plus

  • Un « vrai » Crash Bandicoot à l’ancienne (mais moderne) !
  • Très agréable visuellement parlant
  • Les premiers niveaux, fantastiques
  • D’excellentes trouvailles de gameplay
  • Un jeu varié et bien rythmé « comme avant »
  • Le gameplay plutôt plutôt bien équilibré…

Les moins

  • …mais certains sauts bien imprécis, la faute à une perspective assez bancale parfois
  • Des morts à répétition (notamment sur la fin)
  • Les niveaux avec les personnages secondaires, sans intérêt
  • Une durée de vie rallongée assez inutilement

Test réalisé à partir d'une version PS4, fournie par l'éditeur

7
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

God of War bénéficiera d'un meilleur framerate et du cross-save sur PS5
Xbox Series X | S : les fonds d'écran dynamiques et d'autres éléments présentés en vidéo
Itinérance Orange et Free : l'ARCEP maintient la prolongation, au grand dam de Bouygues et SFR
En 2021, Opel va tester sur les routes son nouveau Zafira Life fonctionnant à l'hydrogène
Bon plan VPN : notre sélection des meilleures offres CyberGhost, NordVPN et Surfshark de la semaine
Shure présente son microphone MV7, petit frère de la légende SM7B
Bon plan : 3 mois d'abonnement offerts à Amazon Music Unlimited
PS5 : Destruction AllStars ratera le lancement de la console et sortira en février
Indispensable pour le télétravail, l'imprimante Canon Pixma MG 3650S est en promo !
L'iPhone 12 et 12 Pro partagent bon nombre de pièces... et une réparabilité moyenne
scroll top