Enquêtes criminelles : la technologie au service des Experts français

04 novembre 2015 à 12h04
0

Prédictions génétiques

Près de la moitié des enquêtes en France sont élucidées grâce à des traces d'ADN. Popularisées par les séries télévisées - Engrenages, R.I.S Police Scientifique, Les Experts etc. -, ces analyses génétiques combinées aux outils technologiques permettent aux enquêteurs de réaliser de véritables prouesses. Depuis les années 80, la recherche d'ADN est devenue la priorité des enquêteurs. Que cela soit sur une scène de crime ou d'un simple cambriolage, ils se mettent quasi systématiquement en quête du Graal en enfilant combinaisons jetables, gants, masques et lunettes pour ne pas contaminer les lieux. Et pour cause, il n'est plus nécessaire, comme par le passé, de détecter des traces fortement marquées (sang, salive, sécrétions corporelles...), les experts peuvent désormais identifier un code ADN sur un brin de cheveu, une cellule morte, ou même une simple trace de contact de doigt sur un objet de moins de 1 millimètre !

03E8000006632593-photo-pr-l-vements-sur-des-chantillons-en-vue-de-tests-adn.jpg

Lorsqu'ils trouvaient un code ADN sur une scène de crime, les enquêteurs se contentaient de le rentrer dans le fichier national pour voir s'il correspondait à l'un des 2,5 millions de profils ADN enregistrés de personnes ayant commis des délits en France. Grâce aux progrès de la science, les enquêteurs peuvent désormais faire parler l'ADN. Depuis quelques mois, la police scientifique française notamment, utilise un logiciel de prédiction permettant d'établir des portraits-robots génétiques. Origine, couleur de la peau, des yeux et des cheveux, sexe... la prédiction morphologique représente une avancée majeure. À partir d'une simple trace ADN, le logiciel est capable de fournir des indications précises sur les caractéristiques physiques d'un individu. Bien que cette méthode n'en soit qu'à ses balbutiements, elle peut être déterminante dans certaines affaires sans témoin. Seuls quelques pays comme la France, l'Espagne, l'Angleterre, ou encore, les États-Unis autorisent pour le moment ce type d'analyses.

Le directeur du laboratoire d'anthropologie génétique de l'université de Pennsylvanie, Mark Shriver, est allé plus loin en développant un programme informatique capable de reproduire un modèle en trois dimensions d'un visage à partir d'un profil ADN. Avec son équipe, il a constitué une base de données de photographies 3D, en très haute résolution, des visages de 592 volontaires de différentes origines (Afrique, Europe, Amérique du Sud...). Les chercheurs ont superposé une grille de 7 000 points sur les images 3D et enregistré la distance précise entre chaque point. En combinant ces données avec le profil génétique des candidats, ils sont parvenus à développer un modèle statistique pour analyser comment les gènes, le sexe et l'origine, influent sur la position de ces points et donc, sur les traits du visage. Les résultats obtenus avec le logiciel prédictif de Mark Shriver sont variables, mais très prometteurs.

Pour s'en rendre compte, des journalistes du New York Times ont tenté l'expérience en envoyant aux chercheurs un échantillon de leur ADN pour se faire tirer le portrait. L'expérience s'est révélée plutôt concluante sachant que cette technologie n'en est qu'à ses prémisses et nécessitera encore plusieurs années de recherches.

03E8000008165536-photo-pr-dictions-3d.jpg

Les photos des journalistes du New York Times et leurs portraits-robots.


Anticipation de crimes

Dans le film de science-fiction Minority Report, le héros incarné par Tom Cruise dirige une agence gouvernementale qui arrête les criminels juste avant qu'ils ne commentent leurs méfaits. Pour cela, ses agents se basent sur les visions des précogs, des humains-mutants capables de fournir le nom de l'agresseur et de la victime, ainsi que la date et l'heure auxquelles le drame va se dérouler. Par contre, ils n'ont aucune information sur l'endroit où il va avoir lieu, et doivent essayer de trouver des indices sur les images transmises par le cerveau des précogs. De la science-fiction ? Pas si sûr...

Depuis quelques années, différentes unités de police à travers le monde sont équipées de logiciels de prédiction de crimes de plus en plus performants : PredPol aux États-Unis, Corto en France, Precobs en Allemagne, etc. À l'inverse du film, les agents de police ne peuvent pas connaître à l'avance l'identité des criminels, mais les lieux potentiellement criminogènes à une date donnée.

0320000003719706-photo-minority-report-ui.jpg

Dans Minority Report, Tom Cruise consulte les images des futurs crimes transmises par le cerveau de mutants.


Les logiciels prédictifs ne sont ni plus ni moins que des puissants outils de statistiques qui analysent les milliers d'informations relatives aux délits enregistrés au quotidien par les policiers : type d'infraction (crimes, vols de voiture, cambriolages, agressions...), adresse, date, heure, etc. Grâce à un algorithme propre à chaque logiciel, ils sont en mesure de prédire où, et quand, un délit a toutes les chances de se reproduire. À charge ensuite aux forces de l'ordre d'augmenter leurs patrouilles dans tel ou tel secteur en fonction des indications fournies.

L'efficacité des prédictions dépend surtout de la quantité d'informations dont les logiciels disposent. Si par exemple d'une année à l'autre, un grand nombre de cambriolages se perpétue dans un quartier à la même période, ils indiquent aux policiers la zone à risques. En France, le logiciel Corto développé par la société Spallian qui est utilisé par la Police Municipale depuis 2011 fournit chaque jour des données cartographiques en temps réel avec les points chauds à surveiller. Les homicides ne font par partie des données analysées, seuls les délits répétitifs comme les vols de véhicules, les cambriolages, ou les agressions sont traités.

0320000008164592-photo-logiciel-corto.jpg

Cette cartographie de Corto signale les délits par des points rouges.


Dans le domaine de la prédiction criminelle, les États-Unis font la course en tête grâce, notamment, aux prouesses du logiciel PredPol (Predictive Policing). Fruit de plus de six ans de développement d'une équipe de chercheurs et de mathématiciens de l'université d'UCLA, en collaboration avec des agents du département de police de Los Angeles, il aurait permis de faire baisser significativement la criminalité dans plusieurs villes.

Les chiffres sont impressionnants. Le département de police de Los Angeles qui utilise PredPol depuis le mois de janvier 2013, a constaté une baisse de 20 % de la criminalité globale. À Atlanta où il a été lancé quelques mois plus tard, la criminalité a baissé de 8 et 9 % dans les deux zones où il a été déployé. Dans les autres zones où les forces de l'ordre ne disposent pas de cet outil, le taux de criminalité a augmenté sur la même période de 1 à 8 % ! Des résultats qui ont incité plusieurs autres villes américaines (Seattle, Richmond, Santa Cruz, Norcross, Alhambra...) à utiliser le programme. Le record revient à la ville de Richmond qui a enregistré en 2014 une baisse de 50 % des cambriolages, et une diminution de 34 % des vols de voitures. Reste à savoir si sur le long terme les criminels ne vont pas trouver la parade et commencer à se déplacer dans d'autres secteurs moins surveillés.

03E8000002461460-photo-chevrolet-caprice-police-am-ricaine.jpg

Chaque jour, les policiers américains reçoivent les prédictions de PredPol directement sur l'écran de bord de leur voiture de patrouille.

Conclusion

Ces nouvelles méthodes d'investigations policières à la pointe de la science et de la technologie métamorphosent le travail des enquêteurs. En se projetant dans le futur, on peut imaginer que la recherche d'ADN deviendra systématique et qu'à partir d'une squame invisible à l'œil nu, les enquêteurs auront la possibilité d'imprimer un portrait-robot 3D 100 % fiable pour confondre les auteurs d'homicides, de vols, d'agressions, etc. Concrètement, cela signifie que si demain les criminels laissent la moindre trace sur leur passage, ils pourront être immédiatement identifiés.

Mais peut-être qu'il ne sera même plus nécessaire de faire de telles investigations si les logiciels de prédictions permettent un jour d'arrêter les délinquants avant qu'ils ne passent à l'acte ! Ce serait évidemment sans compter sur le fait que les technologies ne sont pas infaillibles et que les criminels peuvent s'adapter et modifier leurs habitudes pour tromper ces nouveaux outils. Malgré toute leur efficacité, ils ne remplaceront évidemment jamais le travail des policiers sur le terrain, et c'est sans doute mieux ainsi.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Cinq mangas à lire sans modération, même hors confinement !
10 jeux bacs à sable et simulateurs de promenades pour explorer l'univers malgré le confinement
Le TOP des promos high-tech à saisir ce samedi soir en attendant le Black Friday
Test vélo électrique VanMoof S3 : une jolie réussite
Le smartphone POCO M3 est (déjà) en promo chez Amazon !
Test Creative Outlier Air V2 : des écouteurs toujours aussi bien pensés, à l’autonomie monstrueuse
La célèbre enceinte Ultimate Ears Megaboom à moins 46% ce week-end
Qu'est-ce qu'un spyware et comment s'en protéger avec un antivirus ?
100€ de remise immédiate sur le Marshall Monitor II ANC chez Amazon
Une TV QLED TLC de 65 pouces à un prix imbattable pour le Black Friday (100 € ODR)
Haut de page