Bitcoin et Cie : la nouvelle ruée vers l'or

Stéphane Vernier
03 mai 2013 à 17h00
0

Bitcoin : le précurseur

00C8000005947776-photo-bitcoin.jpg
Première crypto-monnaie à avoir vu le jour, Bitcoin a été créé en 2009 par l'énigmatique Satoshi Nakamoto, prétendument japonais. Un pseudonyme derrière lequel se cache plutôt, selon les dernières hypothèses sérieuses, un cryptographe anglais ou même un groupe de plusieurs personnes. Cela n'a finalement pas grande importance puisque « Satoshi Nakamoto » s'est retiré de la circulation en décembre 2010, et a passé la main à une équipe de développeurs dévoués à la cause Bitcoin.

2013 : l'année de la consécration ?

Jusqu'ici réservé à un cercle d'initiés, Bitcoin a fait cette année une percée auprès du grand public. Le 20 mars dernier, l'ancien vice-président américain Al Gore déclarait « je suis un grand fan de Bitcoin » lors d'un colloque consacré aux systèmes de paiement. Le 24 avril, David Marcus, président de PayPal déclarait avoir passé beaucoup de temps à analyser Bitcoin et songer plus ou moins à l'intégrer. Le site Internet de la chaîne financière américaine CNBC a d'ores et déjà intégré un « ticker » Bitcoin. La plupart des médias généralistes se sont fendus d'un papier (plus ou moins bien renseigné) sur le « phénomène » Bitcoin. Le monde de la finance classique s'intéresse de plus en plus à la question. Et les initiatives autour de cette monnaie ne cessent de se multiplier, comme nous le verrons plus loin.

Un horizon déjà fixé

Bitcoin est un logiciel libre, dont le code source est accessible à quiconque aura le courage - et la compétence - nécessaire pour se plonger dedans. Ainsi, la probabilité que des fonctions malhonnêtes soient dissimulées dans le protocole est quasiment nulle.

La transparence est également de mise dans l'aspect prévisible de la distribution de nouveaux bitcoins. L'algorithme utilisé fixe le nombre maximum de bitcoins en circulation à 21 millions, et la génération de nouveaux bitcoins peut être approchée et simplifiée ainsi : 50 bitcoins sont générés toutes les 10 minutes pendant les 4 premières années, puis cette valeur passe à 25 BTC toutes les 10 minutes durant les 4 années suivantes (nous en sommes à cette étape depuis novembre dernier), et continue d'être divisée par deux tous les 4 ans environ (en réalité tous les 210 000 blocs de transactions) jusqu'à atteindre le nombre maximum aux alentours de 2040.

01F4000005945922-photo-total-bitcoins.jpg
Actuellement, environ la moitié des bitcoins ont déjà été extraits de la réserve générale.


Mais dès 2040, la quantité de bitcoins qu'il sera possible d'extraire deviendra négligeable. Théoriquement, le caractère fini des réserves ainsi que l'augmentation continue de la difficulté pour obtenir de nouveaux bitcoins devrait permettre à chaque unité de prendre de la valeur avec le temps. Pour compenser ce caractère déflationniste, chaque bitcoin est divisible jusqu'à la huitième décimale. Ainsi, même si le cours du bitcoin atteignait un jour 1000 dollars ou plus, il sera toujours possible de facturer et de payer des services en centiBictoins, milliBitcoins, microBitcoins, etc.

Un minage de plus en plus complexe

Paradoxalement, l'augmentation de la difficulté de minage tient également aux performances sans cesse grandissantes des ordinateurs dévolus à cette tâche. Au départ, les calculs étaient effectués sur de simples CPU. Puis ce sont les GPU qui sont entrés dans la danse. Ensuite, des FPGA (field-programmable gate array, ou réseaux logiques programmables) ont été programmés spécifiquement pour miner du Bitcoin. Aujourd'hui, ce sont les ASICs (Application-Specific Integrated Circuit, ou circuit intégré spécifique à une application) qui remplissent ce rôle... et rendent obsolètes toutes les méthodes précédemment utilisées.

01F4000005945924-photo-asic.jpg
Les ASICs d'Avalon font exploser la difficulté de minage des bitcoins.

Face à la puissance des machines de ce type, votre pauvre PC ne peut plus rien faire. Pour autant, ce n'est pas une raison pour jeter bébé bitcoin avec l'eau du bain. Car il reste possible d'acheter des bitcoins sur les bourses de change, ou d'en recevoir de la part d'autres utilisateurs si l'on a un service à rendre ou quelque chose à vendre.

Bitcoin-Qt

Sous Windows, Mac OS X et Linux, le logiciel de base pour découvrir l'univers Bitcoin se nomme Bitcoin-Qt. Ce logiciel libre peut être téléchargé sur SourceForge, tandis que son code source est disponible sur GitHub. Une fois installé, Bitcoin-Qt commence par se synchroniser avec le reste du réseau. Pour cela, il télécharge l'historique complet des transactions effectuées depuis le début de Bitcoin, ce qui lui permettra par la suite de participer aux validations des transactions futures. Mais le logiciel sert également de porte-monnaie virtuel. On peut y créer autant d'adresses Bitcoin que l'on veut, chaque adresse étant générée de manière unique grâce à l'algorithme de hachage SHA-256.

01F4000005945926-photo-bitcoin-qt.jpg
L'interface de Bitcoin-Qt est d'une grande sobriété et simplicité.

Ensuite, il suffit de communiquer cette adresse à un autre utilisateur (sous sa forme initale de 58 caractères alphanumériques, ou sous la forme d'un QR-Code) pour qu'il puisse y envoyer des bitcoins. À l'inverse, Bitcoin-Qt permet également d'envoyer des pièces à l'adresse de son choix. Le chiffrage du porte-monnaie à l'aide d'une phrase de passe répond également à l'appel, ainsi que sa sauvegarde vers un fichier .dat que l'on peut ensuite stocker où on le souhaite. Dans les deux cas, prenez garde : si vous oubliez votre phrase de passe ou perdez votre porte-monnaie, vous ne pourrez plus jamais accéder à vos bitcoins.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
scroll top