Le coût écologique du porno en ligne

le vendredi 22 décembre 2017
La question de l'empreinte carbone des activités humaines est de plus en plus étudiée, alors que le réchauffement climatique ne cesse d'augmenter. Le Bitcoin, par exemple, a été fortement critiqué en 2017 pour la quantité d'énergie que le minage consomme. Mais dans un article publié sur le site The Atlantic le 13 décembre 2017, le journaliste Matt Kessler s'intéresse à une autre activité largement répandue sur Internet : le visionnage de vidéos pornographiques.

«  Internet was made for porn » (Internet a été créé pour le porno en anglais) dit l'adage. Malheureusement, cet usage consomme énormément d'énergie.

Une formule de Netflix pour calculer la consommation de porno


Matt Kessler rapporte, dans son article, une méthode de calcul utilisée par le chercheur Nathan Ensmenger pour estimer l'énergie nécessaire à Pornhub pour diffuser ses vidéos. La formule avait été publiée en 2015 par le géant Netflix, qui estime à 0,0013 kWh l'énergie nécessaire pour diffuser une heure de vidéos. Ensmenger fait le calcul pour le site Pornhub uniquement et trouve que le site aurait consommé 5,967 millions de kilowattheures en 2016, soit 5,967 térawattheures si les serveurs de Pornhub sont aussi performants et optimisés que ceux de Netflix, ce dont le chercheur doute.

Rapporté à la consommation énergétique de la France, ce nombre a de quoi étonner : selon les données officielles, la consommation de la France est de 150 TWh par an. Soit à peine 30 fois plus pour l'ensemble des activités du territoire, que ce soit au niveau des industries ou au niveau des ménages.

01f4000008393042-photo-pornhub-logo.jpg


Pornhub n'est qu'un site : quelle est la consommation de l'ensemble des sites porno ?


Comme le signale Matt Kessler, Pornhub n'est qu'un site et n'est même pas le plus gros : en 2016, en termes de nombre de visites, il n'est arrivé qu'à la deuxième place derrière Xhamster. Il est cependant impossible de connaître les données de l'ensemble des sites Internet pornographiques dans le monde, ni combien de temps les internautes y passent dessus.

Calculer l'impact du streaming pornographique sur Internet devient donc impossible, mais il est évident que l'ensemble de l'industrie consomme bien plus que la somme des deux premiers sites. Surtout que l'industrie de la pornographie en ligne est en pleine mutation, avec notamment la VR qui prend de l'importance.

Le Bitcoin, qui est ciblé par certains écologistes, consommerait 26 TWh d'énergie par an. Pornhub et Xhamster, en supposant une consommation similaire, consomment déjà près de 12 TWh par an à eux seuls.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36