De la musique, sans fil, partout

Aurélien Audy
02 octobre 2014 à 15h15
0

Et le Wi-Fi fut

Pour ceux qui partiraient de zéro ou qui prévoient de changer d'équipement audio, pourquoi ne pas directement choisir du matériel connecté ? C'est-à-dire des équipements qui intègrent directement leur contrôleur réseau Wi-Fi et/ou un chipset Bluetooth. Sont ici concernés les appareils autonomes, auxquels vous n'avez rien à ajouter, ou éventuellement une paire d'enceintes non amplifiées. En ligne de mire, nous avons donc deux catégories de produits : les enceintes sans fil et les amplificateurs connectés. Attention, les prix grimpent assez vite, puisque ces éléments embarquent plus d'électronique que leurs homologues non connectés.

07607575-photo-illustration-page-blanche.jpg
Quand on part d'une page blanche, c'est l'occasion de s'orienter vers du sans-fil


Les enceintes sans fil

Elles peuvent être Bluetooth, Wi-Fi ou Kleer (une technologie apparentée au Wi-Fi), monobloc ou par paires. Le choix est assez vaste, les possibilités offertes, variables. Attention, la plupart du temps, les paires d'enceintes dites sans fil doivent tout de même être reliées entre elles par un câble : les fils supprimés sont ceux qui assurent la transmission de la source audio vers les enceintes. Quelques exceptions existent, avec de véritables paires d'enceintes sans fil (il ne reste alors que le câble d'alimentation), où chaque unité communique par ondes avec un boîtier centralisateur (un hub comme on dit dans le jargon). Outre le prix, les facteurs importants seront le choix des sources musicales proposées, l'encombrement, l'éventuelle mobilité, et la spatialisation sonore.

Les monoblocs

Les petites enceintes nomades :

0096000007595363-photo-ue-boom.jpg
Très en vogue depuis le succès de la Jambox de Jawbone, les mini-enceintes ont littéralement envahi le marché. Leur gabarit ultra-compact malgré l'adoption d'une batterie (plus ou moins celui d'un paquet de biscuits), les destine à un usage nomade. Certaines sont même splash proof, résistantes aux éclaboussures, toutes utilisent le Bluetooth comme principale liaison avec un smartphone ou une tablette. Qui dit enceintes nomades ne dit pas enceintes pour sonoriser un intérieur, sauf peut-être pour les meilleures, une chambre d'étudiant de 9 m². Plus à considérer comme un accessoire, ces petites enceintes n'en sont pas moins séduisantes.
Simples à disposer car d'un seul morceau et pas trop encombrantes, transportables (d'une pièce à une autre, mais pas nomades pour autant) et souvent assez design, ces enceintes ont également l'avantage d'être relativement abordables (du moins pour certaines). Il y a quelques années, elles faisaient quasi-exclusivement dans le Bluetooth, n'autorisant donc comme source que les smartphones et tablettes. Aujourd'hui, la plupart des modèles un brin évolués cumulent à la fois Bluetooth et Wi-Fi : ils s'ouvrent donc à tout type de sources musicales, en provenance d'appareils mobiles, comme de plateformes en ligne ou d'ordinateurs et NAS du réseau domestique.

En revanche, qui dit monobloc dit son plus resserré. Même si elle est stéréo, l'enceinte qui a ses deux voies très rapprochées n'offrira pas la même spatialisation sonore que deux enceintes séparées. Et côté puissance, sauf à quelques exceptions près, les enceintes monoblocs ne sont pas destinées à sonoriser des grandes pièces ou à les transformer en boîtes de nuit. Les basses ne sont pas non plus ce que ces enceintes réalisent de mieux... Les lois physiques sont impénétrables.

LG G3S : trouvez le prix le plus bas pour ce modèle sur notre comparateur de prix !


Notre sélection de produits
Sonos Play:5
Panasonic SC-ALL8
Cabasse Stream 1
Si Sonos s'est imposé comme une référence, ce n'est pas uniquement parce que le constructeur est arrivé avant les autres avec un système simple à utiliser. Mais aussi parce que ses enceintes sans fil sonnent rudement bien. Et particulièrement le gros modèle, la Play:5. Stéréo, dotée de cinq voies couplées autant d'amplificateurs de classe D, l'enceinte assure dans tous les registres. Un son impressionnant pour sa taille modeste ! L'enceinte peut être intégrée au réseau en Ethernet ou en Wi-Fi, et propose une sortie casque et une entrée mini jack. Limitée pour l'instant aux flux 16 bits/48 kHz, l'enceinte pourra évoluer. Car c'est aussi ça la grande force du système Sonos : il mis à jour régulièrement, malgré. La Play:5 peut être pairée en mode stéréo avec une deuxième Play:5. Elle peut diffuser toute la musique partagée sur les ordinateurs et support de stockage du réseau, ainsi que des radios Internet à foison et un choix record de services de musique en ligne (moyennement des abonnements à ceux-ci). Son prix est inchangé depuis 5 ans : 399 €.
Au design de cette enceinte Panasonic fraîchement annoncée, on voit que Sonos a fait et fait toujours des émules. La ressemblance avec la Play:5 est en effet frappante ! Sauf que sur le papier, la SC-ALL 8, forte de sa jeunesse, apparaît plus aboutie. L'architecture audio est similaire : stéréo basée sur cinq voies, avec deux amplificateurs de classe D (contre cinq chez Sonos). Mais là, l'enceinte décode des flux en 24 bits/192 kHz, de la vraie haute définition. Le Wi-Fi 5 GHz permet d'optimiser la portée du signal, notamment dans le cadre d'une utilisation à plusieurs enceintes. Panasonic utilise à ce propos la technologie Qualcomm AllPlay. Toutes les sources y passe (ordinateurs, NAS, applications mobiles, etc.), mais la liste des services compatibles de musique en ligne se limite pour l'heure à Spotify, et prochainement Aupeo! et Napster. On trouve là aussi une entrée mini jack et une sortie, ici RCA. Le tarif la place à peine sous sa rivale : 349 €.
La célèbre marque bretonne d'audio, passée sous pavillon japonais en 2006 (Canon), propose une enceinte qui sonne bien, malgré sa conception mono (elle a reçu le Diapason d'Or en 2013). Couplée à une deuxième Stream 1, la stéréo peut être reformée. L'enceinte se pose à la verticale ou à plat, et son design en forme de galet à le mérite de trancher avec ce que les concurrents proposent. Et il permet une diffusion sonore bien large. L'enceinte diffuse en 24 bits/96 kHz, et pourra trôner à côté du home cinéma, puisqu'elle est dotée d'entrées numériques (optique et coaxiale). Par ailleurs, elle intègre du Bluetooth aptX : n'importe quel périphérique mobile peut diffuser sa musique simplement (appairage facilité par NFC). Mais aussi un port USB pour clé ou disque dur, tandis que la connectivité Wi-Fi sera à même de piocher dans les bibliothèques partagées du réseau, ou en direct depuis Deezer. Le haut parleur de 16 cm situé sous l'enceinte assure un bon registre dans le grave. Une qualité qui se paye toutefois un peu cher : 599 €.
Samsung WAM 751
Bose SoundTouch 30
Pure Jongo T6
Incontournable dans la plupart des univers de l'électronique, Samsung compte désormais parmi les acteurs de systèmes audio sans fil. Et le coréen a mis les petits plats dans les grands, avec un écosystème complet et de qualité. La WAM 750 (noire) ou la 751 (blanche) est la plus grosse enceinte du constructeur. Là-aussi, le modèle est venu de Sonos, mais l'apparence tranche : un triangle qu'on peut poser à plat ou à la verticale. Aussi appelée M7, l'enceinte stéréo renferme cinq haut parleur,alimentés par une puissance non précisée. La WAM 751 accepte beaucoup de sources : des fichiers partagés (16 bits/44,1 kHz) à la diffusion directe depuis le smartphone en Bluetooth, non aptX mais avec un appairage en NFC. Côté services compatibles en Wi-Fi, on notera l'intégration de Amazon Music, mais aussi Pandora, Rhapsody ou TuneIn Radio. Une entrée son au format mini jack est également de la partie. Le système WAM peut être configuré en multiroom, comme toutes les enceintes présentée ici. Son prix est identique à celui de la Play:5 de Sonos : 399 €.
Autre acteur de renom dans le domaine de l'audio, Bose a décidé, lui aussi, de ne plus laisser Sonos régner en maître. Son système SoundTouch, dont la 30 est la plus grosse enceinte, repose sur le même principe du sans fil, pourquoi pas multiroom. Avec quelques spécificités, dont sa compatibilité AirPlay (écosystème Apple). Mais aussi ses six touches programmables situées sur le dessus du châssis, auxquelles ont peut affecter une musique ou une station de radio. Et encore l'écran de contrôle en façade ou la petite télécommande infrarouge (qui ne remplace pas l'usage de l'application mobile, toujours préférable). Bose ne communique aucune caractéristique audio, mais la puissance est d'après les premiers tests du Web au rendez-vous. Côté services, l'offre est pour l'heure limitée (Deezer et radios Internet), mais elle s'étoffera inévitablement au fil du temps. Deux bémols à souligner cependant : l'installation que beaucoup s'accordent à trouver difficile, et le prix élevé de 699 €.
Le système coloré Jongo de Pure mérite aussi votre attention. A l'instar de Sonos, le britannique Pure est dans la partie depuis assez longtemps. La T6, le plus gros modèles de la gamme (qui compte quatre références), alimente ses deux hauts-parleurs de 12,7 cm par 2 x 50 W. Par de quoi inquiéter les ténors en matière de précision mais la puissance est là. D'ailleurs, ce système n'a pas la prétention audiophile des autres, puisqu'il se contente des formats dématérialisés courants : MP3, AAC, WMA. Les enceintes Jongo sont mise en réseau via Wi-Fi, en multiroom, en paire stéréo (avec deux T6) ou en solo, et elles peuvent accéder à tous les contenus disponibles depuis un smartphone, via Bluetooth. La technologie Caskeid synchronise alors cette source Bluetooth sur toutes les enceintes, en Wi-Fi. La T6 peut être disposée à la verticale ou à l'horizontale, tandis que sa fiche jack 3,5 mm peut accueillir n'importe quelle entrée auxiliaire. Reste que Pure aurait pu positionner son enceinte un peu en dessous de la concurrence : à 399 €, on pourrait lui préférer certaines de ses rivales.


Les paires d'enceintes

Là, on tombe dans le scénario inverse des monoblocs, à savoir que la spatialisation du son est favorisée par la séparation des deux canaux stéréo, mais l'installation demande plus de réflexion, de méthode et de place. Parce que dans la majorité des cas, les enceintes constituant la paire doivent être reliées entre elles par un câble. On trouve beaucoup d'enceintes au format bibliothèque, mais également quelques-unes de type colonne.

Notre sélection de produits
Philips BTS7000
KEF X300A
Focal Easya (+hub)
Dans la catégorie des paires d'enceintes Bluetooth, les BTS7000 (aussi appelées E2) se défendent rudement bien. Il faudra quand même les brancher sur secteur pour faire tourner leur amplification de 100 W ET les relier entre elles. Mais vous pourrez alors diffuser toutes la musique depuis votre smartphone, tablette ou ordinateur portable en Bluetooth, avec la qualité du codec aptX (et appairage en NFC). Mieux, si vous placez ces enceintes de part et d'autre de votre téléviseur, platine Blu-ray ou console de jeu, vous pourrez utiliser la prise HDMI ou une des entrées numériques (optique et coaxiale) pour bénéficier de leur généreux son. Une des enceintes dispose d'un port micro USB pour la recharge de votre smartphone. Si vous êtes à fond dans le Home Cinema, préférez la version E5, qui comporte un caisson de basses et deux satellites, réellement sans fil (sur batterie). A 299 €, ces E2 restent bien intéressantes.
Là, on passe véritablement dans le monde de la Hi-Fi, avec le britannique KEF. Les X300A sont des enceintes de type bibliothèque (18 x 24 x 28 cm) à la sauce moderne : DAC 24 bits/96 kHz (haute résolution) avec port USB pour une liaison en direct avec un ordinateur, Wi-Fi compatible DLNA et AirPlay sont de la partie. Toute la musique partagée en réseau est accessible, pilotable depuis l'application mobile KEF (iOS et Android). Une entrée ligne mini jack vient compléter l'offre. Côté audio, il y a de quoi se régaler : double amplification (classe AB) de 50 W (woofer) et 20 W (tweeter), réponse en fréquence de 49 Hz à 45 kHz (à ±6 dB) et niveau sonore maximum de 104 dB. La technologie KEF de haut-parleur coaxial Uni-Q offre par ailleurs une reproduction sonore très large. Bref, on kiffe KEF. Mais attention, les deux enceintes doivent être reliées entre elles par un câble. Et le prix demeure conséquent : dans les 800 € la paire.
Une paire d'enceintes Hi-Fi sans le moindre câble, excepté celui d'alimentation, ça existe. Mais c'est cher. Les Focal Easya sont à un peu moins de 1 900 € (la paire). Il s'agit de colonnes à trois voies pilotées par un hub (inclus) qui réceptionne les flux audio et les envoie (en s'assurant de la synchronisation) vers les deux enceintes. Le hub effectue cela en utilisant la norme Kleer une technologie de transmission qui n'est pas parasité par les autres ondes du foyer (Wi-Fi, DECT, Bluetooth). Ce hub supporte un échantillonnage de 16 bits/44,1 Hz (qualité CD) et propose une connectique variée : Bluetooth aptX, entrées coaxiales, optiques, analogiques RCA et stéréo mini jack, ainsi que de l'USB (le hub se transforme en carte son pour le PC). Côté enceintes, le français Focal a opté pour une amplification de 85 W et une architecture audio capable de couvrir la réponse en fréquence de 50 Hz à 28 kHz (±3 dB), et même 43 Hz à ±6 dB. La finition est superbe, les enceintes pas trop encombrantes pour des colonnes (17,2 x 24 x 90,5 cm).


Les amplificateurs connectés

L'époque des bons vieux amplis à pépé est révolue - même si on trouve encore des perles à retaper -, place aux amplificateurs connectés. Les fabricants de Hi-Fi s'y sont mis, pour ne pas laisser les spécialistes de la high-tech s'accaparer toutes les parts de ce marché du wireless en plein boom. En intégrant une couche réseau (Ethernet et Wi-Fi, en DLNA et/ou AirPlay) et en développant le logiciel qui va avec, ces amplificateurs de nouvelle génération sont capables d'aller puiser la musique à la source, ou plutôt aux sources : bibliothèques partagées sur le réseau depuis des ordinateurs ou NAS, services de musique en ligne ou encore webradio. Parfois, ils intègrent du Bluetooth pour établir une connexion directe avec le smartphone ou la tablette (chose que les amplis AirPlay peuvent faire en Wi-Fi avec les iPhone et iPad), souvent, une application dédiée transforme ces appareils mobiles en télécommande.

Beaucoup de modèles sont dotés de ports USB et peuvent ainsi lire le contenu de disques durs ou clés USB directement. D'autres ajoutent un grand écran en façade, servant d'interface de contrôle, même si l'usage de l'application reste généralement plus confortable pour naviguer dans sa musique... surtout quand le catalogue est conséquent. Côté prix, on fait le grand écart comme avec les amplis conventionnels. Voici trois modèles qui illustrent les différentes familles d'amplis connectés (on a donc inclus un appareil issu des systèmes multiroom). Mais sachez qu'il en existe une palanquée. Déjà, tous les amplis audio/vidéo modernes intègrent une couche réseau. Ensuite, certains amplis Hi-Fi stéréo (plus chers car de meilleure qualité pour une écoute purement musicale) se dotent eux aussi de Wi-Fi et/ou Bluetooth. Parmi les grands acteurs de ce marché, outre les trois que nous avons retenus pour illustrer les possibilités, nous pouvons citer Marantz, Yamaha, Pioneer, Rotel, Cambridge Audio, TEAC, Naim ou encore NAD.

Notre sélection de produits
Denon Heos Amp
Onkyo TX-8050
Sony STR-DN1050
Le japonais Denon s'est aussi mis à la "Sonos mania". Comme chez le californien, Denon propose un élément amplifié, qui s'inscrit dans son maillage multiroom nommé HEOS (mais peut être utilisé dans une seule pièce) et sur lequel il n'y a plus que des enceintes passives à raccorder. Cet Amp dispense deux fois 100 W sous 6 ohm (amplificateur de classe D), une puissance fort généreuse, avec une réponse en fréquence de 20 Hz - 20 kHz à ±1,5 dB. Cet amplificateur Wi-Fi est compatible avec les webradios ainsi que les principaux services de musique en ligne : Spotify, Deezer, Napster ou encore Pandora (via l'application HEOS). Les bibliothèques partagées seront également lues dans la limite de la qualité CD (16 bits/44,1 kHz) avec les meilleurs formats de fichiers (FLAC et WAV). Une prise USB peut accueillir un disque dur ou une clé, pour encore plus de contenu à streamer. L'HEOS Amp dispose de borniers à vis, compatible fiches bananes, et peut gérer des enceintes avec des impédances comprises entre 4 et 16 ohm. Son prix : 499 €.
On monte en gamme sans toucher au prix (499 €) avec un vrai ampli Hi-Fi stéréo connecté de chez Onkyo. 2 x 100 W à 8 ohm, avec une distorsion harmonique totale de 0,08 % seulement, une réponse en fréquence de 5 Hz à 100 kHz (+1dB/-3dB) et un rapport signal/bruit de 106 dB : c'est du lourd ! La connectique est complète : 3 entrées analogiques, 4 numériques, 2 A/V, 1 phono, sortie subwoofer, double bornier stéréo ou encore prise USB. Bref, il y a de quoi faire. Et la connectivité ? Cet ampli accède au réseau en Ethernet (ou en Wi-Fi via un adaptateur optionnel). DLNA, il accède à toutes les bibliothèques partagées, mais aussi aux webradios, ou encore à Spotify, puisque Onkyo l'a certifié Spotify Connect. En dehors de sa télécommande, l'amplificateur peut être piloté par l'application Onkyo Remote. Quoi d'autre ? Le TX-8050 dispose d'un port USB en façade, lui permettant de lire le contenu de disques durs, de clés USB ou d'iPod et iPhones.
Pour ceux que le home cinema passionne, il faut un ampli vidéo. Sony en fait de très bons, comme ce DN1050 qu'on trouve à un peu moins de 600 €. Il sort 7 x 165 W sous 6 ohm (compatible donc sur 7.2 canaux, avec deux sorties subwoofer) et intègre toute la connectivité réseau qui va bien : Wi-Fi DLNA et AirPlay, Bluetooth compatible aptX, NFC et MHL (flux vidéo sans fil). Sans oublier la compatibilité Spotify Connect (l'ampli communique directement avec Spotify, le smartphone sert de télécommande), mais aussi la prise en charge d'autres services tels que Deezer ou TuneIn Radio (via l'application Sony). Côté entrées/sorties audio/vidéo, c'est orgiaque, avec notamment six ports HDMI et des fonction de mise à l'échelle 4K et de pass-through 3D/4K (l'ampli laisse passer les signaux 3D/4K tels quels). Enfin l'entrée USB en façade sait décoder des flux en 24 bits/192 kHz, c'est-à-dire des fichiers en haute résolution. Du lourd !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Test Sony KD-65XH9505 : le meilleur écran LCD 4K Full LED du moment
Le forfait mobile Free 80 Go passe à moins de 14€ pendant quelques jours
Les Enfants d'Icare : Arthur C. Clarke dessine une humanité en quête d'élévation
Le Jaguar E-Pace va lui aussi être électrifié avec une version PHEV
Xbox Series S | X ou Playstation 5 : laquelle est faite pour vous ?
Protégez vous des virus avec Norton 360 Deluxe à moitié prix
VPN pas cher : CyberGhost propose une offre immanquable pour Halloween 🔥
Comment fonctionne un antivirus ?
Des chercheurs impriment en 3D un bateau de la taille d'une cellule
Envie de frissons pour Halloween ? Notre sélection de jeux à ne pas manquer durant les soldes Steam
scroll top