Silicon Valley, épisode 2 : Microsoft et l'avènement du personal computer

le dimanche 28 janvier 2018
Après un 1er épisode sur les débuts de la Silicon Valley à retrouver ici, ce second article se penche sur le cas particulier de Microsoft. Eloignée de plus de 500 km de la Silicon Valley, l'entreprise n'a pas moins joué un rôle précurseur dans la démocratisation de l'informatique telle qu'elle est aujourd'hui conçue en Californie. Alors elle méritait bien son petit focus !

01f4000008791800-photo-microsoft.jpg


Faut-il encore présenter Microsoft, entreprise américaine spécialisée de l'informatique, ou bien Bill Gates, l'un de ses fondateurs ? Il y a de cela plus de 40 ans, en 1975, la philosophie de Microsoft était de fournir un PC (rappelons à toutes fins utiles que « PC » est l'acronyme de « personal computer ») sur chaque bureau, dans chaque foyer. Un pari réussi, puisque 262,5 millions d'ordinateurs se sont écoulés dans le monde en 2017.

L'entreprise Microsoft (baptisée en premier lieu Micro-Soft) naît le 4 avril 1975 à Albuquerque de la bonne entente entre deux étudiants : Bill Gates et Paul Allen, âgés de 20 et 22 ans. Ce duo de brillants diplômés d'Harvard crée la société pour commercialiser le produit sur lequel ils travaillent jour et nuit depuis un moment : Altair Basic, un interpréteur BASIC dont le constructeur MITS souhaite équiper son dernier micro-ordinateur Altair 8800.

Le « deal du siècle » avec IBM


Très vite, la jeune entreprise se fait remarquer par le plus grand constructeur de micro-ordinateurs du moment : IBM. En pleine course à l'innovation, ce dernier cherche à accélérer la démocratisation de ses machines informatiques. Pour développer le système d'exploitation qui va venir équiper ses machines, IBM approche le leader du marché, Digital Research. Pour des raisons aujourd'hui encore difficiles à identifier clairement, l'entreprise rate celui qu'on a surnommé le « deal du siècle » - et laisse la voie libre à deux petits malins, aussi intelligents et débrouillards qu'ils sont peu connus.

01f4000008791798-photo-bille-gates-paul-allen.jpg

Paul Allen et Bill Gates


Microsoft et IBM signent donc un contrat de licence stipulant que la petite entreprise développera le système d'exploitation des machines. Les deux jeunes entrepreneurs exigent que leur produit ne soit pas exclusif à la marque IBM et puisse être vendu à d'autres entreprises. Un grand coup commercial, qui forme la première pierre de leur futur empire informatique : ils viennent de s'assurer la distribution mondiale et (très) lucrative de MS-DOS.

Microsoft & Apple : amis-ennemis


À peu près au même moment, en Californie, Steve Jobs planche sur l'optimisation de sa machine Apple. Il croit dur comme fer à l'importance de l'interface graphique pour séduire le grand public et lancer le « véritable » ordinateur personnel. Il se trouve qu'à cette date, Bill Gates et son acolyte circulent régulièrement dans les bureaux de la marque à la pomme, puisqu'ils travaillent sur un produit spécialement développé pour l'Apple II.

01f4000008791804-photo-bill-gates-steve-jobs.jpg

Steve Jobs et Bill Gates. Photo : Scio Central School Website Photo Gallery / Flickr. CC BY-ND 2.0


Alors, quand IBM annonce la commercialisation de son PC équipé du logiciel créé par Microsoft, Jobs le vit comme une trahison. Non seulement Gates et Allen se sont grandement inspirés de l'interface graphique de ses machines, mais ils lui font directement concurrence puisque les deux ordinateurs, l'Apple III et l'IBM PC, sortent presque au même moment. Steve Jobs est furieux, le divorce est prononcé.

La démocratisation de l'ordinateur personnel


À partir de 1981, c'est l'explosion des ventes d'ordinateurs personnels. Microsoft s'impose rapidement comme la plateforme de référence professionnelle en collaborant avec de nombreuses marques comme Compaq et Amstrad. Paul Allen et Bill Gates font fortune : Microsoft entre en bourse au NASDAQ en mars 1986 et se hisse parmi les premières places du marché. Un an plus tard, Bill Gates devient milliardaire - il a 31 ans - et le chiffre d'affaires de l'entreprise passe de 198 millions de dollars en 1986 à 1 milliard en 1990.

L'année 1989 est marquée par l'arrivée de la suite bureautique de la firme, Microsoft Office, composée de Word, Mail et Excel, et de l'invention de l'entreprise Forethought Inc. : PowerPoint, racheté par Microsoft en 1987.

Les années 1990 : l'âge d'or


C'est en 1990 que Microsoft assoit définitivement sa suprématie sur le monde de l'informatique, avec la sortie de Windows 3.0. La nouvelle version du système d'exploitation est un véritable succès et se vend à 10 millions d'exemplaires en 2 ans. Profitant de cette position de quasi-monopole, l'entreprise va peaufiner pendant des années son système d'exploitation. À peine 2 ans après la sortie de Windows 3.0, la version 3.1 propose une centaine d'améliorations et enregistre plus d'un million de précommandes dès l'annonce de sa sortie.

01f4000008791802-photo-windows-3.jpg


Il est vrai que Microsoft doit également son succès à des stratégies de marketing innovantes et au soin particulier apporté aux questions d'ergonomie. Si l'Apple Lisa s'est montré particulièrement novateur en étant accompagné de la première souris en 1983, c'est toutefois à Microsoft que l'on doit la souris à deux boutons, devenue un standard des périphériques informatiques aujourd'hui. Windows est aussi le premier système d'exploitation à proposer une vaste palette de polices de caractères typographiques, dès ces fameuses versions 3.01 et 3.1 de l'OS.

Naissance d'Internet Explorer...


Ces petites innovations ne sont pas étrangères au succès de Microsoft, qui transforme l'essai avec la sortie de Windows 95. Il s'agit du premier système d'exploitation de la marque à intégrer le si célèbre menu Démarrer et la barre des tâches qui deviendront par la suite un standard chez les produits Microsoft. Encore une fois, le succès est au rendez-vous puisqu'un million de copies sont vendues quatre jours seulement après sa sortie.

La version OSR2 de Windows 95, sortie en août 1996, intègre un nouvel outil : le navigateur Internet Explorer. Avec les débuts d'internet et le monopole de Microsoft sur le marché, Internet Explorer devient le navigateur web le plus utilisé au monde. Il ne cédera sa place de premier du podium qu'en 2013, dépassé par Google Chrome.

... mort du Windows Phone...


Outre certains ratés commerciaux, comme Bing qui n'aura jamais réussi à concurrencer Google, le plus grand échec de Microsoft est sans doute sa négligence envers la montée en puissance des smartphones.

En 2007, Apple commercialise le premier iPhone et révolutionne la téléphonie mobile. Moqué par le PDG Steve Ballmer lors de sa sortie, Microsoft s'en mord les doigts encore aujourd'hui depuis l'échec des Windows Phone : « Je regrette cette période au début des années 2000 où nous étions trop concentrés sur Windows et où nous n'avons pas été capables de réorganiser nos ressources vers ce marché émergent du mobile. C'est la chose que je regrette le plus », avouera Steve Ballmer en 2013.

01f4000008120996-photo-windows-phone-banner.jpg


... et autres grignotage de marchés


Malgré cela, Microsoft ne semble pas en passe de signer son déclin et redouble d'inventivité sur bien des secteurs. L'entreprise a par exemple conquis le marché du jeu vidéo dans les années 2000 avec le lancement de la première Xbox en 2001.

L'entreprise tente également de séduire à nouveau les professionnels avec l'arrivée de HoloLens, le casque de réalité mixte (virtuelle et augmentée) dédié notamment au monde de l'industrie.

Enfin, Microsoft semble également orienter son avenir vers le domaine de l'intelligence artificielle en faisant l'acquisition, en 2017, de la société spécialisée Maluuba. La suite reste encore à construire !


Nos lecteurs ont voté : l'épisode 3 de cette saga sera dédié à la naissance d'ARPAnet et d'Internet ! Vous pouvez dès à présent voter pour le sujet de l'épisode 4, en choisissant parmi les propositions ci-dessous, ou en nous indiquant en commentaire le thème que vous souhaiteriez nous voir traiter.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36