Comparatif 2019 : découvrez les meilleurs smartphones

Par
Le 22 janvier 2019
 0

Comment choisir le meilleur smartphone ?

Curiosité ou gadgets, popularisés avec l'iPhone en 2007 suivi par les rivaux Android, les smartphones ont envahi notre quotidien avec leurs fonctionnalités toujours plus évoluées et nombreuses. De nombreux modèles existent aujourd'hui à tous les prix et pour différents usages en fonction de leur taille d'écran, de leurs performances et caractéristiques, tendant vers la polyvalence absolue. Vaste domaine dans lequel nous allons essayer de vous orienter à l'aide de différents critères, et d'un descriptif des meilleurs smartphones.



1. Samsung Galaxy Note 9 : le meilleur smartphone Android version XXL

smartphone-samsung-galaxy-note9-double-sim-128-go-bleu-compressor.jpg



Les plus
+ Autonomie
+ Qualité d'affichage
+ Le S pen
Les moins
- Bouton Bixby mal situé
- Capteur empreinte digital logé trop haut
- Trop lourd


Oublié le Note 7 et ses dangereuses batteries, puisque le constructeur coréen est redevenu une référence avec le remplaçant de celui-ci. Le Note 9 a perpétué la lignée en 2017 avec un positionnement clairement affiché face aux iPhone X, dont un prix élevé qu'il tente de justifier par de belles performances, un gros stockage, un énorme écran OLED et un petit plus : son stylet.

Un superbe écran doté d'un stylet

S'il pouvait être considéré comme une phablette, le Note 9 et sa diagonale de 6,4 pouces devient la norme des smartphones haut de gamme. Outre ce gigantisme assumé, Samsung maîtrise avec brio la technologie OLED via une luminosité s'adaptant à tous les environnements et une résolution native QHD+ ou 1440 x 2960 pixels au sommet (soit un format 18:9). L'expérience est de plus agrémentée d'un stylet (connecté en Bluetooth) dont le fourreau est intégré au téléphone.

Performances de haute volée

Pour gérer ce puissant smartphone, Samsung embarque un processeur maison Exynos 9810, l'un des plus performants de sa génération, derrière les puces Apple A11/A12 des iPhone X, mais équivalent à des Kirin 970 ou Snapdragon 845. Ce « SoC » à huit cœurs tournant à 2,8 GHz permet une expérience ultrafluide au Galaxy Note 9, renforcée par la belle réactivité de l'écran. Les 6 Go de mémoire vive supportent largement du lourd multitâche sur Android (livré en 8.1 Oreo avec surcouche Samsung), tandis que la puce graphique intégrée fait tourner tous les jeux aujourd'hui accessibles sur la plateforme Google Play sans aucun ralentissement. L'intelligence artificielle est gérée pour la reconnaissance faciale ou le traitement photo automatique.

L'un des meilleurs smartphones photos du marché

La prise de vue est assurée par un double capteur de 12 mégapixels de type téléobjectif (l'un est à longue focale), à ouverture variable entre f/1,5 et f/2,4 proposant ainsi un réglage du flou en aval. Les clichés sont très bons dans les détails et les couleurs, même en basse luminosi, faisant de Samsung Galaxy Note 9 le roi de la photo chez les smartphones. Le capteur frontal de 8 MP est de très bonne qualité pour tous les selfies et conversations vidéo. En vidéo justement, la captation se fait au mieux en 4K à 60 images/s, en HDR, avec possibilité de super ralenti ou Time-lapse. Face à ces prestations, le stockage de 128 Go est le bienvenu quand les rivaux démarrent à 64, avec possibilité d'étendre via carte micro SD jusqu'à 512 Go.

2 jours d'autonomie avec optimisation

La batterie de capacité 4000 mAh est un monstre sur le marché, faisant plus que compenser les performances et la taille de l'écran, prodiguant une autonomie entre 15 et 20 heures presque suffisante pour deux journées d'utilisation. Il conviendra de baisser la résolution en FHD+ et de désactiver l'affichage de veille « Always On Display » afin de grignoter quelques heures par charge, qui se réalise en 2 h.

Conclusion

Sans fausse note, le Samsung Galaxy Note 9 est LE smartphone de luxe tournant sous Android pour son écran, ses performances, son autonomie et ses photos, sous condition de débourser 1 000 €.
Retour au menu

2. Iphone X : Encore une carte à jouer après la sortie de l'Iphone Xs

iphone-x-compressor.jpg



Les plus
+ Face ID
+ Qualité écran
+ Les photos
Les moins
- Autonomie
- Recharge longue
- Disparition bouton home


La tradition d'innovation d'Apple ne s'essouffle pas, en témoigne l'iPhone X. 10 ans après le premier smartphone, ce modèle apparu à l'automne 2017 repousse la tendance du « borderless », mais sans grosse révolution technologique, s'appuyant sur sa domination en performances et en qualité d'écran tout en augmentant son prix.

Le premier écran « sans bord »

Si les bords latéraux ont disparu peu à peu, il restait aux écrans à venir occuper tout l'espace disponible, ce que l'iPhone X a inauguré via son affichage 5,8 pouces. Il garde toutefois une encoche piochée à l'Essential Phone, hébergeant micro et capteur photo, et limitant la largeur totale à 7,1 cm. Fidèle à l'affichage OLED surnommé ici « Super Retina » et à sa réputation, Apple livre une luminosité référence pour une consultation confortable à la plage au soleil ou la nuit dans son lit, des couleurs vives et fidèles s'adaptant automatiquement à l'environnement, la définition se limitant à du Full HD+ (1125 x 2436 px).

La fluidité avant tout

À part dans le monde des smartphones, Apple équipe son iPhone X de sa propre plateforme, intégrant la puce A11 Bionic. Celle-ci fait tourner toutes les applications de l'Apple Store avec une fluidité sans faille, et ce malgré les 3 Go de RAM suffisant à l'environnement iOS, quand les Android demandent 4 Go au minimum. Dans le rang côté stockage, le smartphone américain propose des capacités de 64 à 512 Go, mais oublie l'extension de mémoire via carte micro SD. L'intelligence artificielle permet la reconnaissance faciale sans défaut, ou les animojis plus gadgets, ainsi que l'optimisation de l'assistant vocal et la suggestion de mots en écriture.

Des photos correctes

C'est encore le talon d'Achille des smartphones à la pomme. L'iPhone X offre bien un double capteur photo de 12 mégapixels téléobjectif à ouverture variable (f/1,8-2,4) équivalent sur le papier au Galaxy Note 9, au rendu global très satisfaisant, mais décevant en réactivité et en basse lumière. En revanche, rien à dire côté vidéo avec un stabilisateur performant, une résolution maxi 4K en 60 images/s plus ralenti et zoom optique. L'objectif avant de 7 mégapixels est sans gros défaut, boosté par un mode portrait très réussi.

Une batterie tout juste correcte

Ne cédant pas aux sirènes des grosses batteries, Apple a choisi l'efficience au travers d'une capacité de 2716 mAh, faible chez les smartphones haut de gamme. L'autonomie ne brille donc pas, avec une endurance d'une grosse journée d'utilisation (12 à 15 h), ou d'un jour et demi si vous êtes sensible à la fermeture régulière de vos applications ou à une consultation non compulsive. La recharge est également peu digne du rang, la charge complète approchant les 2 h 30, là où les meilleurs Android demandent 45 min de moins.

Conclusion

Il n'y a rien à redire à l'Apple iPhone X, à l'écran remarquable, au design haut de gamme, à l'utilisation totalement fluide de son système iOS, mais peut-être aux photos encore perfectibles. Le plus récent XS a cependant corrigé le tir avec un meilleur réglage via l'IA, et opté pour des performances accrues ainsi qu'une version géante XS, mais à des prix devenus indécents.
Retour au menu

3. Sony Xperia XZ3 : Un magnifique écran Oled pour le fleuron japonais

raw-compressor.png



Les plus
+ Smartphone à taille humaine pour vos mains
+ Qualité capteur photo
+ Magnifique écran Oled
Les moins
- Autonomie
- Pas de chargeur rapide
- Emplacement capteur empreinte digitale


Légèrement en retard par rapport à Samsung, Apple ou Huawei, Sony a réduit l'écart à l'automne 2018 via son nouveau smartphone haut de gamme Xperia XZ3. Il apporte (enfin) la technologie OLED et des caractéristiques très honnêtes pour la catégorie, avec le petit avantage d'offrir la nouvelle version du système mobile Google : Android 9.0 « Pie ».

Un écran long

Si la majorité tente l'absence de bord, Sony n'a pas cédé à ces sirènes en gardant un design très conventionnel. Le rapport écran/surface est encore faible, associé à une importante épaisseur (10 mm contre 7,7 pour un iPhone X) et une ergonomie pouvant dérouter, dont le lecteur d'empreintes mal placé. À l'opposé, son écran 6 pouces jouit enfin d'un affichage OLED à définition QHD+ (1440 x 2880 pixels), avec un rendu quasi parfait et une luminosité très correcte, sans atteindre celle des Samsung Galaxy, néanmoins paramétrable pour les yeux exigeants.

Android Pie et performances satisfaisantes

Étant l'un des derniers smartphones du marché, le Xperia XZ3 intègre de base la plus récente évolution du système d'exploitation Android, la version 9.0 Pie. Pour qu'elle soit opérante sans lenteur, Sony a greffé la puce Snadragon 845, la plus puissante de Qualcomm. Avec ses 8 cœurs, elle fait jeu égal avec l'Exynos 9810 du Samsung Galaxy S9, tout en offrant la capacité de jouer avec fluidité aux plus gourmands jeux en 3D, et gérant du multitâche poussé grâce aux 4 Go de RAM.

Des bonnes photos et du super ralenti

Étonnamment, Sony reste le seul fabricant à ne pas proposer de double capteur photo. Le Xperia XZ3 a préféré améliorer la technologie de son capteur de 19 mégapixels, pas aussi impressionnant qu'attendu, mais livrant des clichés de bonne qualité malgré une ouverture de f/2,0, que ce soit en mouvement ou en faible lumière. La vidéo est également de bonne facture, avec la particularité de super ralentis jusqu'à 960 images/s en 1080p, mais la résolution 4K, compatible HDR, est freinée à 30 IPS. À l'avant, le capteur 13 MP est plus que satisfaisant, et profite également des multiples possibilités de retouche en plus du mode portrait. Le stockage des lourds fichiers est permis par 64 Go, un volume portable à 512 Go par le biais d'une carte micro SD.

Une autonomie correcte

La batterie de 3300 mAh s'inscrit dans la moyenne de la catégorie. Mais le smartphone haut de gamme de Sony a perdu le trône acquis par le précédent XZ2, à cause d'une autonomie réduite entre 10 et 13 heures, tout juste une journée d'utilisation, obligeant à une recharge chaque soir de 2 heures minimum.

Conclusion

À la présentation moderne, aux hautes performances et à la bonne fluidité, le Sony Xperia XZ3 ne peut lutter face à l'élite en autonomie ou en photo. Un écart contrebalancé par un tarif plus abordable autour de 800 €, mais il peine à surpasser nettement la meute des meilleurs modèles d'Honor, Xiaomi ou OnePlus encore moins chers.
Retour au menu

4. Xiaomi Mi MIX 2S : Un flagship pas comme les autres

mi mix 2s.jpg



Les plus
+ Finitions
+ Performances
+ Autonomie
Les moins
- Absence prise jack
- Pas de port micro SD
- Placement appareil photo selfie


Quand les fabricants historiques n'hésitent pas à passer la barre des 800 voire 1 000 €, les Chinois tels que Xiaomi se lancent avec une offre haut de gamme agressive autour de 500 €. Le Mi MIX 2S commercialisé en mai 2018 veut proposer les mêmes caractéristiques qu'un Galaxy S9 ou iPhone X sur tous les points, de la photo à l'autonomie en passant par l'écran, sans oublier une construction solide et flatteuse.

Sans encoche et sans défaut

Plus loin que la mode de l'encoche supérieure, Xiaomi semble avoir voulu passer cette étape en supprimant tous les bords, sauf celui inférieur. L'écran de 6 pouces au format 18:9 couvre ainsi 84 % de la surface pour un bel effet, mais ne rêvez pas, il se limite au LCD IPS et à une résolution Full HD+ (1080 x 2160 pixels). Sa luminosité n'est pas la meilleure, surtout en plein soleil où l'on aura du mal à lire (il est possible de la booster via le contraste), mais elle est minimale de nuit, et ses couleurs sont plus fidèles que les concurrents. À noter, le choix de la céramique à l'arrière - contrairement au verre - qui est très glissante (et lourde), mais plus durable face aux rayures.

Performances rôdées

Comme la majorité des smartphones haut de gamme, mais non élitistes, la puce Snapdragon 845 de Qualcomm a été le choix obligatoire pour le Mi MIX 2S. Cela permet la meilleure fluidité possible sous Android 8.0 (avec surcouche MIUI très personnalisable), en jeux comme en multimédia, Xiaomi lui ayant ajouté une mémoire vive très confortable de 6 Go pour le multitâche. Des versions existent avec 8 Go, mais automatiquement couplées à 256 Go de stockage.

Des photos surprenantes, mais des « selfies mentons »

La partie photo inclut un double capteur de 12 mégapixels façon téléobjectif, ayant pour but de seconder avec une grande ouverture dans certaines conditions particulières, ce qui est identique au Galaxy Note 9 ou à l'iPhone X. Or le Xiaomi Mi MIX 2S fait bien mieux que ses rivaux, proche de la perfection avec des couleurs fidèles, du détail et un bon comportement en luminosité basse. L'IA peut intervenir automatiquement sans que cela n'ait de véritable amélioration, mais elle sera pratique et très performante pour des effets type bokeh avec sa reconnaissance de scènes. Par contre, on s'interroge sur l'exil du capteur photo avant - de 5 mégapixels seulement - dans le coin inférieur droit, très peu pratique pour ses selfies ou une conversation WhatsApp, à moins de lever le bras ou de pivoter le téléphone. En vidéo, le smartphone chinois se débrouille bien avec une résolution maximale 4K (30 images/s maximum), HDR, stabilisateur optique/électronique, ralenti à 240 IPS et autofocus.

Une longue autonomie

Le marché chinois est plus exigeant en termes d'autonomie, point où le MIX 2S se devait de performer. Bien que la batterie n'emmène qu'une capacité de 3400 mAh, une charge totale permet environ 17 h d'utilisation modérée, et entre 5 et 7 h d'une journée de travail intense ou de multimédia/streaming excessif. La recharge est quant à elle dans la moyenne, avec deux heures.

Conclusion

Sans réel défaut, le Xiaomi Mi MIX 2S peut même faire preuve de rival incontestable face aux meilleurs smartphones du marché si son écran passait à l'OLED. Mais à 500 €, c'est une véritable affaire !
Retour au menu

5. Honor 10 : Une référence aux alentours de 300€

honor-10-compressor.jpg



Les plus
+ Capteur reconnaissance faciale
+ Léger
+ Prise jack toujours présente
Les moins
- Pas de stabilisation sur l'appareil photo
- Recharge longue (environ 2h)
- Capteur empreinte digitale à améliorer


Bien qu'il n'ait pas encore la réputation de ses rivaux que sont Samsung ou Apple, Huawei se décline sous une nouvelle marque depuis peu : Honor. Plutôt grand public, ce blason chinois se veut donc plus accessible en termes de tarifs, mais tout en offrant des caractéristiques dignes des meilleurs smartphones du marché.

Un écran dans l'air du temps

L'Essential Phone avait initié l'encoche, elle est devenue un gimmick des smartphones en 2018 auquel ne déroge pas l'Honor 10. Son écran sans bord de 5,8 pouces s'inscrit dans un design proche de l'iPhone X, excepté le bouton d'accueil, même en dimensions (72 x 149 mm), mais il est plus léger avec 153 grammes. Au prix de vente indiqué, il ne fallait pas s'attendre à une autre technologie que le LCD IPS, avec une résolution FHD+de 1080 x 2280, soit un format plus étiré que la concurrence à 19:9. Sa luminosité est bonne à 500 cd/m², même si elle est insuffisante pour du plein soleil, tandis que les couleurs sont plutôt fidèles mais avec un contraste pouvant décevoir, LCD oblige.

Une fluidité à toute épreuve

L'Honor 10 ne fait pas comme les autres, car en étant membre de la famille Huawei, il fallait prendre parti pour la puce Kirin 970, une solution équivalente aux Qualcomm Snapdragon 845 avec 8 cœurs, GPU et unité IA intégrés. Cette base chinoise est ultra-performante, livrant une fluidité hors pair dans tous les usages, même pour les jeux 3D les plus exigeants, tandis que la mémoire vive de 4 Go opère sans faille le multitâche. En stockage, on regrette toutefois l'absence de port micro SD pour étendre la capacité de base entre 64 et 128 Go selon les modèles.

Vrai photophone, faux vidéophone

Si le processeur est différent, la technique photo l'est aussi. Deux capteurs arrière sont bien présents. L'un est monochrome de 24 mégapixels pour saisir les contrastes, l'autre est de 16 mégapixels pour immortaliser les couleurs. La combinaison des deux produit de très bonnes photos en toutes conditions, sans atteindre l'excellence du cousin Huawei P20, avec en sus des modes portrait, pro, et une ouverture variable pour des bokehs bien gérés. À l'instar de nombreux smartphones, l'IA est encore balbutiante dans le traitement automatique des photos, et ne produira aucune amélioration de vos clichés, si ce n'est un effet surexposé. La vidéo est aussi plus que correctement exécutée, avec une définition maximale en 4K à 30 images/s, mais pas de super ralenti, le Full HD se limitant à 60 IPS.

Une batterie moyenne

Embarquant une batterie de capacité de 3400 mAh et à la puce efficiente en énergie, l'Honor 10 contient son autonomie dans les hautes sphères des smartphones. Il a largement de quoi survivre à une journée d'utilisation moyenne, soit autour de 15 heures, et la recharge demande une durée classique de deux heures.

Conclusion

Bien conçu, performant, endurant, mais sans tutoyer les meilleurs sur le terrain de la photo, ce smartphone Honor 10 s'inscrit clairement dans le haut de gamme, tout en conservant un tarif réduit à partir de 300€.
Retour au menu

Quelques conseils pour choisir votre smartphone :

    L'autonomie d'un smartphone

    C'est une réalité, les smartphones ont de la peine à survivre une journée d'utilisation soutenue, limités par la taille de leur batterie exprimée en mAh (milliampère-heure). Les constructeurs communiquent rarement sur l'endurance de celle-ci. Vous devrez consulter un test ou un comparatif, mais sachez qu'il faudra compter sur un minimum de 15 heures affiché pour être sûr de passer le cap d'une journée complète. L'autonomie est cependant très aléatoire, variant selon votre utilisation. Des appels longs, les jeux vidéo, une forte luminosité, ou encore le streaming peuvent faire fondre votre charge. En parallèle, renseignez-vous sur la possibilité de remplacer la batterie, car elle ne dure que 3 ans environ (1 000 cycles en général), et sur la rapidité de recharge, la plupart reprenant 80 % de leur capacité après une bonne heure et faisant le plein en 2 heures.

    L'appareil photo

    Le nombre de mégapixels

    Il s'agit du nombre en millions de pixels qui est mis en avant par les fabricants. Il ne détermine pas la qualité, mais il donne une idée de la définition des images et un ordre de grandeur pour comparer plusieurs modèles. L'appareil photo avant doit être au minimum de 5 MP, contre 8 MP à l'arrière pour des photos convenables, certains combinant 4 pixels en 1 pour améliorer le rendu. En vidéo, il faut au minimum une définition Full HD à 30 IPS (image/s) avec du HDR magnifiant les couleurs, mais certains vont jusqu'à la 4K en 60 IPS.

    Nombre de capteurs photo

    A l'heure actuelle, un duo de capteurs arrière est nécessaire pour saisir son environnement avec précision et en toutes situations (basse et haute luminosité), celui situé à l'avant servant aux selfies et conversations vidéo. Un stabilisateur et un autofocus seront obligatoires pour assurer les prises de vue en mouvement. N'oubliez pas de vérifier si le HDR est présent, et si plusieurs modes photo sont disponibles comme le mode rafale, le super ralenti, le panoramique, le portrait, etc.

    L'ouverture

    C'est une bonne information de la qualité photo et vidéo, car elle est liée à la quantité de lumière absorbée. Elle est indiquée par un rapport f/x où x doit être le plus petit possible. En général, f/2,0 est très satisfaisant avec une faible luminosité, mais certains modèles utilisent deux capteurs basse lumière/grand-angle, voire un performant téléobjectif doté d'une ouverture variable pour étendre les possibilités.

    La technologie

    La plus basique est le LCD, dédié aux modèles les plus accessibles et convenant à ceux qui font une utilisation peu poussée de leur appareil, bien que la technologie IPS (larges angles de vue) et sa luminosité puissent parfois étonner. Pour ceux accros à leur smartphone, aimant les couleurs chatoyantes des clichés Instagram et les noirs profonds en vidéo, les écrans OLED voire AMOLED sont bien plus performants. Toutefois la technologie est plus ou moins maîtrisée selon les marques. Un essai en magasin ou un test en ligne vous guidera davantage pour mieux comparer les modèles.

    La définition

    Elle se caractérise par le nombre de pixels, largeur x hauteur, franchissant certains paliers ou standards. Ainsi les résolutions des appareils les moins chers sont autour de 1080 x 2160 ou nommées Full HD+/FHD+, les modèles haut de gamme affichant du Quad HD+ (ou WXGA), soit au-dessus de 1440 x 2880 pixels. Selon la taille de l'écran, la perception variera avec la densité ou les ppp (pixels par pouce).

    La taille de l'écran

    La diagonale des écrans s'est stabilisée autour de 6 pouces, les smartphones suivant la tendance « sans bords » qui évite les gros pavés dans les mains. Absence ou moins de bords entraîne également un poids toujours plus faible. En choisissant un smartphone de moins de 200 g il se fera oublier, les meilleurs tutoyant la barre des 150 g.

    Le système d'exploitation ou OS d'un smartphone

    iOS

    Il s'agit du système unique et exclusif d'Apple pour ses iPhone. Fermé, c'est-à-dire peu configurable, il vise le grand public et une intuitivité optimale. C'est aussi le choix préféré des applications, sortant généralement en priorité voire seulement sur cette plateforme, mais qui sont souvent payantes ou plus chères que sur Android.

    Android

    la solution de Google est un OS plus ouvert, adoré des geeks, car plus personnalisable (écran, performances, etc.) avec même des thèmes téléchargeables, bien qu'avec un peu plus de bugs et des différences de mises à jour selon les modèles. La plupart sont équipés d'Android 8.0/8.1/8.2 « Oreo », qui sera progressivement remplacé par Android 9.0 « Pie ». Certains fabricants (Samsung, Huawei) amènent une « surcouche » logicielle plus ou moins épaisse avec leurs applications maison ou des fonctionnalités améliorées. D'autres adoptent des versions « pures » comme Android One destiné principalement aux marchés émergents. Il s'agit donc de smartphone moyen voire bas de gamme.

    Le processeur

    Comme pour l'OS, Apple utilise ses outils maison, en l'occurrence les puces A11 (iPhone 8/X) et A12 (Xs et Xr). Les premières disposent de 6 cœurs et gèrent les fonctionnalités d'intelligence artificielle comme la reconnaissance faciale/vocale, ainsi que la réalité augmentée ou la retouche photo intelligente. Les seconds utilisent une gravure plus fine (7 vs 10 nm) pour plus de transistors et une basse consommation, tout en offrant de meilleures performances, et notamment en IA avec des calculs 8 fois plus rapides.

    Sur les supports Android, Qualcomm est la marque la plus populaire - sorte d'Intel, mais sur mobile - en proposant ses puces Snapdragon. Le haut de gamme est la 845 à huit cœurs gravés en 10 nm qui gère l'IA, les plus accessibles versions 600 (Octo Core, 14 nm) sont limitées à des écrans FHD+. Deux autres « SoC » hautes performances peuvent être intégrées, telles les HiSilicon Kirin 900 gérant l'IA ou le dual-SIM chez Huawei et Honor, tout comme les Samsung Exynos équipant certains modèles Galaxy.

    Le stockage

    Avec l'augmentation des performances photo/vidéo, de la taille des applications/jeux et des débits mobiles, les smartphones saturent facilement. Les modèles de base ont en majorité des stockages de 64 Go, pouvant aller jusqu'à 256 voire 512 Go. Des chiffres dont il faut soustraire la place du système d'exploitation (10 Go environ), en réalité calculé avec 1 Go = 1000 Mo (au lieu de 1024). Ainsi, 64 Go déclarés n'ont qu'un espace de 59,6 Go en pratique. Pour compenser ces pertes, certains mobiles permettent d'insérer des cartes micro SD.

    Les smartphones sont ainsi de puissants outils de calcul, multitâches, permettant la photo et les jeux vidéo, dans un format compact au possible et à la définition d'écran toujours plus nette. Or ces bijoux de technologie ont un coût : entre 250 et 400 € pour les entrées de gamme, de 400 à 700 € pour les polyvalents, et plus de 1 000 € pour les meilleurs dans le domaine.


    Les smartphones haut de gamme


    Leurs écrans possèdent la meilleure définition, leur robustesse est maximale, mais leur poids doit être maîtrisé. Leurs prestations photo doivent être irréprochables, car l'on voudra amener son bijou dans tous nos voyages et sorties, ainsi qu'en vidéo avec une qualité de captation quasi professionnelle.

    Et bien entendu, tout cela ne doit pas nécessiter une recharge toutes les 3 heures. Un téléphone dernier cri embarque une batterie d'au moins 3 000 mAh, voire 4000 mAh et plus dans l'idéal, allouant une autonomie suffisante pour une journée entière d'utilisation. On pourra consulter les mails le matin, regarder un épisode de série dans les transports, passer plusieurs appels, avoir une navigation Web régulière, faire une petite pause jeu vidéo type Fortnite ou Candy Crush, et prendre des photos en soirée dans un bar. Et comme ces téléphones sont les fidèles amis des plus actifs, le « plein » de batterie doit être véloce, les meilleurs en la matière ne demandant qu'une heure et demie.


Les meilleures marques de smartphone :

Modifié le 22/01/2019 à 17h18

Les dernières actualités Comparatif

scroll top