Vidéoprojecteur : quel modèle acheter en 2018 et sur quels critères ?

le jeudi 17 mai 2018
Rien de tel qu'un bon vidéoprojecteur pour profiter de ses films et jeux vidéo préférés dans le salon. Et si l'ensemble est couplé à un bon système de son, on peut vite se croire dans une salle de cinéma, sans bouger de son canapé. Il existe des centaines de modèles sur le marché, des petits pico-projecteurs aux modèles haut de gamme projetant de sublimes images en 4K. Si vous ne savez pas quel vidéoprojecteur est le plus adapté à vos besoins, vous êtes au bon endroit !

Dans ce dossier, nous vous donnerons les clés pour bien choisir votre futur vidéoprojecteur : technologie, définition, contraste... Tous ces critères et d'autres encore détermineront votre choix final. Vous pourrez ainsi faire votre achat en toute sérénité.

Si toutefois ce n'était pas suffisant, nous vous proposons ensuite une sélection de 10 vidéoprojecteurs à acheter en 2018, pour tous les goûts et tous les budgets. De votre côté, n'hésitez pas à nous dire dans les commentaires quel vidéoprojecteur vous utilisez pour vos soirées cinéma entre amis et quelles sont les qualités qui vous ont fait pencher en sa faveur !

videoprojecteur fotolia


Le vidéoprojecteur : pour quel usage ?


Première question à se poser avant de foncer chez votre revendeur tech préféré : que comptez-vous faire avec votre vidéoprojecteur ? Si vous comptez l'utiliser pour un usage professionnel, il ne sera pas utile de dépenser 5 000€ dans un modèle 4K. En revanche, vous devrez probablement vous orienter vers un modèle avec une connectique plus riche afin de pouvoir y brancher une clé USB ou un PC.

Si vous cherchez à jouer ou visionner des films, alors la qualité d'image sera un critère primordial. Les vidéoprojecteurs 4K sont les plus performants du marché, mais sont vendus à des prix réellement élevés (plusieurs milliers d'euros). La définition n'est d'ailleurs pas le seul point à prendre en compte pour votre Home Cinema. Il faut comparer les contrastes, la luminosité ainsi que le bruit émis par l'engin. Si vous êtes perdu, vous trouverez plus d'informations au cours de cet article.

Technologie : tri-LCD ou DLP ?


On distingue deux grands types de vidéoprojecteurs : tri-LCD et DLP. Comme souvent, chaque technologie apporte son lot d'avantages et d'inconvénients. Bien entendu, la qualité d'image ainsi que le prix final dépendent fortement des technologies employées :
  • Tri-LCD : ces vidéoprojecteurs sont en général moins chers que leurs homologues DLP. Leur gros atout est leur luminosité élevée qui permet de les utiliser même dans des pièces éclairées. Le contraste n'est en revanche pas aussi bon que les modèles DLP. On recommande les vidéoprojecteurs tri-LCD pour les professionnels qui doivent faire des présentations PowerPoint ou afficher des images statiques.
  • DLP : c'est actuellement la technologie la plus répandue au sein des vidéoprojecteurs. Elle offre d'excellents contrastes avec des noirs profonds sans pour autant mettre de côté la luminosité. En revanche, un effet « arc-en-ciel » peut apparaitre sur les modèles les moins performants, ce qui peut provoquer certains désagréments lors du visionnage. Ce défaut tend cependant à disparaitre avec les années.


videoprojecteur fotolia


Définition : de 720p à 4K


Tout comme pour un smartphone ou un écran de TV, la définition du vidéoprojecteur est un critère important lors de l'achat. Elle doit d'autant plus être élevée que la zone de projection est large. Pour un usage en Home Cinema, le meilleur compromis reste la Full HD, soit 1920 x 1080 px. Le mieux est de viser la 4K, mais le budget n'est alors plus du tout le même !

Pour un usage professionnel, un vidéoprojecteur avec une définition HD, soit du 720p, reste amplement suffisant pour afficher des PowerPoint ou des feuilles Excel. Nous vous déconseillons fortement d'investir dans des vidéoprojecteurs qui n'offrent que des définitions SD, vous seriez fortement déçu du résultat final.

Contraste : comment bien choisir ?


Le contraste est l'écart de luminosité entre le point le plus lumineux et le point le plus sombre d'une image. Plus ce taux est élevé, plus les couleurs ressortent. Si ce n'est pas une composante essentielle pour un vidéoprojecteur à usage professionnel, c'est une toute autre histoire pour un Home Cinema qui envoie.

Afin d'assurer une image agréable à l'œil, l'idéal est de viser au minimum un contraste de 2000:1. Les vidéoprojecteurs DLP offrent des taux de contraste très élevés, d'où leur intérêt au sein d'une installation de type Home Cinema.

videoprojecteur fotolia


Luminosité : et la lumière fut !


Rien ne sert d'avoir un bon contraste si l'image reste presque invisible même en plein noir. C'est pourquoi il faut bien faire attention à la luminosité, notée en lumens (et abrégée lm). Plus la valeur est élevée, plus l'image sera visible, même en plein jour.

Les professionnels qui doivent assurer des présentations dans des pièces éclairées devront tout particulièrement faire attention à ce point. 2500 lm est un minimum dans ce genre de situation. Pour un usage dans le salon, la luminosité reste importante, même si ce n'est pas forcément le critère primordial. Dans une salle bien fermée, vous pourrez vous contenter de 1500 lumens pour votre Home Cinema. Notez aussi que plus la surface de projection est large, plus la luminosité devra être élevée.

Focale et rapport de projection


Certains constructeurs offrent des vidéoprojecteurs à focale courte et ultra-courte. Un tel appareil peut être placé très près du mur, ce qui évite de tirer des câbles dans le salon ou d'avoir des gêneurs qui passent dans le champ en pleine partie de jeu vidéo (on a tous connu ce petit désagrément).

Le meilleur moyen de choisir un vidéoprojecteur à focale courte est de vérifier le rapport de projection. Si ce dernier est inférieur à 1, alors le projecteur aura une focale courte. Si le rapport est inférieur à 0,3, on est sur une focale ultra-courte. Si les avantages sont multiples, le prix est en conséquence...

videoprojecteur fotolia


Bruit : avion de chasse ou ninja ?


Un vidéoprojecteur chauffe beaucoup. Par conséquent, il faut le refroidir activement avec des ventilateurs, ce qui engendre vite du bruit. Si le souffle peut être masqué par le son d'un film ou d'une réunion animée, il est toujours mieux de vérifier la valeur donnée par les constructeurs.

Le niveau de son est indiqué en décibels (ou dB). A moins de 30 dB, vous serez tranquille. Par contre, au-delà de 35 dB, vous risquez vite d'en avoir marre. A plus de 40 dB, réfléchissez-y à deux fois avant d'investir, le son émis par le ventilateur sera vite ingérable.

Eléments secondaires : ces petits détails qui font la différence


Nous avons vu les principaux éléments à prendre en compte avant l'achat. Il subsiste pourtant quelques petits détails à ne pas négliger. Ainsi, selon votre usage, il sera peut-être sage de vous orienter vers un pico-projecteur facilement transportable si vous êtes un professionnel fréquemment en déplacement.

La connectique a aussi son importance. Si le port HDMI est un standard répandu, vous aimerez probablement avoir d'autres options à disposition. Des haut-parleurs sont parfois intégrés aux vidéoprojecteurs, mais ils sont souvent de mauvaise qualité. Des sorties audios ne seront donc pas du luxe.

Vérifiez aussi la durée de vie théorique de la lampe. Il faut en changer régulièrement - tous les 3 ans en moyenne - mais un modèle LED tiendra bien plus longtemps et consommera moins de courant. Cependant, tous les constructeurs ne proposent pas ce type de lampe avec leur vidéoprojecteur.

Pour finir, il faudra choisir un écran adapté à votre installation. On en trouve des modèles simples sur trépied, d'autres sont motorisés et s'ouvrent lors de l'allumage du vidéoprojecteur. A moins que vous ne préfériez utiliser le mur blanc de votre salon ? Cette solution n'est pas la plus conseillée, mais elle est totalement gratuite !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top