Communauté Clubic

Que pensez-vous des nouveaux modèles climatiques ?

Des chercheurs ont exploité les progrès en matière de puissance de calcul et les représentations plus fidèles des systèmes météorologiques pour mettre au point des modèles climatiques plus précis. Leurs projections sur la fin du siècle ont de quoi susciter l’inquiétude, avec une augmentation moyenne de la température de 7 °C d’ici 2100.

1 J'aime

Déjà d’ici à 2050 je pense qu’on remarquera bien la différence du climat lorsqu’on se prendra tornade, tremblement de terre, feu, inondation le tout à répétition et bien puissant.

Bref, mère nature s’occupera d’éradiquer le virus qui la gangrène depuis bien longtemps.

Alors 2100 je serai plus là pour voir ça mais je pense qu’on se rapprochera de MadMax.^^

9 J'aimes

Je ne vois pas en quoi l’extinction de l’espère humaine est un problème… Nous aurons eu notre temps, nous en aurons bien profité ! C’était chouette et maintenant cela va s’arrêter ! Point final.

12 J'aimes

Ne plus faire d’enfants. Simple et efficace.

15 J'aimes

disons plutot qu’il faudrait que certains pays arrete d’en faire… l’inde va depasser la chine et a eux 2 c’est la moitié de la population terrestre…

5 J'aimes

La plupart des gouvernements des pays dits riches veulent que leur population consomme toujours plus.
Les gens ont de moins en moins de travail et la robotisation n’arrange pas les choses.
Les gens sont de plus en pus pauvres. Ou de moins en moins riches…
Il faut donc que les produits à consommer ne coûtent pas trop cher.
Il faut donc que ces produits soient produits par des populations sous-payées (la prochaine étape est de ne plus les payer).
On a donc besoin de pauvres et de gens qui consomment des produits, des services, des voyages en avions etc…
Conclusion: cela n’est pas prêt de changer de façon volontaire.

Alors, quelle corde je vais choisir…? Chanvre, soie, lin, câble d’acier…

4 J'aimes

Les Etats-Unis produisent deux fois plus de CO2 que l’Inde.
La Chine en produit beaucoup mais elle produit beaucoup de choses pour les autres pays.

Il faut ensuite ramener la production de CO2 (je ne rentre pas dans le débat CO2 bon ou mauvais et le fait qu’il y ait d’autres pollutions) par habitant:

Le nombre d’habitants ne doit donc pas être le critère selon moi. Mais plutôt le niveau de vie des habitants ainsi que ce qu’ils consomment et produisent comme pollutions.

8 J'aimes

Sauf que ce n’est pas eux qui posent probleme dans le rechauffement climatique… Ce sont les pays avec peu de population qui mangent les parts de tous le monde. On pourrait appeler ca les 1%++ et oui on fait partit des 1%

Je pense comme les autres (@Blap et @GRITI ) que c’est déplacer le problème.

L’impact anthropomorphique sur le réchauffement terrestre n’est pas principalement dû à au taux de natalité et de population. (Mais c’est extrêmement liés, on est d’accord).

Mais il faut plutôt regarder les pays les plus producteur en Co2 par habitant . Le problème, c’est bien plus la consommation de bien et de services quelconque que la population en elle même.

Suffit de regarder le Qatar et les pôles positions :wink:

Après… Effectivement si tu transposes le nombre avec notre manière de consommer … AÏE

L’impact d’un enfant européen ou américain n’est pas le même qu’un chinois/indien , clairement il va falloir comprendre que la source de toute pollution c’est l’homme et qui il y en a moins c’est le plus simple pour limité le réchauffement climatique.

1 J'aime

Cet article est du réchauffé (haha !) et le titre est une aberration logique classique qui confond la carte (les modèles) avec le territoire (la situation réelle). On passe sur l’absence fort opportune de la moindre critique de ces résultats préliminaires que pourtant les chercheurs eux-mêmes n’ont pas manqués de soulever :

une centaine de chercheurs et d’ingénieurs ont produit des modèles d’une nouvelle génération, appelés CMIP6

CMIP6 n’est pas “des modèles” mais un regroupement informel de labos qui développent des modèles (d’après Coupled Model Intercomparison Project).

Les chercheurs ont ainsi abouti à l’élaboration de deux modèles climatiques,

Pourquoi seulement picorer 2 modèles alors que CMIP6 en comporte beaucoup plus ?

« qui représentent mieux le climat actuel »

C’est tout le contraire : les premiers runs de ces modèles calculent des sensibilités climatiques bien plus élevées (voir la dernière page du PDF ci-dessous) que celles déterminées empiriquement (soit environ 1-1,6 K) :



De quelque manière qu’on les envisage, ces modèles ne peuvent rien prouver du tout : les seules hypothèses réchauffistes y étant intégrées (sauf dans le modèle russe dans CMIP5), ils ne peuvent fournir que des résultats réchauffistes, ce qu’on appelle techniquement GIGO (Garbage In, Garbage Out). Bref les modèles sont nécessairement circulaires et donc inaptes à déterminer si ces hypothèses ont une quelconque validité.

De plus, ces modèles étant ajustés en permanence, ils ne sont ni vérifiés ni validés selon les bonnes pratiques de modélisation qui sont couramment appliquées dans tous les domaines sauf en climastrolonumérologie.

Enfin comme on le murmure dans les milieux bien informés, il existe 2 types de modèles climatiques : ceux qui ont échoués et ceux qui vont échouer.

Édition : j’ai rajouté un graphique comparant la sensibilité climatique empirique (= observée) et celles calculées par les modèles du GIEC (= IPCC) depuis 1979.

6 J'aimes

Bah si l’on suit la logique, il faudra aller plus loin que ce qu’a écrit @ota1998, il faudra réduire la population mondiale à un peu moins d’1 milliard d’habitants, supprimer toute innovation post révolution industrielle, abolir l’élevage un tant soit peu intensif et revenir à l’âge de pierre.

Inutile de raisonner avec un peuple X consomme plus et produit plus de CO2 que le peuple Y plus pauvre, alors il faut laisser les pays pauvres avoir leur fort taux de natalité, et que ce sont les peuples de pays développés qui doivent ne plus faire d’enfants. Sans même parler de la migration des peuples, aussi génératrice de pollution et fait augmenter également la consommation en moyenne.

2 J'aimes

elminster44 “mère nature s’occupera d’éradiquer le virus qui la gangrène depuis bien longtemps.” C’est plutôt l’être humain qui a contribué à sa possible éradication par ses actions (ou non actions) et son comportement. Et la nature lui fait “payer”.
Bon ça revient à peu près au même de dire ça, sur le principe je suis d’accord avec vous ^_^.

1 J'aime

On peut produire toute les études qu’on veut, ça ne changera rien.
Le système économique mondial basé sur la compétition ne laisse absolument aucune marge de manoeuvre aux pays pour produire des changements importants.
Et ceux qui opposent les pays riches(les mauvais) aux pays “en voie de développement” (les bons") devraient apprendre que la diarhée de produits jetables que nous consommons n’est pas produit chez nous. Ils seront les premier a hurler si nous cessons de consommer.
On devrait commencer par sortir de la mondialisation pour produire local et surtout durable.
Enfin, on devrait cesser d’obliger les gens à travailler pour travailler. Aujourd’hui, l’agriculture produit de quoi nourir la population avec moins de 2% des travailleurs (contre 70% naguère). Une grande partie de la production humaine est de l’ordre du futile.
Avant de dire qu’il faut moins consommer, peut etre devrait t’on commencer par moins produire et apprendre à moins travailler.

6 J'aimes

ça fait 12.000 ans que ça a commencé, et c’est tant mieux. Toutes ces recherches en mal de médiatisation et de subventions voudraient vous faire croire cela s’était arrêté dans la zone de confort de l’Homme et de l’animal, mwahaa oui, ok, c’est peut-être possible dans une histoire de Disney.

Cette élaboration n’est pas d’aujourd’hui, on en parle depuis 2015.
D’ailleurs, je vous propose ci-dessous une vidéo intéressante sur les incertitudes du réchauffement climatique.

L’homme n’est pas seul à contribuer au développement de l’effet de serre, les variations de l’activité solaire en font beaucoup également.

Connaissez-vous “Les cycles de Milankovitch et les changements climatiques” qui expliquent que la terre s’approche et s’éloigne du soleil sur de longue période et qu’elle passe de l’ère glacière à l’ère
désertique au fil de sa course.
Les scientifiques ont trouver des traces de glace au Sahara et prouvé que le Groenland à été recouvert de pâturage.
Hier, je regardais une émission sur les Pharaons qui disait qu’avant le désert, il y avait la savane peuplé de lion, éléphant… aujourd’hui disparu en Égypte.
Le réchauffement climatique n’est pas dû qu’à l’homme, il est inexorable, et l’homme disparaitra.

1 J'aime

@KlingonBrain
J’approuve pas mal de points.
Pour le suivant…

Moins produire? D’accord mais…
Est-ce crédible de penser que les politiques sont capables de demander à ce qu’il y ait moins de production? Surtout si la production est dans d’autres pays? Et Surtout si cette production rapporte beaucoup d’argent aux pays qui produisent? Et à ceux qui consomment (TVA etc)?
Est-ce crédible de penser que le consommateur est capable de réduire drastiquement ce qu’il consomme à ce qui est nécessaire pour vivre et arrête d’acheter des objets de loisirs, high tech, de voyager etc?

Dans un système de mondialisation comme le notre que la décision viennent des politiques j’ai du mal à y croire. Trop d’enjeux et de contraintes.
Et qu’elle vienne des consommateurs qui, pour leur santé et celle de leurs enfants s’ils en ont, voudraient faire ce qu’il faut…J’ai du mal à y croire aussi. Je vois plein de très bonnes initiatives citoyennes comme on dit. Mais d’un autre côté je vois tellement de comportements diamétralement opposés que je suis pessimiste.

C’est pour cela que, personnellement, je me suis fait une raison sur ce sujet. L’humanité ne changera pas sur ce point, de façon spontanée et éclairée. Le changement (quel qu’il soit: anthropique ou pas, réchauffement ou petite ère glaciaire) sera imposé par la “Nature”. Et pour moi il faut s’y préparer et s’y résoudre. Ce qui ne veut pas dire que personnellement je continue à consommer à outrance etc… parce que de toute façon c’est trop tard. Au contraire, je fais ce que je peux à mon niveau.
Mais j’ai peur par contre, que si nous continuons à lancer ce genre de messages dans les médias on arrive justement à cet effet de réactance:
"De toute façon on va crever donc autant se lâcher tant qu’on peut. En 2100 je ne serais plus là, donc je m’en fous royalement et je consomme toujours plus!!! "

2 J'aimes

C’est un commentaire raisonnable, dommage qu’il se termine par un non sequitur.

Pourquoi quiconque réclamerait “des changements importants” dès qu’il a le minimum pour vivre ? Le système économique est justement intéressant parce qu’il est résilient contre les changements que voudraient imposés les idéologues et autres escrocs politiques : ces derniers se figurent qu’ils sont les seuls à pouvoir discerner ce qui est le mieux pour tous les autres. Quelle arrogance, quelle hubris ! Alors que ce système récompense ceux qui s’enrichissent en améliorant et enrichissant aussi la vie de tous les autres.

La mondialisation n’a fait que généraliser cette observation en l’optimisant : on produit maintenant où c’est le plus économique parce que le seul critère de production concerne 80% de l’énergie dépensée (en moyenne) de la chaîne complète. Le transport c’est peanuts. Les locavorites qui veulent du local sont à côté de la plaque.

De même, il n’y a qu’un seul développement durable possible et qui a fait ses preuves depuis la nuit des temps, celui de l’économie de l’échange volontaire. Tout autre définition n’est qu’un vague gloubi boulga opérationnellement vide de charlatanerie idéologique et de malhonnêteté intellectuelle d’escro-collectivistes vert pastèque ou de spolytocards opportunistes scientifiquement incultes et économiquement analphabètes (pardon pour toutes ces redondances²).

On n’oblige pas les gens à travailler : en France par ex. la plupart des chômeurs (non répertoriés évidemment par l’INSEE selon la définition du BIT) sont des personnes en âge de travailler mais qui ne travaillent pas. Tu paies juste pour les entretenir.

Si l’agriculture a réussi à nourrir un monde en accroissement de population pendant si longtemps, c’est grâce à ce système que tu rejettes : pas très cohérent.

Enfin, je suis d’accord sur le fait de moins travailler : on pourrait d’abord commencer par laisser aux travailleurs la totalité des fruits de leur labeur plutôt que de les en spolier en les taxant/imposant à mort…

2 J'aimes