Communauté Clubic

Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes

commentaires
#21

Sourate 55 verset 33

« Ô peuple de djinns et d’hommes! si vous pouvez sortir du domaine des cieux et de la terre, alors faites-le. Mais vous ne pourrez en sortir qu’à l’aide d’un pouvoir [illimité]. »

0 Likes

#23

Fieu, ton charabia des sourates et compagnie fumeurs des cannes ne m’intéresse pas.
Informatique n’a rien à avoir dedans.
Pose même question, comment un avion de chasse genre Mig 25 volait à l’époque sans informatique et électronique numérique.
Comment l’Union Soviétique a envoyé une sonde vers le Vénus avec atterrissage - sans informatique ! Va à l’école et arrête de lire des imbécillités…

0 Likes

#24

Il parle même pas de problème de radiation , des problèmes que cela pèse sur le corp ect…

Bref pas besoin de Nobel pour savoir ça …

0 Likes

#25

Alors pour ceux qui critique et qui se prétende plus intelligent d’un physicien vous devrez savoir 2 choses.

Déjà de 1 on a jamais dis que il avait le prix Nobel de physique grâce à ce qu’il à dis dans l’article ci-dessus,et les commentaires (sans critiquer) sur mars… On le sait déjà aussi pas besoin d’être physicien non plus !

Et de 2 pour ceux qui se seraient déjà énervé sur ma réponses sachez que mon intention n’était pas de critiquer les gens ou de me moquer d’eux mais bien de les faire réfléchir avant de poster leur(s) commentaire(s)!

Merci !

1 Like

#26

On ne parle pas de futur la mais de present. A moins d’avoir une découverte révolutionnaire tres rapidement ca reste notre present.

0 Likes

#29

Lord Kelvin, physicien britannique, président de la Royal Society, a dit en 1895 :
« Le vol des machines plus-lourd-que-l’air est impossible »

John William Strutt, 3ème Baron Rayleigh, Prix Nobel de Physique (1904), a dit en 1896 :
« Chercher à faire voler un engin plus lourd que l’air serait une perte de temps. » (WikiP.)

Alors, ce que dit Michel Mayor …

2 Likes

#30

Le monsieur parle des exoplanètes qui sont situées, pour la plus proche, à des millers d’années lumières de chez nous, il ne parle pas d’aller coloniser la lune ou mars…
Pas la peine de vous emballer…
(Pour info : 2 projets deja lancé chez la nasa pour une station orbitale sur la lune pour y crafter les outils pour bosser en surface et 1 autre projet en chine avec la france lancé il y a 2 ans ayant pour but de vivre h24 sur la lune donc ca aussi pas la peine de s emballer, tenez vous informé plutôt car ça a déja commencé)

Il dit juste que c’est fou de penser que l’on puisse aller habiter sur les exoplanètes qu’il recherche, ça n’a jamais été le but : Déja de par la taille de celles que l’on détecte et de leur position près d’un soleil ( je vous laisse vous renseigner un peu sur le sujet )…et ensuite car même si on se déplaçait a la vitesse de la lumière un jour, il nous faudrait plusieurs milliers 'années juste pour nous y rendre…ou pour envoyer un message…ou du matériel…mais on vit moins de 100 ans …

Pas besoin de nobel en effet mais certains n’arrivent déjà pas à lire un article ou cerner la base du problème,

et il ne parle pas des chocs avec un grain de sable à cette vitesse, de l’énergie nécessaire pour y parvenir, ni des radiations traversées, des pressions énormes, et de tant de milliards de choses qui peuvent arriver en route…

Pas besoin d’avoir un nobel pour comprendre ça non, mais avoir un nobel qui rappelle les bases et y apporte sa crédibilité dans le domaine et permet de remettre les pieds sur terre à certains théoristes “je sais mieux que les mecs qui bossent dans le domaine depuis 40 ans parce que j’ai google et que j’ai lu 2 pages de wikipédia et je ne suis pas foutu de lire correctement un article” ça peut toujours aider et de mon point de vue est toujours le bienvenu.

1 Like

#35

Ce qui me renverse personnellement, c’est que on cherche à “fuir” la terre que l’on sait décliner peu à peu à cause de “nos” propres choix de technologie, fonctionnement, démographie, consommation etc…, plutot que de chercher de VRAIES solutions de vivre, fonctionner autrement (je ne parle pas des ecolos exaltés qui ne font que faire du bruit).

On veut aller dans l’espace, sur une autre planète, pour refaire les mêmes bêtises ?
Si c’est le cas, on ne mérite pas d’y arriver ; le cas échéant, alors essayons plutot de changer ici, plutot que rêver d’ailleurs.

0 Likes

#36

Résumons-nous c’est important. Non seulement l’humanité ne migrera pas sur d’autres planètes mais même jamais aucun humain ne pourra atteindre la moindre exoplanète. Les optimistes qui pensent que l’on pourra trouver un moyen de voyager beaucoup plus vite en se rapprochant de la vitesse de la lumière et ainsi transformer des temps de trajets de centaines de milliers d’années en disons quelques centaines d’années oublient que ce serait quand même trop long, non seulement biologiquement parlant pour embarquer des humains mais aussi même pour des sondes, car, par exemple, comment trouver le carburant nécessaire ? Sans parler, si c’était quand même techniquement possible, du « où aller ? » et du problème de transmission des informations à plusieurs années-lumière de distance. Bref, à mon avis, ceci n’aura jamais lieu avant l’extinction de l’espèce humaine et encore moins après.
Quant aux preuves d’existence de vie ailleurs que sur la Terre, aucun télescope, si puissant soit-il, ne permettra jamais d’obtenir ce résultat et je crois donc que la seule chance que nous ayons jamais de découvrir d’autres formes de vie se limite à Mars, à quelques satellites de Jupiter ou Saturne et aux objets interstellaires passant à proximité. A moins, bien sûr, que des extraterrestres passant par là nous rendent un jour visite et décident enfin de se montrer.

1 Like

#38

tmtisfree / Judah

Ce qui n’est pas sérieux c’est que personne, absolument personne, ne sait pourquoi il existe une vitesse limite dans l’univers.

Si vous interrogez un physicien il vous répondra, peut-être, que cela permet d’éviter la simultanéité des événements et donc de faire émerger la causalité. Mais avouez-quand même que c’est une réponse de normand, non ?

De même, la relativité nous dit : 299 792 458 m.s-1… Et puis c’est tout ! Et surtout pas le mécanisme bloquant l’aiguille à 299 792 458 m.s-1. Or le jeu favori des humains, depuis qu’ils se sont trouvés des dispositions scientifiques, c’est justement de faire sauter les verrous.

Alors franchement quand on est un scientifique sérieux (prix Nobel de surcroit), c’est à dire prudent, on évite les sophismes péremptoires affirmant que l’impossible d’aujourd’hui sera nécessairement celui de demain…

1 Like

#39

je ne rédige pas souvent un commentaire… mais j’aimerai faire remarquer une chose… Notre étoile (le soleil…) n’est pas éternel… il va s’éteindre un jour… et se transformer en supernova… donc soit l’être humain ne fait rien et il mourra, soit il devra partir du système… (alors, oui je l’accorde, c’est pas pour demain…)

1 Like

#40

Mettre les pieds sur une autre planète et s’y installer sont 2 choses complètement différentes. Un organisme vivant et complexe appartenant aux mammifères est, comme son appellation l’indique, un système organisé et est le produit de variations successives au cours de l’évolution. Vivre dans un enclos fermé fournissant les conditions nécessaire à un humain de subsister est l’équivalent de déménager une partie de la planète Terre avec nous. L’égo de la plupart de mes contemporains ne veut pas accepter qu’il partage un corps avec une multitude de micro organisme et bestioles essentielle à sa survie. Une planète autre que la Terre se doit d’être compatible avec nos co-passagers. Compte tenu de la quantité de ceux-cis et leurs exigences, les possibilités statistiques qu’un tel monde ex o-planétaire existe est de l’ordre de l’impossibilité mathématique… trop de variables. Par contre, dans un univers infini ou un singe a taper à la dactylo l’ensemble des œuvres de Shakespeare, une planète semblable se doit d’exister. Bonne chance dans vos recherches!

0 Likes

#41

Je suis toujours surpris par l’absence de considération dans ces commentaires d’un a priori : ils se fondent tous sur la certitude que nous existerons encore d’ici … 30 ans par exemple. Pour la grande majorité de l’humanité, la prospective se contente d’une évolution linéaire des évènements. Dans la réalité, des phénomènes climatiques évoluent selon des règles certainement non linéaires, des systèmes d’équations différentielles qui laissent peu de place à la certitude de la vitesse d’évolution de ces phénomènes … mais qui sait, nos cendres se retrouveront peut-être dans un trou noir.

0 Likes

#42

pour l etre humain oui c’est trop loin et long
mais pour des machines?
peut etre les humains seront conserver sous forme d’adn et le contenu de leur cerveau stocké dans un ordinateur pendant le voyage et une fois sur la nouvelle planète hop on re transfert

1 Like

#43

si l’on nous avait dit en 1969 qu’en 2019 soit 50 ans plus tard il n’y aurait aucune station permanente sur la lune on ne l’aurait jamais cru … D’ailleurs à cette époque on se voyait autour de Jupiter en l’an 2000 ! Nous n’avons aucun véritable moyen de propulsion interstellaire, et à 1/10 de la vitesse lumière je ne vois pas comment l’on pourrait éviter un nuage de débris. Oui, il a entièrement raison, sauf à rencontrer des intelligences extra terrestre qui nous donneraient la recette, l’homme est condamné à rester dans son nid pour encore plusieurs siècles …
Et loin de conquérir les étoiles, il va plus surement se détruire lui même par bêtise et arrogance …

GB

0 Likes

#44

Notre corps s’adapte à pas mal de chose même à la gravité proche de 0.
Simplement que avec le temps et les générations le corps des futurs martiens aura changé.
L’évolution ne s’arrête pas à la terre.
Mars est une très bonne candidate, et sa plus faible gravité en ferra sa force économique, particulièrement pour les coûts inférieurs de lancements d’engins spatiaux(vitesse de libération de 5m/s vs 11m/s pour la terre), de transport, de construction de batiments, d’industrialisation.
Ce donc Mars manque le plus pour la vie c’est l’hydrogène.
Pour l’eau le problème c’est qu’elle s’évapore à une vitesse folle à cause de la faible pression atmosphérique.
Selon toute vraisemblance Mars sera peuplée par des robots avant qu’une colonie ne tente d’y séjourner.
Peut être arrivera t’on en se servant de comètes riches en Hydrogène ou en eau que l’on détournerait vers mars, a rendre viable à grande échelle cette petite sœur de la terre.

1 Like

#45

L’idée n’est pas bête et il est certain qu’un jour nous tenterons l’expérience même le coup des cerveau stockés à la mode en ce moment est fumeuse.

0 Likes

#46

Tout à fait !
Il est présomptueux, voire orgueilleux de dire aujourd’hui ce dont la science sera capable ou non de faire dans le futur.
Tous ceux qui s’y sont risqués se sont ridiculisé.
Etre un prix Nobel ne veut pas dire être un oracle.

0 Likes

#49

Vous auriez demande il y a 100 ans si on pourrait un jour aller sur la lune 99.99%vous aurait tu au nez . …bien sûr que dans l’état de la science actuelle on en est loin …
“L’imprévu est certain d’arriver… tandis que qui est prévu pourrait ne jamais advenir”
Nisagardatta mahataj

0 Likes

#51

Mars n’a pas de champ électromagnétique : pas de terraformation possible à cause des vents solaire. Activité industrielle: oui, viable: jamais (en surface).
Sinon lire John Varley (écrivain de SF hard science, qui n’aurait jamais pondu un navet comme Interstellar qui reprend en moins bon 30 ans plus tard les 3/4 de ses idées: lire son œuvre complète, ce type est génial et Nolan mauvais), si colonisation alors sous terre, comme sur la lune avec les inévitables mutations chez l’homme de sa morphologie. Bizarre son postulat de départ c’est que l’homme sur la terre dans la majorité des bouquin est devenu “persona non grata” donc vit un peu partout dans notre système solaire. Bref à lire d’urgence. Mais point de salut hors notre système.

0 Likes