Communauté Clubic

Le plus grand bâtiment entièrement imprimé en 3D a été achevé aux Émirats arabes unis

En 2015, la ville de Dubaï a souligné sa volonté d’aller plus loin dans le secteur des bâtiments imprimés en 3D. L’année suivante, l’émir de Dubaï, Mohammed ben Rachid Al Maktoum, a inauguré des installations spécialement dédiées à ce procédé de fabrication.

Quid de l’isolation, de la solidité ?

sur un ancien reportage,c’était du béton coulé surement allégé au polystyrène comme les dalles modernes. Par contre je ne sais pas comme il l’arme.

La résistance à la traction du béton est vraisemblablement atteinte par adjonction de fibres.

J’imagine à grand renfort de résine et fibre type « Sika ».

Je suis hébahi par cette avancée, mais reste toutefois dubitatif de la pérénité d’un tel mélange sur une génération, sans une réelle armature

A suivre =)

2 J'aimes

j habite une maison en pierres sur 3 étages qui a 200 ans, sans armature.

Dans une construction à l’ancienne on ne peut pas vraiment parler d’armature, ce sont les murs de pierres ou de briques qui jouent ce rôle, d’où le nom de murs porteurs pour certains d’entre eux ^^

Cpare ce qui est comparable…
Bien sûr si ta maison en pierre a été bien pensée et montee elle ne devrait pas bouger a moins d’un cataclysme. De la même façon que les édifices faits de bétons romains etc…
La on parle d’un béton ultra synthétique sûrement a base de Portland, de microbilles, de résines, de fibres, tout un tas de choses dont on ne sais ce que cela donnera par le temps, la chaleur, le froid, l’humidité etcc, sans parler des UV qui font réagir certaines résines avec le temps, parfois en profondeur.
Je ne craché pas du tout sur le concept comme je l’ai dit bien au contraire, mais généralement dans le bâtiment plus est synthétique moins c’est pérenne, en temps normal. Et d’où ma question sur la composition exacte d’un tel produit.

1 J'aime

Quelqu’un du métier m’a dit un jour que les maisons préfabriquées d’aujourd’hui avaient une espérance de vie de tout au plus 40 ans

On parlait de ces maisons qui sont composées de modules cuisine-salle de bains-salon-etc…, qu’on assemble/raccorde sur place et qui n’ont même pas de vraies fondations, elles sont juste posées sur une série de plots de béton ^^

L’ancien propriétaire de ma maison faisait justement construire une maison de ce type, lui et sa compagne vendaient leurs maisons respectives pour ça

Et ma femme a croisé sa compagne quelques années plus tard, elle a dit qu’ils regrettaient leur choix parce qu’il était très difficile de modifier quoi que ce soit dans la maison

Alors quand je vois que la mienne date d’avant 1830* et n’a aucun souci structurel, je me pose aussi des questions sur la pérennité de certaines constructions modernes…on léguera à nos enfants un logement en fin de vie qu’ils devront raser et rebâtir selon la technique du moment ? neutre

  • la notaire n’a pas pu remonter la liste des propriétaires plus loin, bloquée par l’absence d’archives antérieures

Je confirme le vécu de tes connaissances. Moi qui aime travailler sur l’ancien et les « matières nobles », pour faire plaisir a mes anciens voisins j’ai renove entièrement la « maison Bouygues » qu’ils venaient de racheter a leurs anciens propriétaires…
Ça a été problème sur problème… Pas de fondations, murs extérieurs en plaques précontraintes posés sur une dalle flottante qui avait perdu son étanchéité, un pauvre morceau de laine de roche entre les plaques de béton de quelques cm d’épaisseur et les placos posés sur tasseaux de bois qui avaient moisis, pieuvre pour l’électricité empêchant toute modif simple et j’en passé la liste prendrai des pages :sweat_smile::face_with_monocle::fearful:. Cette génération de pesudo maisons est une aberration pure et simple…

Pour revenir a l’article, si le mélange est fiable dans le temps (qui vivra verra), et surtout que il y a un effet de masse autoportant, pourquoi pas. Mais bon c pas un dôme géodésique non plus :grin:

1 J'aime

La question du temps ne se pose pas aux Emirats.
Culture de nomades pendant des siècles, donc quand plus au goût, que le voisin en a une trop grosse (habitation) ou quelques signes de faiblesse apparaissent, on rase/reconstruit ou demenage.
La majorité de la concentration humaine étant côtière, ils ont plus a s’inquiète de la montée des eaux, conséquences du réchauffement climatique du au CO2 des énergies fossiles…

Et si on faisait des légos géants en céramique ?
On construirait le modèle réduit à partir de vrais légos, ensuite on pourrait le faire en grand…

On voit « l’imprimante » utilisée dans cette vidéo (et plein de détails et vue de l’intérieur). Ils précisent que c’est un « mélange fluide de minéraux à solidification instantanée ». Et qu’après construction, qu’ils l’ont testé un an pour la solidité.

On ne voit pas d’isolation avec une matière tierce (genre laine en panneaux ou projetée).

Les murs sont creux avec des sortes d’alvéoles : isolation par l’air ? création d’une ossature ? économie de matière ?

En fait le bloc béton type légo exixte déjà depuis quelques années, mais personnellement je ne l’ai encore pu que pour la fabrication de gros espaces de stockage.
Sur cette photo apparemment ca commence a prendre pour le particulier.
Efficace en tout ca !

Merci, c’est vraiment étonnant. :wink: :slight_smile:

généralement dans le bâtiment plus est synthétique moins c’est pérenne

La pérennité dans le bâtiment ne dépends pas que du fait d’utiliser des matériaux anciens ou modernes.

Pour avoir travaillé avec des compagnons qui travaillaient à l’ancienne, il y avait une véritable culture de la longévité, de la qualité et de la fierté de produire des choses durables et utiles à des générations. Qu’ils touchent à une pierre de taille ou à un béton, ils produisaient durable.

Aujourd’hui, c’est une logique de rentabilité, de financiarisation et d’exploitation humaine qui prévaut. Les gars sur les chantiers sont sur exploités et payés au lance pierre. Les chantiers sont systématiquement menés à la va-vite. La qualité, tout le monde s’en cogne. C’est une vraie usine à malfaçons…

Un bon béton fibré qui est convenablement dimensionné, bien protégé et convenablement mis en oeuvre peut être un produit durable.

La qualité produite par de l’impression en 3D de maison pourrait s’avérer excellente et extrêmement durable… si tant est que c’est le but que l’on se fixe.

Si on laisse les industriels produire de la daube à l’économie, on… aura de la daube à l’économie…

1 J'aime

C’est assez bien décrit.

Je dirais que le problème viens finalement plus des acheteurs que des matériaux modernes. De nos jours les gens ne veulent plus se préoccuper de technique.
Ils achètent des voitures sans soulever le capot. Ils achètent des maisons bien marketés sur des plaquettes. Ils ne veulent plus se fatiguer à vérifier la qualité de ce qu’ils achètent.

Dans ces conditions, je dirais que c’est assez logique de se retrouver avec un produit qui pèche par tous les côtés que les gens ne regardent pas.

La plupart des produits modernes ont intégré le concept de « qualité perçue » qui consiste à soigner le visible et à mettre moins d’argent dans le reste.

2 J'aimes

Analyse qui me paraît correcte ^^

Avant d’acheter une maison d’« occasion » si je puis dire ^^ j’ai bien sûr regardé combien coûtaient les maisons clé sur porte…la moins chère d’entre elles était déjà bien plus chère que mon budget et il fallait ajouter le prix d’un terrain…et quand j’ai vu la liste des matériaux utilisés (je suis pas mal bricoleur), j’ai tout de suite changé d’avis : que de l’entrée de gamme et les marques les moins chères, y compris pour la chaudière et les radiateurs, les composants électriques, les carrelages, etc… paf

Et je ne dois pas chercher loin pour un exemple : la villa de mon beauf qui l’a fait bâtir par une société pourtant connue et plus coûteuse a environ 25 ans, et je ne pourrais pas faire la liste de tous les problèmes qui sont apparus au fil du temps tant il y en a eu…il dit lui-même qu’il aurait dû garder sa précédente fermette en pierres neutre