Communauté Clubic

Faut-il s'attendre à une amélioration de la loi sur les droits voisins ? Le gouvernement durcit le ton

Le ministre français de la Culture, Franck Riester, travaille à une cohésion européenne autour de la loi à laquelle Google s’oppose.

L’Europe, le machin qui vit dans le passé, qui s’acharne sur ceux qui innovent et réussissent.

2 J'aimes

« …travaille à une cohésion européenne autour de la loi à laquelle Google s’oppose »
Google ne s’oppose a rien, ils appliquent parfaitement la loi, et ce depuis sa mise en application!
Les sites qui acceptent que Google publie leurs articles continueront a bénéficier de cette indexation, et ceux qui refusent ne seront plus indexés. Je ne vois pas ou est le mal.

Quand je vais dans un bureau de presse, je ne paie pas pour accéder aux présentoirs!
Google n’a donc pas a rémunérer les auteurs pour présenter la première ligne d’un article!
La Presse avide voudrait se faire rémunérer pour l’indexation, en plus de ce qu’elle touche déjà via les pub et les abonnement.

1 J'aime

Je pense que la question est un peu plus complexe que ça.

La presse « papier » (ou presse « passé ») a effectivement du mal et la déclinaison numérique a des difficultés à percer (changement des usages, manque d’adhésion, picorage d’un article par ci par là, …).

Rappelons que selon le principe « si c’est gratuit, c’est toi le produit », Google gagne à référencer ces contenus car un clic sur ces liens leur permet de qualifier mieux l’utilisateur et/ou affiner la publicité ciblée affichée sur les sites dont il assure la régie.

Je rejoins le raisonnement selon lequel rentrer dans une presse et regarder les titres sans déplier les journaux est gratuit mais soyons lucide sur le fait que Google et consorts ne sont pas philanthropes. Là où nous voyons « gratuité » eux voient « monétisation ».

Il serait quelque part logique que, d’une façon ou d’une autre, les journaux qui produisent des contenus (et qui en ont donc la propriété intellectuelle) perçoivent une indemnité ou partie des revenus qu’ils concourent à générer, ne serait-ce que pour les inciter/soutenir à poursuivre.

Le cas échéant, si la presse indépendante qui subsiste de façon compliquée avec les revenus qu’elle peine à générer s’éteint car leur lectorat « abonné » diminue, demain nous serons tous abreuvés d’informations issues des réseaux sociaux et autres sources dont la fiabilité est (davantage) discutable.

1 J'aime

Tu veux dire exactement comme le fait que Gogole ne paye pas tous les impôts qu’il devrait en France ? La différence c’est que toi tu ne te fais pas de l’argent sur le dos du buraliste quand tu regardes le présentoir.

Gogole fait du profit indirectement en publiant des contenus qualitatifs sans forcément respecter les ayant droit et la loi.

En terme d’avidité, comparer la presse et gogole est ridicule.

Les GAFA ne font pas la loi.

Quand tu met un court extrait, cela donne de la visibilité à l’article et donne envie a l’utilisateur d’aller plus loin, en générant ainsi du trafic sur le site, qui va se rémunérer avec de la pub.

Justement non, puisque Google ont communiqué sur le fait que les sites ne seront plus indexés dans Google news, hormis pour ceux qui donnent leur accord.
On aurait donc pu penser que cela allait satisfaire tout le monde, mais apparemment non puisque certain continuent de se plaindre, même s’ils n’ont plus aucuns motifs valables.

Faux, et sans rapport avec l’article.

En indexant le travail des journalistes, Google reçoit une rémunération indirecte par l’achalandage etc. ce qui est injuste pour les artisans qui ont fait tout le travail. On a l’impression que tout ce qui est sur internet est gratuit alors que ce n’est absolument pas le cas

Google se paye notre tête. Rien que pour ça on devrait le taxer. Un droit d’utiliser notre réseau par exemple. Ou une bonne baffe partout où ça lui fait mal. On taxe toutes les pub sur le net. Quand les annonceurs arrêteront d’annoncer et de pourrir l’internet, en faisant un outil marketing, ça sera pas plus mal.

Oui, mais Google ne l’indexera plus sauf si les journalistes ont donné leur accord. Donc pourquoi cela pose-il encore un problème?

La gratuité d’internet repose sur la publicité. C’est comme ça depuis le début, fais-toi une raison ou débranche ton pc.

Le problème c’est que nous (la France) avons fait un loi (nos élus/représentants) dont l’objectif est d’aider les médias et que Google nous méprise. Donc puisque cette firme a très peu de considération pour nous, pas que dur ce sujet, il faut simplement ramener le bizness chez nous. Peu importe le moyen : taxe, interdiction, aides aux alternatives…

Vous voulez savoir ce qui va se passer. Google en aura marre et va pénaliser tout le monde en arrêtant d’afficher les photos et les descriptions trop longue.

Ou ils feront tout simplement comme en Espagne: c’est a dire qu’ils vont supprimer Google News en France.

S’ils le font, les gens qui voudront se renseigner iront directement sur la partie generale de Google et y taperont leur mot cle, et comme resultat de recherche les sites de presse ne seront pas forcement ceux qui seront le plus mis en avant.

Exemple: Moris est intelligent. Il decide de reprendre toutes les articles des grands sites (Figaro, Le Monde, etc…) en faisant en sorte de ne pas simplement recopier mots par mots. Eh bien le blog de Moris sera mieux referencer que ces sites de presse qui ralent.

Ceux qui ralent penalisent ce qui ne ralent pas et qui au contraire sont heureux et remerci Google de leur fournir une visibilite sur sa plateforme.

Personnellement si j’avais un site de presse, et que Google mettait en avant mes articles avec son format enrichie. Ca me ferrait vraiment ch…er que je perde ca (et perde des internautes) tout ca a cause de maison de presse qui veulent leur beurre (apparaitre sur Google News avec une belle mise en forme) et l’argent du beurre (demander a Google de les payer car les met en avant).