Commentaires : Une CB visant à plafonner vos émissions de CO2, le pari de Doconomy et MasterCard

La fintech suédoise Doconomy lance une carte MasterCard un peu particulière. Au lieu de plafonner vos achats en fonction de vos encours, la DoCard vous empêche de consommer au-delà d’une certaine limite d’émission carbone.

Pour ne pas consommer de CO2 il ne faut pas acheter se qui ne va pas avec une carte de crédit

Pourquoi ne pas revenir au moyen-âge? On se déplace tous à chevaux, on vire toute ces banques, plus d’internet, plus d’achats en ligne, mangeons de l’herbe dans les champs buvons l’eau des abreuvoirs et lavons nous dans les rivières, pendant que les très riches s’offriront des villas, des yachts, et achèterons tous ce qui veulent puisque les petits gens sont responsable de tous les maux de la planète.

Et oui Raymond.
Nous, les “petites gens” sommes les pollueurs. Les très riches le sont parce que l’on achète tout un tas de cochonneries qu’ils nous vendent…
Donc NOUS sommes les pollueurs! Et même si un TRES riche a un yacht et un jet privé, 10000 pauvres pollueront plus que lui. Maintenant calcul le nombre de très riches par rapport au la population monidale et regarde les pollutiuons respective. Quelque soit la façon dont on prend le problème, les pollueurs, c’est chaque personne et pas “les autres” ou “les riches”.
Personne ne parle de revenir au moyen age mais de vivre raisonnablement.

Si tu crois à ces foutaises, on ne peux plus rien faire pour toi, moi je n’achète rien de ce que les riches nous vendent, je ne suis pas un acheteur convulsif, à acheter la moindre connerie sur le net, et oui on parle bien de revenir au moyen-âge de ne plus rouler en voiture, du moins le moins possible, de ne plus manger de viandes et j’en passe, il faut arrêter de croire et écouter les merdias, ce ne sont pas les petits gens le problème mais le système en place comme l’ue qui impose la mondialisation et les flux de capitaux à outrance, la distribution de masse au profit des banksters financiers et de toute ces multinationales, si on se retrouvait dans un système plus protectionniste comme la Suisse par exemple qui privilégie la production locale et la non-délocalisation de ces entreprises, tout le monde aurait à y gagner.