Commentaires : Selon la présidente de Mozilla, après le bannissement de Trump, les réseaux sociaux ont des comptes à rendre

Face à la suspension du compte Twitter du président américain Donald Trump, Mitchell Baker, P.-D.G. de Mozilla, appelle à davantage de transparence de la part des réseaux communautaires en général.

On a quand même eu droit à une sacrée couardise de la part de Twitter and co, qui n’ont pas eu le courage de bannir Trump lorsqu’il le fallait – soit à quantité de reprises depuis le début de son mandat – mais qui prennent cette décision à une semaine de la fin de son règne, ne craignant plus aucune riposte de la part de l’intéressé.

14 J'aime

Ils doivent clairement rendre des comptes pour avoir laisser ce pitre déblatérer sa haine et ses mensonges pendant 4 ans.

9 J'aime

+1 Ils ne l’aurait jamais banni à vie s’il avait été réélu, c’est quasi sûr ou il y aurait des représailles de Trump si c’était le cas.
Bon en même temps, il y aurait pas eu un assault sur le capitole s’il avait gagné…

Trump a quand même menacé d’utiliser l’arme nucléaire contre « Mini Rocket Man » sans que Twitter réagisse.
Espérons que ça créé un précédent pour tout le monde. Un statut ne vaut pas une immunité totale sur les réseaux sociaux.

1 J'aime

La gauche devrait vomir, par principe, sur le fait qu’une entreprise privée cotée en bourse comme Twitter ait le dernier mot sur la parole d’un président élu (quel qu’il soit).

19 J'aime

Bas entreprise privée donc c’est juste une question de business, il était bankable pendant son mandat maintenant il est personne non grata.

Juste une question d’argent…

2 J'aime

Il ne s’agit plus du seul donald Trump mais maintenant du réseau social « parler » qui est banni d’internet par l’action concertée des gafam .
Aujourd’hui tout réseau social sera à la merci des gafam et de leur politique.

10 J'aime

Du coup après 16 ans j’ai foutu loin Firefox et j’ai passé sur Brave.
Marre des GAFAM.

8 J'aime

Seul un démantèlement réglera le problème de la haine en ligne, de toute façon Facebook et Twitter sont incapables de réguler ca tout seuls

Pour m1 part, je garde Firefox, sans la moindre hésitation :wink:

2 J'aime

« La gauche devrait vomir, par principe, sur le fait qu’une entreprise privée cotée en bourse comme Twitter ait le dernier mot sur la parole d’un président élu (quel qu’il soit). »
Pourquoi parler de gauche ou de droite alors qu’il s’agit d’extrémisme ?
L’extrémisme de gauche est souvent très proche de l’extrémisme de droite dans son rejet des codes, de la fameuse bien-pensance élitiste, dans son discours populiste et promeut de la même manière l’utilisation de la violence pour arriver à son but.
La frontière entre les deux idéologies est souvent bien étroite.

8 J'aime

A ses débuts il était intérréssant mais maintenant c’est devenu n’importe quoi ce logiciel !

2 J'aime

Si le président utilise une platforme privé il doit etre soumis aux regle. Il peut tres bien utiliser des media officiel aves ses propres règle.

1 J'aime

C’est ce que beaucoup ne comprennent pas, ou ne veulent pas comprendre : c’est le compte personnel @ realDonaldTrump qui a été supprimé, pas les comptes gouvernementaux @ POTUS ni @ WhiteHouse…ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas d’essayer de les utiliser pour se plaindre de la suppression de son compte personnel.

1 J'aime

La « Liberté d’expression » vu par les GAFA FB et autres Twitter (tous de bon démocrates libéraux) n’a de droit de cité que pour défendre leur idéologie…
Pour les autres ce ne sont plus des « adversaires » que l’on peut combattre de manière équitable mais des ennemis qu’il faut abattre par tous les moyens même les plus vils.

La Liberté d’expression ne devrait être que totale sinon elle ne l’est pas.
Seule la diffamation et la menace devrait être puni, ce qui est déjà le cas dans les lois
Ceux qui ne partagent pas cela sont simplement terrifiés par le débat des idées. Et n’ont que faire de la liberté de penser ou de s’exprimer comme des individus avec un libre arbitre.

8 J'aime

les GAFA ou Twitter ne sont pas des Extrémistes…ils sont juste des démocrates et ne se privent pas de prendre des mesures coercitives contre leurs opposant idéologiques.
Ces ent. sont libérale mais aussi hyper politisés et idéologues, ils font de la propagande pour leur idées. On le voit chez 90% des entreprises US. idem pour Netflix et la plupart des plateformes de VOD.

3 J'aime

La Haine en ligne est déjà punis par la loi…
Le problème c’est que Twitter et la plupart des réseaux sociaux outrepassent les lois actuelles pour censurer ou bannir quiconque ne partage pas leur idéologie.

9 J'aime

Ca n’était pas eux qui étaient visés dans mon commentaire, mais d’une manière générale ceux qui se reconnaissent dans l’idéologie extrémiste.
Pour le reste, ces entreprises sont comme les autres, elles s’adaptent à ce qui est bon pour leur commerce.

1 J'aime

Le pauvre !

La différence c’est que son compte est très suivi, donc forcément à force de troller il faut s’attendre à se faire bannir.
Que ce soit Facebook, Twitter, Clubic, un forum de discussion ou un serveur counter strike, si tu troll, si tu fous une mauvaise ambiance, il faut que tu t’attentes à te faire bannir.