Commentaires : Quand Linus Torvalds s’excuse d’avoir été un « con »

Le père de Linux souhaite prendre du recul et tenter de canaliser ses fameux coups de sang.

Je ne pense pas qu’il va se museler, monsieur Torvalds, ça n’est pas dans sa nature. Par contre, je pense qu’il va essayer d’avoir beaucoup plus de tact, et peut-être même de pédagogie: il est à un moment où il préfèrerait surement former des nouveaux mainteneurs “géreur de projet” efficaces et talentueux, plutôt que de continuer à porter la vision du projet tout seul. Le noyau Linux ça reste quand même son bébé (beau bébé de 30 ans quand même), mais être le capitaine qui décide du cap, c’est compliqué à la longue.

Perso, j’adore ce gars, il en faudrait un peu plus dans ce monde de merde édulcoré par le politiquement correcte nauséabond d’aujourd’hui…
Hé Torvalds, je te fuck et en même temps te remercies d’avoir tellement pris à cœur ton projet et de t’y être tenu depuis plus de 30 piges… Ne te castre pas trop quand même, il y a des salopards qui ne disent rien ou font des discours de … mais ceux là font bosser les gosses 20heures par jour à l’autre bout de la planète pour s’en foutre plein les pognes!
Moi je t’aime mon pote et mon pc aussi!!!
Dans ton cul et à la prochaine version du kernel :wink:

Action -> Reaction
Insultes -> ……
Algo simple qu’il vient tout juste de comprendre ^^

Une fois M. Torvalds a annoncé cela, la première chose à faire était évidemment ériger une nouvelle code de conduite rédigée par une activiste du nom de Coraline Ada Ehmke, qui a aussi rédigé une manifeste “post-méritocratie” signée sous l’oeil bienveillant de la fille de M. Torvalds.
M’est avis que le père du noyau Linux ne reviendra jamais, et qu’il aura été mis dehors.
Maintenant reste à voir si à l’avenir le noyau ne subira pas d’aberrations du genre remplacer tous les termes ableist ou supprimer des références au master/slave.
Mais en général, quand la politique se mêle à un projet informatique, la qualité du code en souffre.

le mec il a un QI élevé, donc qui dit QI élevé dit QE (quotient émotionnel élevé, on ne peut pas séparé les deux), mais cela passe aussi par des phases aussi de compassion et de gentillesses ou de tristesse élevé, donc on a rien a dire la dessus, et le gars en est conscient !
ce qui côtoient ou qui ont des enfants à haut potentiel vous le diront.
y aucune raison de lui en vouloir.

C’est surtout qu’il n’a rien trouvé de mieux à prétexter le faite qu’il se fait vieux et qu’il a envie de profiter de sa vie.

En même temps, il est un peu seul sous les feux de la rampe, donc c’est facile de le prendre en exemple. La fameux code de conduite est destiné aux développeurs, pas seulement à lui, mais il montre l’exemple en prenant du recul, ce qui est louable. On ne verra jamais sans doute dans les gros titres le Best-Of des nombreux cXnnards avec qui il doit interagir depuis des décennies :wink:

Sous les feux de la rampe, je ne pense pas qu’il ait envisagé de laisser la place à un autre. La cXnnerie est une maladie qu’on a pour toute la vie et généralement ça ne s’arrange pas avec les années.

Ce n’est pas parce qu’on dirige un projet qu’on doit pour autant s’autoriser à manquer de respect aux gens qui y contribuent. Cela fait des années que ce monsieur aurait du apprendre à mieux gérer l’humain.
Mais ce n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser. Quand on dirige un projet, on se retrouve aussi face à des gens sans respect qui ne comprennent parfois que le langage d’un recadrage sec et méchant. Et qui de toute façon prendront mal les choses pour la simple raison que vous ne vous pliez pas à leurs caprices.
L’informatique est un monde rempli de gens qui ont des problèmes d’ego et qui se prennent pour des petit dieux. Savoir à quel moment il faut faire preuve de tact ou au contraire torcher sèchement, voir un savant mélange des deux, c’est un art compliqué qui demande beaucoup de psychologie et de pratique.
Reste la question à mille francs (anciens, bien sûr). Est ce qu’un projet est meilleur quand il est géré par un type génial qui impose une vue bien cadrée ou par un espèce de collectif mou qui intègre des trucs médiocre parce que ça fait plaisir au copain.
La première option donne de loin les projets les plus réussis et qualitatifs. Mais vu le niveau d’importance du noyau Linux aujourd’hui, ce type de gestion est forcément une gageure. Il y a maintenant trop d’intérêts en jeu. Les pressions doivent être terribles et la situation est logiquement devenue difficile pour lui. Son départ n'est pas forcément une bonne nouvelle pour Linux.

Moi j’ai jamais eu ce genre de problème avec Bill Gate …

Ahahah, oui, quand l’informatique était encore réservée aux barbus et autres nerds. Les questions liées à l’inclusivité et la diversité dans le monde de la tech d’autrefois ne se posaient pas encore.

Tout est parti en vrille depuis l’introduction des réseaux sociaux; chacun.e cherche à être sous les feux des projecteurs. Puis s’ensuit une suite d’évènements qui fait du monde IT une véritable dystopie libérale.

“Torvalds a fait le point sur sa personnalité et entrepris une tentative de remise en question”