Commentaires : Projet Zeus, le SUV à hydrogène en préparation chez Jaguar Land Rover

Avec le soutien du gouvernement britannique, le groupe Jaguar Land Rover travaille sur un véhicule doté d’une pile à combustible à hydrogène alimentant un moteur électrique.

Il serait utile de rappeler que jaguar Land Rover a été vendu aux indiens de chez tata motors, et que ceux ci ont ensuite aussi créée une joint venture a 50/50 avec les chinois Chery Land Rover

Juste pour ceux qui croyaient encore que cette entreprise était encore britannique autrement que par sa structure juridique…

Et je pense fortement qu’à la prochaine grosse crise dans l’automobile en France, des chinois ou des indiens, ou les deux, finiront par croquer, soit Renault, soit Peugeot PSA, soit les deux ! (Peut etre pas à 100%, vu que l’état a des billes dedans, mais au moins a 20 ou 40%, dans un premier temps… avant de croquer le reste petit à petit…)

Et oui, car le gouvernement dans le futur, se rangera à l’option de laisser faire la vente pour “sauver des emplois”

Et je serai encore plus pessimiste en disant que moins de dix ans plus tard, la plupart de ces emplois seront tout de même détruits par des nouveaux robots et l’intelligence artificielle, parce que ce mouvement sera inéluctable.

Bonne soirée aux employés dans l’industrie auto. Dormez bien, jusqu’à la prochaine grosse crise du secteur… et désolé de potentiellement dire une vérité qui dérange…

1 J'aime

Tu dis la vérité.

Tout comme vulvo est chinois, que opel « Deutsche Qualität » est français, que ferrari fut un temps une fiat, que rolls royce est allemand, …
Les employés restent toujours locaux non ? Et pour la délocalisation ils ont pas attendu d’être chinois pour délocaliser.

Le pb de l’emploi dans l’automobile ne vient pas tant de la nationalité du constructeur que du nombre d’acheteurs …qui n’achètent plus.

NB: je vois pas en quoi l’intelligence artificielle pourra faire quoique ce soit de plus dans la destruction de l’emploi. Pas plus que ta calculette en tout cas.

Je ne pense pas que ce sera les robots ou l’IA qui risquent de détruire ces emplois, mais plutôt les nouveaux propriétaires de ces marques qui, comme on le voit régulièrement dans d’autres domaines, les dépèceront parce qu’elles ne leur rapporteront pas ou plus assez. Après avoir profité des largesses de l’état, comme d’habitude.

Question con: Ou recharge t-on sa voiture a hydrogene?

1 J'aime

Pas sur de l’avenir de l’industrie de l’hydrogène dans l’industrie automobile mais peut-être plus dans l’industrie marine.
Parce-que les infrastructure des bornes de recharge pour les voitures électriques STD sont très rependu vs pour l’hydrogène .

L’hydrogène est produite à partir du gaz naturel, ce qui est loin d’être « propre ».

De plus, il faut 3 fois plus d’électricité pour produire de l’hydrogène que pour recharger une batterie de même puissance.

Ensuite il faut construire l’infrastructure… qui coûte 10 fois plus cher que des chargeurs électrique.

On peut ajouter le fait que si une batterie peut prendre feu et brûler longtemps et lentement, une bonbonne d’hydrogène à 10,00 PSI peut exploser violemment, détruisant tout dans un rayon de 15 mètres.

Pour finir, on peut recharger sa voiture électrique à la maison en utilisant les prises disponibles ou même des panneaux photovoltaïques, alors que l’hydrogène est vendu par des distributeurs qui demandent un prix comparable à celui de l’essence.

Bref, l’hydrogène c’est ridicule.

2 J'aimes

Merci de le dire!

Le Dihydrogène c’est l’énergie de l’avenir, c’est inépuisable et non polluant. Il suffit d’avoir de l’eau et du courant électrique. C’est la voiture électrique qui est ridicule.

C’est facile à produire soi même, je l’ai eu fait en cours de science. C’est surement pour ça que ça dérange. Et c’est aussi sûr que le GPL, qui est lui même plus sûr que l’essence.

15 mètres : la dernière explosion de station service hydrogène Norvégienne a fait exploser les airbags a 200m à la ronde et a été ressentie comme un petit séisme a 28 km de là !

l’hydrogène est en fait à la merci de la médiatisation d’un seul événement comme celui-ci, qui pour l’instant sont passés assez « en off »

garer une telle bombe en puissance à coté de sa petite famille n’est pas si anodin.

ahhh … la jeunesse, dire que j’ai pensé comme toi ^^ .

Le dihydrogène n’est qu’un vecteur énergétique, il est inutilisable en l’état.

  • Comme tu le signales il faut d’abord le produire, soit avec du gaz naturel, soit avec du charbon, soit en électrolysant de l’eau.

Dans les deux premiers cas tu produis des monceaux de CO² (c’est simple : plus que de simplement brûler ces énergies),

dans le dernier cas tu perds du rendement (actuellement, entre 20 et 30% de pertes) .
Seul quelques infimes % sont produits ainsi tellement c’est cher et peu rentable.

  • ensuite il occupe un volume énorme (c’est simple, c’est presque du vide !)
    il faut donc le compresser.
    A mort.
    Mais vraiment.
    Environ 350 fois la pression d’un pneu de voiture, ou 3 fois la pression d’un réservoir d’oxygène médical.
    Ce qui re-pompe environ 20% de l’énergie du gaz concerné, et en fait une véritable bombe potentielle car sa seule détente est suffisante pour provoquer l’explosion du H2 (en plus du blast que provoque la détente :slight_smile: enjoy)

  • ensuite tu le stockes, trimballes, redistribue le tout en essayant de pas exploser au passage : il est extrêmement fuyard. Les polymères limitent ces fuites mais étant la plus petite molécule il est impossible de l’empêcher de s’immiscer entre les réseaux moléculaires des réservoirs.
    Au passage sous pression il corrode les métaux qu’il rend cassant.
    le matos est donc à changer tous les 10 ans.

  • et enfin tu le convertis en jus au moyen d’une pile à combustible (des layers de Nafion dopés au Platine, essentiellement) celle-ci pompe de l’air, le filtre, évacue les condensats… et au final son écobilan est nettement plus polluant qu’une batterie équivalente, mais surtout … la conversion génère 45 % de pertes minimum !

Là dessus ajoutes que ça empêche à l’avenir toute recharge sans fil et toute recharge domestique, que son autonomie embarquée dans de petits véhicule est soit égalée soit déjà dépassée par les batteries (à qui il reste une énorme marge de progression).

Alors non, c’est pas « parce que tout le monde peut le faire avec de l’eau » que ça dérange.
ça dérange parce que c’est profondément inefficace, complexe, limité en évolution et cher autant en carburant qu’en infrastructure et en plus dangereux.

Mais faut reconnaitre qu’on a un puissant lobbie industriel européen, dont Linde en allemagne et l’Air Liquide en France qui se rêveraient de remplacer l’économie pétrole par la leur, ils seraient les nouveaux « Total ». Au niveau énergie et climat par contre nous, on a tout à y perdre.

Peut-être n’es-tu pas au courant, mais il y a des bus à hydrogène qui circulent en service public dans nombre de villes depuis 1996, soit depuis 24 ans, comment se fait-il qu’il n’y ait jamais eu de catastrophes ? peut-être parce que les réservoirs sont extrêmement sécurisés ?

Rien que pour l’Allemagne (qui a aussi mis en service cette année un train à hydrogène*) :

En avril 1996, la société allemande MAN a présenté son premier bus à moteur thermique
alimenté en hydrogène pur (Fig. 3). C’était le prototype n°3 du projet EQHHPP. Il était
propulsé par un moteur de 12 litres de cylindrée (6 cylindres) alimenté à partir d’un réservoir
d’hydrogène liquide. Conçu de manière hybride, il fonctionnait aussi à l’essence. Ce fut le
premier bus à avoir été mis en service public, pendant plus de 2 ans de 1996 à mi-1998, à
Erlangen, puis à Munich. En 1998, ce même constructeur a conçu une génération plus
performante avec de l’hydrogène stocké à 250 bars ; trois exemplaires ont servi de navette à
l’aéroport de Munich. En 2006, furent mis en service public, à Berlin puis à Francfort, plusieurs
bus de ce type (avec de l’hydrogène stocké à 350 bars), dans le cadre du programme
européen HyFLEET : CUTE.

Bref, qu’on soit contre ou pas, qu’on en sache plus long que tous ceux qui bossent dans les sociétés qui se tournent vers l’hydrogène ou pas, il continuera à être développé, qu’on le veuille ou non

Plusieurs causes : (je t’arrête sur les 24 ans : énormément d’expérience ont tourné court , souvent un proto, deux, pendant 2,3,4 ans etc… )

  • expériences minimalistes : prototypes, mini flottes, expériences de deux ans etc etc
  • maniement par des professionnels, pas par le grand public
  • stations de charges sponsorisées et fournies directement par les industriels, pas juste de l’exploitant « tout venant » comme lorsque ça se démocratisera : Linde, L’Air Liquide
  • pression de 250 bars , ce qui reste énorme, mais c’est une pression maniée pour l’oxygène et les bouteilles de plongées, elle est encore « courante », c’est 3 fois moins que les pressions de service automobile et elle est sous le seuil d’auto-détonation.
  • réservoirs sur le toit, pas de parking souterrain, pas de risques en cas d’accident véhicules contre véhicules

Démocratiser du 700 bars est à mon sens dangereux.
Je ne dis pas que c’est une folie totale, mais que c’est dangereux. ça n’est en rien comparable au GPL à pression atmosphérique qu’on a connu jusque là.

Pour manier des pressions trois fois inférieures (0² médical, ammoniac) faut des types formés avec des certificats et accréditations. Là, bizarrement, parce que l’industrie pousse derrière, tout le monde pourra « jouer » avec ce truc, avec la promesse sur l’honneur qu’on a bien bossé sur les pistolets de recharges et qu’on vérifie régulièrement les joints.

Je suis persuadé que les gars des stations qui ont pété en 2019 avaient promis que leurs systèmes étaient safe.

ça implique que même si les accidents seront rares, ce ne sera pas un incendie, ce sera massif, c’est réellement un petit SEVESO ambulant qu’on trimballera avec nous.
Si on démocratise c’est pas un parc de 20 bus étalés sur l’europe, c’est l’espoir de dizaines ou centaines de milliers de caisses, bus camions qui finiront fatalement dans des mains peu soigneuses.

Il y a très peu d’installation pour H2 mobiles dans le monde, mais déjà 3 ou 4 explosions, et aucune n’a été un simple incendie.

Ce point n’est qu’un des problèmes de fond de l’hydrogène.

A coups de milliards, de volonté, de subvention tout est possible : l’allemagne a bien réussi à mettre 450 milliards dans des moulins à vent pendant 20 ans tout en dégageant le deuxième pire bouquet énergétique d’europe.

Je n’ai jamais dit que les prophéties autoréalisatrices n’existaient pas, mais qu’en général elles sont néfastes pour tout le monde.

Edit : j’apprends qu’une station californienne a pété pendant le confinement, abimant 60 maisons autour et en détruisant une

EDIT 2 : voilà ce que le souffle d’H2 provoque, ici une boite qui bossait avec de l’H2 a connu une méchante fuite en Décembre 2019 :

https://acs-h.assetsadobe.com/is/image//content/dam/cen/97/web/12/WEB/20191218lnp2-absilicone.jpg/?$responsive$&wid=700&qlt=90,0&resMode=sharp2

Les images de la station coréenne sont tout aussi impressionnantes.